#EditoDeMexico 80 : Un discours royal direct et lucide

0
1277

Mohamed Badine El Yattioui, docteur en Science Politique de l’université de Lyon (France). Spécialiste des questions de sécurité globale et de gouvernance globale, il enseigne à la UDLAP (Universidad De Las Américas Puebla) au Mexique et à l’Université Jean Moulin Lyon III. Il préside le think-tank NejMaroc, Centre Marocain de Recherche sur la Globalisation qui publie une revue semestrielle et qui organise des événements dans différents pays et dirige le Séminaire Permanent sur le monde musulman (Observatorio sobre el mundo musulman) ILM.

Alors que la situation sanitaire s’aggrave au Maroc les grandes lignes du discours de Sa Majesté le Roi, à l’occasion de l’anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple, sont claires : ceux qui ne respectent pas les mesures de sécurité sont au minimum dépourvus d’esprit national pire vont contre l’intérêt de la Nation. Le Souverain a rappelé que “ces postures prennent à rebours les efforts fournis par l’Etat”. Par ailleurs, un retour au confinement total n’est pas à exclure si la situation empire.

Le discours royal a été direct, franc et audacieux. Les conséquences économiques et sociales pourraient être terribles car “l’Etat, qui, Dieu soit loué, a réussi à apporter son soutien à de nombreuses familles restées sans moyens de subsistance. Toutefois, cet appui ne peut continuer indéfiniment, car les aides accordées par l’Etat excèdent ses ressources.” L’économie marocaine souffre cette année. Le projet de Loi de Finances 2021 vise une croissance économique de 5,4 % contre -5% en 2020. Le mois dernier, le Haut-Commissariat au Plan (HCP) avait annoncé pour sa part une croissance de 4,4% en 2021, après -5,8% en 2020.

Seul un Etat social fort et régulateur semble capable d’amortir les chocs. Cela veut dire que plusieurs défis se posent au secteur public. La nécessité d’une meilleure élaboration des politiques publiques, sans parler d’une évaluation réelle. Un management public rénové est donc obligatoire. Il y a donc la nécessité de moderniser le système de gouvernance du secteur public afin de le rendre plus efficace et plus efficient afin de corriger les dysfonctionnements structurels et privilégier une cohérence.

Une culture du résultat au sein de l’administration publique doit donc se développer afin de répondre aux attentes des citoyens. Si l’objectif est de voir le pays se hisser au rang des pays émergents, une gouvernance basée sur la reddition des comptes et l’évaluation régulière des politiques publiques semblent obligatoires. La justice sociale et une meilleure affectation des ressources budgétaires sont au cœur de cette réflexion.

Mais ce n’est pas tout. Les autorités publiques seules n’y arriveront pas. La société civile a une place non négligeable à prendre dans ce combat. Une stratégie collective et rassembleuse doit se mettre en place afin de ne laisser aucun espace marginalisé. SM le Roi a mis en garde les Marocains et les a tous rappelé, sans exception, à leurs responsabilités: “Dans le Discours que Je te livre aujourd’hui, Mon intention n’est pas de t’adresser des reproches. Je tiens, plutôt, à te faire part expressément de Mes appréhensions quant à une éventuelle hausse exponentielle des cas de contaminations et de décès”.

Il a mis en avant la nécessité de développer un “patriotisme sincère” en rappelant l’Histoire du Royaume et la glorieuse Révolution du Roi et du Peuple. Un patriotisme solidaire en somme.

PARTAGER
Article précédentDiscours du Roi Mohammed VI à l’occasion du 67e anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple
Article suivant#EditoDeMexico 81 : Maroc/Mali: radiographie d’une relation fraternelle
El Yattioui Mohamed Badine, né en France de parents marocains, est docteur en Science Politique de l'université de Lyon (France). Il a rédigé une thèse intitulée "Les enjeux géostratégiques des programmes publics de Washington à destination de l'Amérique Latine, de George Bush père à George Bush fils (1988-2008)". Spécialiste des questions de sécurité globale et de gouvernance globale, il enseigne à la UDLAP Cholula, Puebla (Universidad De Las Américas Puebla) au Mexique et à l'Université Jean Moulin Lyon III. Il préside le think-tank NejMaroc, Centre Marocain de Recherche sur la Globalisation qui publie une revue universitaire semestrielle et en parallèle, organise des événements dans différents pays. Par ailleurs, il dirige le Séminaire Permanent sur le monde musulman (Observatorio sobre el mundo musulman) au sein de la UDLAP dont la publication d'un livre sur les institutions politiques du monde musulman contemporain en espagnol au cours de l'année 2019 connaît un franc succès. De plus, il publie des articles académiques pour des revues universitaires et scientifiques marocaines, mexicaines et colombiennes tout en participant à des conférences/congrès au Maroc, en France, en Colombie et au Mexique.