Relations Maroc – Etats-Unis I

0
10644
Relations Maroc - Etats-Unis. Sous Copyright

Les relations Maroc – Etats-Unis sont les relations bilatérales entre le Maroc et les Etats-Unis. Les relations entre le Royaume du Maroc et les États-Unis remontent à la guerre d’indépendance américaine (1775-1783). Le Maroc reste l’un des alliés les plus anciens et les plus proches des Etats-Unis en Afrique du Nord, un statut affirmé par la politique de tolérance zéro du Maroc à l’égard d’Al-Qaïda et de leurs groupes affiliés. Le Maroc a également aidé la Central Intelligence Agency américaine à interroger des membres d’Al-Qaïda capturés en Afghanistan, en Irak, en Indonésie, en Somalie et ailleurs sous l’administration du 43ème président George W. Bush, qui a désigné le pays comme allié majeur non-OTAN.

Les relations diplomatiques formelles entre les États-Unis et le Maroc commencèrent en 1787 lorsque le Sénat des États-Unis ratifia un traité de paix et d’amitié entre les deux pays négocié en 1786. Renégocié en 1836, le traité est toujours en vigueur. Dans l’histoire des États-Unis, Tanger abrite la plus ancienne propriété diplomatique américaine au monde. Le musée de la légation américaine de Tanger est maintenant le seul bâtiment à l’extérieur des États-Unis qui est devenu un monument historique national. Le Maroc est également l’un des rares pays d’Afrique à offrir des voyages sans visa aux citoyens américains.

L’ambassade du Maroc au 1601 21st Street N.W., Washington, D.C. 20009. Sous Copyright

L’U.S. maintient une ambassade à Rabat, au Maroc. Le Maroc maintient une ambassade aux États-Unis au 1601 21st Street N.W., Washington, D.C. 20009.

HISTOIRE : 1777 – 1787

En 1786, sous le sultan Mohammed III, le Maroc devint le premier Etat africain et le premier Etat musulman à signer un traité avec les Etats-Unis. Le 20 décembre 1777, le sultan Mohammed ben Abdallah chargea le consul néerlandais à Salé d’écrire aux marchands et consuls européens de Tanger, Salé, Larache et Mogador, déclarant que les navires battant pavillon américain pouvaient entrer dans les ports marocains, à côté de ceux des pays européens. avec lequel le Maroc n’avait pas de liens diplomatiques, comme la Russie et la Prusse, dans les mêmes conditions que celles dont jouissaient les nations qui avaient des relations conventionnelles. Les informations sur le désir du Sultan pour des relations amicales n’atteignirent pas Benjamin Franklin, l’émissaire américain au Royaume de France à Paris avant avril 1778 au plus tôt. En 1777, le Maroc est devenu la première nation à reconnaître officiellement l’indépendance des États-Unis, mais cette «reconnaissance» n’incluait pas le traité nécessaire ni l’échange d’ambassadeurs, seulement l’admission de navires américains. Le sultan Sidi Muhammad Ibn Abdullah chercha activement à qu’un diplomate américain négocie un traité formel, mais pendant ce temps, les pirates marocains menacent la marine marchande américaine en Méditerranée. Enfin, Thomas Barclay, consul américain en France, arriva au Maroc en 1786. Il y négocia le traité d’amitié américano-marocain qui fut signé plus tard cette année en Europe par les diplomates américains John Adams et Thomas Jefferson et ratifié par le Congrès de la Confédération ( sous les anciens articles de la Confédération et du gouvernement de l’Union perpétuelle) en juillet 1787.

LA SITUATION DU MAROC

Muhammad III, ou Sidi Muhammad ibn Abdallah, est arrivé au pouvoir en 1757 et a régné jusqu’à sa mort en 1790. Avant son règne, le Maroc avait connu 30 ans de batailles intestines, d’instabilité et de troubles. Au cours des 33 années de règne de Sidi Muhammad, il a transformé la politique, l’économie et la société, plaçant le développement du commerce international au centre de son programme et rétablissant le pouvoir au sultanat. Cela a permis d’apporter rapidement le respect au Maroc sur la scène internationale. La négociation d’accords avec les puissances commerciales étrangères était au centre de sa poursuite du commerce international. Il commença activement à en chercher un avec les États-Unis bien avant que la guerre avec la Grande-Bretagne ne s’établisse en 1783, retint finalement l’attention des Américains en 1784 et accueillit chaleureusement l’arrivée de Thomas Barclay en 1786. Le traité signé par Barclay et le sultan, puis Jefferson et Adams ont été ratifiés par le Congrès de la Confédération en juillet 1787. Il a résisté à des tensions et à des tensions transatlantiques pendant plus de 239 ans, ce qui en fait la plus longue relation de traités ininterrompue de l’histoire des États-Unis.

Portrait de l’ancien Président des Etats-Unis: George Washington. Sous Copyright

L’une des nombreuses lettres entre l’Amérique et le Maroc a été celle du premier président George Washington à Muhammed Ibn Abdullah. Le 1er décembre 1789, huit mois après sa présidence, Washington parle de son autorité et de sa direction des États-Unis et de la mauvaise communication entre le Maroc et l’Amérique. Dans la lettre, Washington exprime ses regrets par manque de ponctualité mais précise que la réponse inopportune était due au changement de gouvernement et au désir de communiquer sur des termes solidifiés. Washington montre également sa gratitude pour les tactiques d’initiative diplomatique de Muhammed Ibn Abdullah dans la protection des navires américains contre les pirates. Ces actions sont appréciées en raison du manque de pouvoir que les Etats-Unis ont eu en ce moment. Le Maroc a été l’un des premiers Etats arabes, africains et musulmans à signer un traité avec l’Amérique. L’Amérique qui manquait temporairement d’une marine à l’époque, et ne pouvait pas défendre ses navires en Méditerranée.

