Les principaux chantiers au Maroc d’après le PLF 2024

0
10837
Grands chantier au Maroc d'après le PLF 2024

Discovery Morocco analyse pour ses lecteurs les grands chantiers prévus en 2024. Ces derniers sont en examen au titre du Projet de Loi de Finances 2024, au parlement marocain.

Le secteur de la santé au Maroc

Parmi les grands chantiers l’on retrouve le secteur de la santé et de la protection sociale, en tant que secteur vital d’intervention des politiques publiques sociales. Il se recoupe en trois piliers :

  • L’organisation et le développement de l’offre de soins en vue d’améliorer l’accès aux services de santé ;
  • Le renforcement des programmes nationaux et de lutte contre les maladies ;
  • L’amélioration de la gouvernance et l’optimisation de l’allocation et de l’utilisation des ressources.

C’est ainsi que le plan d’action envisagé pour la mise en place desdites orientations durant l’année 2024, permettra :

  • Renforcer les fondements de l’Etat social, notamment à travers la poursuite et la consolidation de la mise en oeuvre du grand chantier Royal de la généralisation de la protection sociale ;
  • Renforcer l’équité territoriale de la répartition de l’offre de soins, en mobilisant davantage des ressources financières, notamment pour l’extension du réseau hospitalier et pré-hospitalier et l’amélioration de la qualité de l’offre de soins ;
  • Améliorer la gouvernance du secteur de la santé, à travers ; l’enrichissement du cadre législatif, la consolidation du système d’information et un meilleur pilotage et suivi de la mise en oeuvre des programmes et projets de santé.

Mise en place de centres hospitaliers universitaires dans chaque région :

Il s’agit de la poursuite de construction des CHU d’Agadir (867 lits), d’Errachidia, de Laayoune (500 lits) et de Rabat (1044 lits).

A cela s’ajoute également le renforcement du réseau hospitalier régionale avec la poursuite de la construction et d’équipement des nouveaux établissements et centres hospitaliers.

Parmi les nouveaux hôpitaux l’on compte par exemple le Centre Hospitalier Provincial d’Ouazzane, le CHP de Nador, le CHP de Guercif, le CHP de Taourirt, le CHP de Tinghir, le CHP de Guelmim, le CHR Sidi Ifni.

Ainsi, le PLF 2024 prévoit également le lancement de nouveaux projets à savoir : Le CHP de Figuig, le nouveau CHP de Mohammedia, le nouveau hôpital psychiatrique à Berrechid, le CHP d’Essaouira, le nouveau CHP d’Er-Rhamna, l’hôpital de proximité de Taliouine, l’hôpital de proximité d’Ouled Berhil et enfin le CHR de Dakhla.

Enfin, le programme de réhabilitation de près de 1400 établissements de soins de santé primaire au niveau des 12 régions sanitaires pour un coût estimé à 1950 MDH.

Le secteur de l’éducation nationale et enseignement préscolaire

La mise en œuvre du programme gouvernemental à l’horizon 2026, département a adoptée une feuille de route 2022-2026 pour un nouveau modèle de gestion de la réforme de l’éducation, qui ambitionne la mise en place d’une école publique de qualité et l’atteinte des objectifs stratégiques ci-après :

  • Doubler le pourcentage d’élèves de l’enseignement maitrisant les fondamentaux au niveau primaire ;
  • Doubler le pourcentage d’élèves bénéficiant d’activités parascolaires ;
  • Réduire d’un tiers le décrochage scolaire.

En 2023, le Ministère en charge de l’éducation a procédé au lancement de la construction de 215 établissements scolaires, 46 internats et 2101 salles dans le cadre des opérations d’extension.

Par ailleurs, le programme d’investissement envisagé pour l’année 2024, qui porte sur les trois grandes actions d’intervention en matière d’infrastructures scolaires ; à savoir la généralisation du préscolaire, la construction des nouveaux établissements et la réhabilitation des établissements existants, se présente comme suit :

  • La mise en œuvre du projet de généralisation et de développement de préscolaire de qualité, et l’accélération de sa généralisation pour atteindre un taux de scolarisation supérieur à 80% à l’horizon 2025. A cet effet, il est programmé au titre de l’année 2024, la construction et l’équipement de 2338 nouvelles salles et l’aménagement et l’équipement de 413 salles existantes.
  • La réalisation de nouveaux établissements pour répondre à la demande croissante en matière d’éducation, en particulier dans les zones rurales et semi-urbaines, notamment à travers la construction de 230 nouveaux établissements scolaires, et l’extension des établissements existants par la création de 2384 salles, et ce pour une enveloppe budgétaire annuelle d’environ 3MMDH.

