Des débats autour de la censure de Tiktok au Maroc

0
Des débats autour de la censure de Tiktok au Maroc

Vers une censure de Tiktok au Maroc ?

Des débats entourent Tiktok, avec une volonté de censure de ce média au Maroc. Lors d’une séance à la Chambre des représentants fin décembre, plusieurs députés marocains ont exprimé leurs inquiétudes concernant les potentiels dangers de l’application TikTok pour les jeunes utilisateurs.

La députée Hanan Atrakin a interrogé la ministre de la Transition numérique, Ghita Mezzour. Les questions se tournent autour des mesures prises par le gouvernement pour protéger les mineurs contre certains contenus trompeurs présents sur TikTok dans des domaines variés.

De son côté, le député Nabil Dakhch a directement interpellé le ministre de la Jeunesse, Mehdi Bensaid, sur la capacité de nuisance de TikTok auprès des jeunes Marocains. M. Dakhch a même évoqué la possibilité d’interdire purement et simplement l’application sur le territoire national.

Ces déclarations s’inscrivent dans le cadre d’un débat déjà existant au Maroc sur la modération des contenus de la plateforme TikTok, que certains jugent destructrice et néfaste pour les adolescents.

Des pays ont déjà passé le cap de la censure

Par ailleurs, TikTok fait également face à des pressions en Afrique subsaharienne. Les débats se concentrent sur la protection des données personnelles et la modération de certains contenus. En effet, au Maroc nous en sommes à l’étape du débat quant à la censure de ce réseau. Le réseau social d’origine chinoise est quant à lui suspendu au Sénégal et critiqué dans plusieurs autres pays du continent, où son nombre d’utilisateurs ne cesse pourtant d’augmenter.

La question de la régulation des réseaux sociaux pour protéger les mineurs contre les contenus inappropriés constitue un enjeu de plus en plus présent dans le débat public au Maroc et en Afrique. De plus, aujourd’hui, les réseaux sociaux sont devenus le deuxième lieu de la politique, en dehors de l’hémicycle.

Le média est déjà contrôlé en Chine, pays où Tiktok est né

TikTok et Douyin sont deux applications développées par l’entreprise chinoise ByteDance. Si elles partagent le même logo et des fonctionnalités similaires, de nombreuses différences existent entre ces plateformes.

Contrairement à TikTok, accessible mondialement, Douyin est réservée au marché chinois. Les contenus y sont soumis à une censure plus stricte de la part des autorités. Les contenus accessibles aux mineurs sont plus sains. L’application met davantage en avant les contenus éducatifs et culturels traditionnels chinois.

Le gouvernement chinois impose par ailleurs des mesures de lutte contre l’addiction aux écrans sur Douyin. Depuis 2021, le temps d’utilisation y est limité à 40 minutes par jour pour les moins de 14 ans. L’application se désactive automatiquement à 22h.

En résumé, en Chine les mineurs sont bien plus protégés du contenu visionnable et transmis par Tiktok.

Tiktok, l’arbre qui cache la forêt malgré la volonté de censure au Maroc

Le débat sur Tiktok n’est que l’arbre qui cache la forêt. En effet, la protection des mineurs et l’accessibilité au contenu doit pouvoir être effectué sur tous les réseaux sociaux, plus globalement sur internet. Avec le temps passé sur les écrans, il est difficile pour l’entourage de contrôler ce qui se passe sous les yeux des mineurs. Un débat qui devient sociétale et culturel.

De quel type de contenu nous souhaitons que nos enfants puisse avoir accès ? Quelle limite ? Dans quelle mesure faut-il censurer ? La protection des données est également un débat moderne. Toutes ces questions auxquels la nouvelle génération devra faire face et se positionner.