MÉDECINE ET SAINTS

0
398
SOUS COPYRIGHT.

Dans son livre La médecine et les saints : “La science, l’islam et la rencontre coloniale dans …” d’Ellen J. Amster, elle décrit précisement que Nous commençons au XIXe siècle avec l’implosion lente de l’État précolonial marocain, le Makhzen, et les reconstitutions du Maroc en tant qu’État et politique sous domination française (1912 – 1956). Troisième possession de la France en Afrique du Nord après l’Algérie (1830) et la Tunisie (1881), le protectorat français au Maroc (1912) faisait partie de la nouvelle mission de la troisième république française de guider les peuples de l’empire vers la modernité par l'”association”, une politique mise en œuvre par le premier résident général du Maroc, Louis-Hubert-Gonzalve Lyautey (1912 – 1925).

“L’association républicaine” était une contradiction dans les termes, cependant, car la science française a progressé à partir d’un effort pour contenir marocain à travers son corps. Nous retraçons les ambitions positivistes des médecins, sociologues, philologues et historiens coloniaux français, l’histoire sociale des rencontres et des transformations provoquées par les interventions médicales françaises, et la manière dont les nationalistes marocains se sont finalement appropriés un modèle français de modernité pour inventer l’Etat-nation indépendant. Nous considérons l’héritage de la médecine coloniale dans la santé et la guérison marocaines contemporaines à travers des entretiens avec des patients, des médecins et des sages-femmes à Fès, 1995-2000.

Au Maroc précolonial, la souveraineté est née d’une conception soufi islamique de la corporéité sociale. Les Marocains ont raconté leur histoire locale et collective en visitant des sanctuaires et en pratiquant la guérison, des formes narratives qui ont fait du Maroc un grand arbre généalogique. Du corps génératif du sultan Idris II aux tribus et villes du Maroc, les miséricordes de guérison de Dieu (baraka) coulaient dans l’eau et le sang humain. Idris II devint un “saint” musulman, ou Wali.

La guérison sainte trahit l’essence de la légitimité politique précoloniale marocaine. La guérison par la sainteté est le résidu historique d’un modèle soufi de souveraineté populaire, une idée de politique populaire qui a finalement disparu au Maroc entre 1900 et 1930.

 

PARTAGER
Article précédent#EditoDeMexico2 : Crise d’Etat au Venezuela, une bonne nouvelle pour le Maroc ?
Article suivantLe pain nu, le livre de la nature humaine
Je me représente comme Ambassadrice du Maroc, j'écris sur mon pays et je le défends, je le découvre chaque fois où j'écris un article. Mon pays est riche avec de divers culture, Mon Maroc est à moi et à tous ceux qui l'aiment profondément. Hommage à mon père qui m'a toujours appris l'amour de la patrie. J'aime écrire sur l'histoire du Maroc en collectant des extraits des livres.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here