L’enseignement supérieur, la recherche scientifique et innovation ne sont pas en reste

Concernant l’enseignement supérieur, recherche scientifique et innovation, le PLF 2024 prévoit la construction et l’équipement de 5 nouveaux établissements. Les établissements sont les suivants :

  • Faculté de Médecine et de Pharmacie de Beni Mellal ;
  • Faculté des Langues, Arts et Sciences Humaines de Settat ;
  • Faculté d’Economie et de Gestion dans la région de Casablanca Settat ;
  • Faculté de Médecine et de Pharmacie de Guelmim ;
  • Faculté de Médecine et de Pharmacie d’Errachidia ;

Concernant la formation professionnelle, le PLF 2024 prévoit en partenariat avec la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM), la Fédération Marocaine de l’Industrie et de l’Innovation Pharmaceutiques et les conseils de régions concernées, la mise en œuvre :

  • Institut de formation à l’entreprenariat et au middle management à Casablanca ;
  • Institut de formation dans les métiers de l’industrie et de l’innovation pharmaceutique à Casablanca ;
  • Hub centre national de la formation des formateurs et des tuteurs dans les métiers de l’automobile à Casablanca ;
  • Internat du centre de formation dans les métiers du transport et de la logistique à Casablanca ;
  • Institut de formation dans les métiers de l’eau et de l’assainissement et l’environnement à Fès.

Le secteur de la culture au Maroc

Le Gouvernement marocain ambitionne de développer le domaine culturel, à travers les 6 piliers ci-après :

  • L’adoption d’une stratégie culturelle nationale ;
  • La préservation du patrimoine culturel ;
  • Le renforcement de l’équité territoriale culturelle en termes d’encadrement ;
  • Le développement des industries culturelles et l’accroissement de la compétitivité des économies de la culture ;
  • L’amélioration des systèmes de gouvernance dans la gestion culturelle, et le soutien des programmes de partenariat et de coopération ;
  • Le renforcement de la coopération culturelle internationale.

Voici quelques projets que le Ministère de la Culture prévoit de réaliser en 2024 :

  • Réhabilitation et valorisation de la Médina de Tanger 2020-2024 ;
  • Restauration, réhabilitation et valorisation de 4 sites patrimoniaux à Tanger ;
  • Protection de la Rue de Casablanca, réhabilitation de la Tour Saadienne et réaménagement de la Corniche à Larache ;
  • Réalisation du pôle culturel à Fès ;
  • Réhabilitation de la Maison de Culture et création d’un cabinet des médias et d’un institut de musique dans la ville d’El Hajeb ;
  • Construction et équipement de 5 centres de proximité et de valorisation de la culture montagnarde à Boulmane ;
  • Réalisation d’un centre culturel à Skhirat- Temara ;
  • Réhabilitation de l’Institut National d’Archéologie et du Patrimoine de Rabat ;
  • Réalisation et gestion du complexe culturel de la ville de Tiflet ;
  • Construction d’un centre culturel au pôle urbain de Bouknadel, Province de Salé ;
  • Réalisation d’un centre culturel et d’un institut de musique à Berrechid ;
  • Réhabilitation du Théâtre Abd Al Rahim Bouabid dans la ville de Mohammedia ;
  • Fortification et consolidation du front de mer de l’emblème de Ksar El Bahr à Safi, à travers des opérations de restauration, d’équipement et de réhabilitation pour en faire un centre du patrimoine maritime national ;
  • Travaux de réhabilitation et de valorisation de la Place Jemaa El Fna dans la Médina de Marrakech ;
  • Réhabilitation de la Kasbah d’Agadir Oufella et sa valorisation touristique ;
  • Construction et équipement du Grand Théâtre d’Agadir.

Le secteur des Habous et Affaires Islamiques

Le ministère en charge de ce secteur poursuit la construction et la mise à niveau et l’équipement des mosquées.