GUERRE CIVIL AMÉRICAINE

Pendant la guerre civile américaine, le Maroc a réaffirmé son alliance diplomatique avec les États-Unis. Le Maroc est également devenu le théâtre d’un épisode coloré de relations étrangères et de guerre politique impliquant le Royaume du Maroc, les États-Unis d’Amérique, les États confédérés d’Amérique, la France et la Grande-Bretagne.

Portrait de l’amiral Raphael Semmes qui a représenté les États confédérés d’Amérique au Maroc pendant la guerre civile américaine alors que le Maroc n’a jamais officiellement reconnu les États confédérés. Sous Copyright

En 1862, les diplomates confédérés Henry Myers et Tom Tate Tunstall ont été arrêtés devant le consulat américain à Tanger après avoir fait des remarques désobligeantes sur les États-Unis et son drapeau. Le consul américain, James De Long a entendu leurs railleries et a demandé à la police marocaine de saisir les hommes. Quand l’amiral confédéré Raphael Semmes, agissant en tant que diplomate confédéré dans la région, arriva, il envoya des dépêches à autant de diplomates neutres avec lesquels il avait des contacts, y compris le consul britannique au Maroc, John Drummond Hay. Semmes a demandé à Hay de s’impliquer et d’encourager le Maroc à libérer les prisonniers, ce à quoi Hay a répondu qu’il ne pouvait que transmettre le message sans proposer aucune action, car offrir une recommandation violerait les conditions de neutralité de la Grande-Bretagne. Semmes a essayé une tactique semblable avec le consul français, mais sans succès. Finalement, les citoyens européens vivant au Maroc se sont rassemblés devant le consulat américain pour exiger la libération des prisonniers. Pendant la chaleur de la protestation, le lieutenant-commandant américain Josiah Creesey a tiré son épée, ce qui a poussé la foule à lancer des pierres. Après l’épisode, le gouvernement marocain a fait savoir officiellement à Semmes qu’ils ne pouvaient pas le rencontrer pour discuter de la situation, car les deux pays n’avaient pas de relations diplomatiques formelles. Finalement, les fonctionnaires de l’Union ont ordonné que les deux prisonniers soient envoyés à la prison de Fort Warren à Boston en passant par Cadix, en Espagne. C’est seulement après que les Français sont intervenus pendant que le navire était accosté à Cadix que le président Abraham Lincoln a émis un ordre officiel pour libérer les prisonniers.

À la suite de l’affaire, Lincoln a retiré le consul De Long. Irrités par la réponse du Maroc, les États confédérés n’ont jamais été capables de récupérer et de gérer les relations avec le Maroc. En 1863, le roi du Maroc a publié un ordre officiel indiquant en partie:

“… les États confédérés d’Amérique combattent le gouvernement avec qui nous sommes en amitié et de bonnes relations … si un navire des États dits confédérés entre dans votre port, il ne doit pas être reçu, mais vous devez l’ordonner sous peine de saisie, et vous agirez à ce sujet en coopération avec les États-Unis.

FIN DU XIXe SIÈCLE, DÉBUT DU XXe SIÈCLE

Le jour des élections en 1815 par John Lewis Krimmel. Sous Copyright

À la fin de la guerre civile, la première convention internationale jamais signée par les États-Unis, le traité du phare de Spartel de 1865, traitait d’une aide à la navigation érigée du côté marocain du détroit de Gibraltar. Le traité, ratifié par le Maroc, le président Andrew Johnson et neuf chefs d’Etat européens, a accordé la neutralité au phare, à condition que les dix puissances navales signataires de l’accord assument la responsabilité de son maintien. Au tournant du XXe siècle, alors que les colonisateurs européens regardaient avec véhémence les ressources du Maroc et les ports stratégiquement situés, les États-Unis défendirent fermement le droit du Royaume à la souveraineté de la Conférence de Madrid (1880) et à la Conférence d’Algésiras de 1906.

En fait, les puissances européennes étaient en train de s’engager dans une guerre continentale à cause du Maroc en 1905. Le président Theodore Roosevelt joua un rôle important dans le règlement de l’affaire lors de la Conférence d’Algésiras en 1906. Elihu Root, son secrétaire d’État, a déclaré:

Elihu Root en 1845-1937. Sous Copyright.

“Le fair-play est ce que les États-Unis demandent – pour le Maroc et pour toutes les nations intéressées et il attend avec confiance ce résultat.”

Le président Roosevelt a proposé un plan de compromis. La proposition accordait au Maroc, une plus grande autonomie et permettait à toutes les nations européennes de commercer avec le Maroc.

En 1912, après que le Maroc est devenu un protectorat de l’Espagne et de la France à cause de la mauvaise gestion des dirigeants marocains, les diplomates américains ont appelé les puissances européennes à exercer un pouvoir colonial garantissant la tolérance raciale et religieuse.

La suite de la deuxième partie des relations Maroc – Etats-Unis arrive bientôt…