L’ENSEIGNEMENT DE L’ART COLONIAL FRANÇAIS AU MAROC

0
73
SOUS COPYRIGHT.

Dans Son livre “L’art au service du colonialisme : L’enseignement de l’art français au Maroc 1912-1956″, décrit Hamid Irbouh :

Les autorités françaises ont exercé leur hégémonie la plus puissante sur les masses marocaines par l’éducation. Les archives françaises contiennent de nombreux cas indiquant comment les Français ont constamment promu leurs programmes éducatifs dans le cadre d’un geste humanitaire.

La complexité de l’exploitation coloniale peut parfois être difficile à discerner complètement, car les Français ont soigneusement déguisé leurs véritables objectifs et présenté leur mission comme altruiste. En réalité, ils avaient peu d’intérêt à améliorer la vie des Marocains. La correspondance dans les archives de l’Administration générale de l’éducation publique contient des documents d’une délicatesse remarquable, qui révèlent des profits flagrants.

[…]

L’élite marocaine, principalement l’aristocratie et les fonctionnaires du Makhzen, en quête d’une éducation moderne, s’est inscrite dans les écoles franco-arabes, afin de préserver son statut social et son prestige.

Sous la supervision de fonctionnaires français, les élites instruites gèrent en effet les échelons inférieurs de l’administration du protectorat en tant que commis dans la branche civile et agents auxiliaires de police. Ils ont accepté leur rôle subordonné et ont cru pendant des années que la politique du Protectorat représentait leurs propres intérêts. Les réformes éducatives, ancrées dans les principes d’une assimilation coloniale partielle, visaient cependant à inculquer aux Marocains l’incapacité de concevoir des alternatives aux politiques françaises.

Les autorités françaises ont créé les écoles professionnelles pour les pauvres marocains et créé ce que Michel Foucault a appelé des ” carrières disciplinaires “, dans lesquelles diverses méthodes éducatives et pédagogiques mettent en branle un processus de régulation et d’éthique du travail.

A la fin du programme, les compétences et le comportement social des Marocains formés sont devenus prévisibles. Le principe directeur de ces établissements reposait sur une notion puissante, bien qu’imprécise, selon laquelle l’artisanat marocain pouvait exister de façon autonome, coupée de son contexte historique, social et culturel. En fait, comme je le démontrerai tout au long de ce livre, les administrateurs de l’école se sont constamment vus comme participant à la renaissance de la culture visuelle marocaine d’une manière qui a élaboré et consolidé l’hégémonie culturelle française.

PARTAGER
Article précédentLES RACINES HISTORIQUES : LE MONARQUE ALAWI
Article suivant#EditoDeMexico 33: Comment et avec qui élaborer le projet de développement?
Je me représente comme Ambassadrice du Maroc, j'écris sur mon pays et je le défends, je le découvre chaque fois où j'écris un article. Mon pays est riche avec de divers culture, Mon Maroc est à moi et à tous ceux qui l'aiment profondément. Hommage à mon père qui m'a toujours appris l'amour de la patrie. J'aime écrire sur l'histoire du Maroc en collectant des extraits des livres.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here