Le secteur de l’habitat et politique de la ville et aménagement du territoire

Le ministère en charge de ce secteur poursuit les programmes « Ville sans Bidonvilles », « Habitat Menaçant Ruine », « Mise à Niveau Urbaine et Restructuration des Quartiers d’Habitat non Réglementaire ou Sous équipés » et procédera au lancement des nouveaux projets pour la résorption des bidonvilles et pour le traitement de l’habitat menaçant ruine :

  • Résorption des bidonvilles : Il s’agit notamment des ménages habitant encore des bidonvilles au Grand Casablanca, Marrakech, Assilah, Larache, Meknès, Fès et Missour ;
  • Traitement de l’habitat menaçant ruine ;

Les pouvoirs publics mettent en œuvre une stratégie nationale ambitieuse en matière de la politique de la ville, qui vise l’amélioration de l’accès des populations aux infrastructures de base et aux équipements publics et services de proximité, et le renforcement de l’intégration urbaine et de la cohésion sociale au niveau des villes.

Le réseau routier marocain

Les principaux investissements dans le secteur routier prévus en 2024, s’articulent autour de 7 projets stratégiques et 3 programmes d’infrastructure routière, à savoir :

  • Voie express Tiznit-Laayoune et renforcement de la RN1 entre Laayoune et Dakhla ;
  • Autoroute Guercif-Nador pour accompagner le projet du port Nador-West Med ;
  • Connectivité routière Nador-West Med ;
  • Dédoublement de la RN8 entre Fès et Taounate sur 73km avec reconstruction et dédoublement de 11 ouvrages d’art ;
  • Projet de la voie de contournement Nord-Est du grand Agadir ;
  • Mise à niveau de la RN6 entre l’aéroport de Rabat et Sidi Allal El bahraoui ;
  • Dédoublement de la RR 322 Oued Charrat à Mansouria ;

Le Gouvernement prévoit également la conservation du patrimoine routier et l’amélioration de la qualité de service du réseau routier ainsi que la réhabilitation des ouvrages d’art.

En ce qui concerne le programme de construction des voies-express, il est prévu la construction de nouvelles voies-express et extension des voies existantes, savoir, dans la région Fès-Meknès pour 72km et Souss-Massa pour 27km.

Le secteur des ports

La mise en oeuvre de la stratégie nationale des ports comprend plusieurs actions, dont notamment la poursuite de projets portuaires et maritimes dans plusieurs ports du pays.

Les principaux projets et opérations en cours de réalisation dans ce cadre en 2024, se déclinent comme suit :

  • Réalisation des travaux d’extension du port de pêche Jebha (2ème phase) ;
  • Travaux de protection et de renforcement du talus surplombant l’océan Atlantique dans la ville de Larache ;
  • Travaux de protection du littoral au niveau du port Jebha ;
  • Travaux d’achèvement du nouveau port de Nador, Méditerranée Occidentale ;
  • Travaux d’extension du mur de garde de la jetée Moulay Youssef au port de Casablanca ;
  • Travaux de consolidation de la falaise d’Amuni à Safi ;
  • Achèvement des travaux de protection du littoral au niveau de la plage de Foum El Oued ;
  • Achèvement des travaux au niveau du port de pêche de Lmhiriz ;
  • Travaux de construction du port de Dakhla Atlantique ;

En 2024, il est prévu également la réalisation de plusieurs nouveaux projets et opérations portant notamment, sur la préservation de l’environnement et la sécurité de navigation maritime (étude d’expertise technique, entretien et préparation des phares, acquisition et entretien des équipements techniques des phares et signalisation côtière), les travaux de protection du littoral dans la ville de Salé au niveau de la région Rabat-Salé-Kénitra, ainsi que l’achèvement des études géotechniques liées au projet du nouveau port de pêche de Sidi Boufdail dans la région Souss-Massa.

Secteur des transports et de la logistique

Les investissements publics prévus dans le secteur du transport, au cours de la période 2024-2026, s’orientent essentiellement vers les opérations prioritaires suivantes :

  • Développement des infrastructures de transport durables et de leurs multiples modes ;
  • Numérisation des activités du secteur et introduction de technologies modernes ;
  • Développement des métiers du secteur et qualifications des employeurs ;
  • Réduction des coûts de production liés à la logistique et amélioration de la qualité des services ;
  • Développement des zones logistiques à prix compétitifs ;
  • Développement des compétences et valorisation de la formation.

