E-Dirham au Maroc : Évaluation et Perspectives

0
2451
E-Dirham au Maroc : Évaluation et Perspectives

E-Dirham au Maroc – l’évolution se poursuit. Lors du salon Gitex Africa, Abderrahim Bouazza, directeur général de Bank Al Maghrib, a annoncé que la banque centrale mène une étude de faisabilité pour évaluer le déploiement de cette nouvelle monnaie numérique. L’introduction du e-Dirham vise à réduire la circulation du cash, dont le volume ne cesse d’atteindre de nouveaux records.

Lire aussi : Gitex Africa Morocco 2024 : Technologie et entrepreneuriat.

Mise en Place du Projet e-Dirham par Bank Al Maghrib

Bank Al Maghrib a pris des mesures significatives pour évaluer l’introduction de la monnaie numérique, le e-Dirham.

Annonce de l’Étude de Faisabilité pour le Déploiement du e-Dirham

Lors du salon Gitex Africa, Abderrahim Bouazza a révélé que Bank Al Maghrib, en suivant l’exemple des banques centrales européennes, étudie la faisabilité du déploiement du e-Dirham au Maroc. Cette étude vise à analyser les avantages et les défis potentiels liés à l’introduction de cette monnaie numérique. Le but est d’évaluer les impacts sur l’économie marocaine et de préparer un cadre efficace pour son implémentation future.

Implications de la Monnaie Numérique sur la Circulation du Cash

L’introduction du e-Dirham pourrait avoir un impact significatif sur la réduction de la circulation du cash au Maroc. En offrant une alternative numérique sécurisée et pratique. Le e-Dirham au Maroc pourrait encourager les transactions électroniques et diminuer la dépendance au cash. Cela pourrait également contribuer à une meilleure traçabilité des transactions financières, réduisant ainsi les risques liés à l’économie informelle et au blanchiment d’argent.

Enjeux Réglementaires et Institutionnels du e-Dirham

Bank Al Maghrib a également mis en place un cadre institutionnel pour gérer les questions relatives à la Central Bank Digital Currency (CBDC) et les défis associés à l’évolution des crypto-actifs.

Lire aussi : Financer l’Avenir : Réformes et Innovations dans le Secteur Financier Marocain.

Création d’un Cadre Institutionnel pour la CBDC

Le Maroc a récemment mis en place un cadre institutionnel dédié à la Central Bank Digital Currency (CBDC). Un comité a été créé au sein de Bank Al Maghrib pour identifier et analyser les avantages et les risques de la CBDC pour l’économie marocaine. Ce comité est chargé de proposer des mesures nécessaires pour gérer l’évolution des crypto-actifs au niveau national et international.

Défis et Préparations Face à l’Évolution des Crypto-Actifs

Bank Al Maghrib reconnaît les défis posés par l’évolution rapide des crypto-actifs. Depuis l’interdiction formelle de l’usage des cryptomonnaies en 2017, les autorités marocaines ont mis en garde contre les risques associés, tels que la volatilité des cours et les utilisations illicites. Pour se préparer à une éventuelle introduction du e-Dirham au Maroc, Bank Al Maghrib envisage plusieurs mesures :

  • Surveillance continue des évolutions internationales : Suivi des développements en matière de CBDC et des régulations associées.
  • Évaluation des risques économiques et financiers : Analyse des impacts potentiels sur la stabilité économique et financière du pays.
  • Collaboration avec d’autres institutions financières : Travailler en partenariat avec des entités internationales pour partager des connaissances et des pratiques exemplaires.

Ces efforts montrent l’engagement du Maroc à s’adapter aux nouvelles réalités économiques tout en assurant la sécurité et la stabilité du système financier national.

En conclusion, l’évolution du projet e-Dirham au Maroc témoigne de l’engagement du pays à intégrer les innovations numériques dans son système financier. Le succès de cette initiative dépendra de la mise en place de régulations adéquates et de la gestion des risques associés aux monnaies numériques.

Pour plus d’actualité sur le Maroc, c’est ici.