Maroc : amende de 165 millions d’euros pour les groupes pétroliers

0
501
Maroc - amende de 165 millions d'euros pour les groupes pétroliers

Le Conseil de la concurrence marocain a infligé une amende globale de 165 millions d’euros à neuf sociétés pétrolières. Les géants français TotalEnergies, le marocain Afriquia et l’anglo-néerlandais Vivo Energy (Shell), sont sanctionnés pour pratiques anticoncurrentielles. Cette sanction, qui met fin à une affaire qui a duré plus de cinq ans, est jugée toutefois minime au regard des bénéfices engrangés par ces sociétés depuis la libéralisation du secteur.

Les neuf entreprises ont conclu des accords avec le Conseil de la concurrence marocain, qui prévoient un ensemble d’engagements comportementaux auxquels elles devront se soumettre afin d’améliorer le fonctionnement concurrentiel du marché des hydrocarbures à l’avenir. Toutefois, le montant de la sanction paraît faible au regard des chiffres d’affaires et des profits générés par ces sociétés dans le pays, ainsi que des sanctions qu’avait préconisées le Conseil de la concurrence en 2020.

Lire aussi : Retour sur la campagne de boycott de Centrale laitière, Sidi Ali et Afriquia.

Bénéfices colossaux pour les distributeurs

Les bénéfices réalisés par les distributeurs d’hydrocarbures au Maroc sont considérés comme colossaux et illégitimes par certains experts. En effet, le secteur a été libéralisé en 2015. Les importateurs ont eu la liberté de fixer librement les prix à la pompe. Cette situation a permis a Total, Afriquia et Vivo Energy, de se partager plus de 60 % du marché. Ils réalisent ainsi des bénéfices jugés excessifs.

En 2018, un rapport parlementaire a révélé que les distributeurs d’hydrocarbures avaient encaissé 17 milliards de dirhams (1,5 milliard d’euros) de profits supplémentaires par rapport à ce qu’ils gagnaient avant le désengagement de l’Etat. Ces marges additionnelles auraient atteint 45 milliards de dirhams (environ 4 milliards d’euros) sur la période de 2016 à 2021, selon des experts du mouvement citoyen « Damir », qui avaient poursuivi l’exercice.

La libération du secteur mise en cause

La libéralisation du secteur a également entraîné une situation où les distributeurs peuvent fixer les prix à leur guise, sans régulation ni contrôle. En 2022, Total et Afriquia ont enregistré un chiffre d’affaires de 29,2 milliards de dirhams (2,6 milliards d’euros).

En résumé, la libéralisation du secteur des hydrocarbures au Maroc a permis aux distributeurs de réaliser des bénéfices considérables. Ces derniers, jugés excessifs et illégitimes par certains experts. Cela a amené le Conseil de la concurrence marocaine à sanctionner avec une amende.

Hausse des Prix à la Pompe qui à conduit à l’amende

Au Maroc, les prix à la pompe ont atteint des niveaux records depuis la flambée des prix pétroliers en 2022. En novembre 2023, ils plafonnent autour de 14 dirhams le litre. cela a un impact négatif sur les ménages et les petites et moyennes entreprises. La crise sanitaire a aggravé le niveau de pauvreté et les inégalités sociales, rendant la situation encore plus difficile.

En somme, la hausse des prix à la pompe est un problème majeur pour les Marocains. Ce problème touche en particulier les plus vulnérables. Le gouvernement doit trouver des solutions à long terme pour réduire l’impact de cette hausse sur la population.

Visitez nos pages Facebook et Linkedin pour des contenus diversifiés.

Image Product Feature Price
TOP Pick
Discovery Morocco - Maroc : amende de 165 millions d'euros pour les groupes pétroliers
Cahier Écriture Française
Cahiers d’exercices magiques pour l’écriture et la calligraphie – Réutilisables – 4 livres et stylos Amazon
Trending
Discovery Morocco - Maroc : amende de 165 millions d'euros pour les groupes pétroliers
Friteuse sans Huile
COSORI Air Fryer 5,5L avec 13 Fonctions, Friteuse sans Huile 1700W, avec 100 Recettes , Pour Cuire, Frire, Rôtir et Griller tous vos Aliments Amazon