Les principaux projets en cours de réalisation au titre de 2024 pour le secteur des transports et de la logistique

  • Poursuite de la réalisation des études et des opérations d’expropriation du projet de liaison ferroviaire du port Nador West Med ;
  • Zone logistique de Ras El Ma ;
  • Etudes pour les projets d’extension de la ligne à grande vitesse Kénitra-Marrakech et Marrakech-Agadir
  • Zone logistique au sud d’Ait Melloul – Première tranche.

Les principaux projets prévus au titre de 2024, sont les suivants :

  • Développement des installations terminales de l’aéroport de Tanger ;
  • Développement des installations terminales de l’aéroport de Marrakech ;
  • Développement des installations terminales de l’aéroport d’Agadir.

Le secteur de l’eau

Sur Hautes Orientations Royales, la mise en oeuvre du Programme National pour l’Approvisionnement en Eau Potable et l’Irrigation (PNAEPI) 2020-2027 a été accéléré, pour renforcer l’approvisionnement en eau potable et l’irrigation et accroitre la résilience de notre pays face aux aléas et dérèglements climatiques.

Dans ce cadre, une forte impulsion a été donnée à la réalisation des projets de grande envergure, notamment :

  • Les projets de construction de barrages : 18 grands barrages sont en cours de construction pour un coût global de plus de 22 MMDH, compte non tenu de la programmation de 8 nouveaux grands barrages entre 2023 et 2027. En outre, le Maroc s’est orienté dernièrement vers la construction des barrages de taille moyenne, afin de mieux gérer les ressources en eau du pays en particulier pendant les périodes de sécheresse.
  • La tranche urgente du projet de transfert d’eau entre le bassin du Sebou et du Bouregreg : Elle consiste à réaliser 66,5 km de conduites en acier d’un diamètre de 3.200 mm pour transporter un volume d’eau compris entre 300 et 400 millions de m3/an, et ce pour un coût de 6 MMDH.
  • Projet de dessalement d’eau de mer : Ils sont inclus dans le PNAEPI 2020-2027 et visent à porter la capacité de production en la matière, actuellement estimée à 186,58 millions de m3/ an, à plus de 1,4 milliard de m3/an, avec le recours aux énergies renouvelables.
  • Projets de réutilisation des eaux usées traitées dans le cadre du Programme National d’Assainissement Liquide Mutualisé et de Réutilisation des Eaux Usées Traitées (PNAM).
  • Des projets structurés pour soutenir l’approvisionnement en eau potable du monde rural.

Les travaux programmes au titre de l’année 2024 pour le secteur de l’eau

  • Barrage Kharroub (Région Tanger Tetouan Al Hoceima) ;
  • Barrage Oued Ghiss (Région Tanger Tetouan Al Hoceima) ;
  • Barrage Targa Oumadi (Région de l’Oriental) ;
  • Barrage Khen Krou (Région de l’Oriental) ;
  • Barrage Beni Azimane (Région de l’Oriental) ;
  • Surélévation du barrage Mohammed V (Région de l’Oriental) ;
  • Barrage Ratba (Région de Fès-Meknès) ;
  • Complexe M’Dez – Aïn Timedrine (Région Fès-Meknès) ;
  • Barrage Sidi Abbou (Région Fès-Meknès) ;
  • Barrage Taghzirt (Région Béni-Mellal – Khénifra) ;
  • Barrage Oued Lakhdar (Région Béni Mellal – Khénifra) ;
  • Barrage Boukhmiss (Région Rabat Salé Kénitra) ;
  • Barrage Koudiat Borna (Région Rabat Salé Kénitra) ;
  • Barrage d’Imfout (Région Casablanca Settat) ;
  • Barrage Aït Ziyat (Région Marrakech Safi) ;
  • Barrage Boulaouane (Région Marrakech- Safi) ;
  • Surélévation du barrage Mokhtar Soussi (Région Souss Massa) ;
  • Barrage Tamri (Région Souss-Massa) ;
  • Barrage Fask (Région Guelmim Oued Noun) ;
  • Barrage Sakia El Hamra (Région Laayoune Sakia El Hamra).

Dans un prochain article, nous allons traiter des secteurs productifs

Lire aussi : TGV au Maroc : Le développement du Train à Grande Vitesse

Visitez notre page Facebook et Linkedin pour des contenus diversifiés.