Aïd Al-Adha au Maroc : Impact Économique

0
455
Aïd Al-Adha au Maroc : Impact Économique

L’Aïd Al-Adha au Maroc apporte son lot de défis financiers pour de nombreuses familles. Un récent sondage mené par le Centre marocain pour la citoyenneté (CMC) révèle les difficultés rencontrées pour acheter et nourrir les moutons nécessaires à cette célébration. Ce sondage met en lumière les disparités économiques et les opinions variées sur les politiques gouvernementales.

Lire aussi : Moutons à Berrechid : Mort massive.

La Charge Économique de l’Aïd Al-Adha au Maroc

Chaque année, l’achat d’un mouton pour l’Aïd Al-Adha représente une dépense importante pour les familles marocaines. Le sondage du CMC, réalisé entre le 21 et le 31 mai sur un échantillon de 1000 personnes, montre que 55 % des Marocains trouvent ces coûts difficiles à gérer. De plus, 23 % des sondés estiment que ces dépenses sont assez difficiles à supporter, mettant en évidence une pression économique notable.

Disparités et Défis Financiers

Les résultats du sondage révèlent une disparité significative dans la capacité des ménages à supporter ces coûts :

  • 55 % trouvent les coûts difficiles à gérer.
  • 23 % les trouvent assez difficiles.
  • 17 % disent les gérer sans difficulté.

Ces chiffres montrent que la majorité des familles marocaines ressentent une pression financière importante lors de l’Aïd Al-Adha. La majorité des personnes interrogées déclarent que renoncer à l’achat d’un mouton priverait leurs enfants de la joie de la fête, soulignant l’importance de cette tradition.

Image Product Feature Price
TOP Pick
Discovery Morocco - Aïd Al-Adha au Maroc : Impact Économique
Cahier Écriture Française
Cahiers d’exercices magiques pour l’écriture et la calligraphie – Réutilisables – 4 livres et stylos Amazon
Trending
Discovery Morocco - Aïd Al-Adha au Maroc : Impact Économique
Friteuse sans Huile
COSORI Air Fryer 5,5L avec 13 Fonctions, Friteuse sans Huile 1700W, avec 100 Recettes , Pour Cuire, Frire, Rôtir et Griller tous vos Aliments Amazon

Opinions sur les Politiques Gouvernementales

Les perceptions des politiques gouvernementales sont variées. Environ 64 % des Marocains jugent que la politique actuelle ne permettra pas de faire baisser les prix. Ils estiment que ces mesures profitent principalement aux éleveurs et aux agriculteurs. De plus, 82 % des sondés préfèrent que le gouvernement accorde des aides directes aux ménages pauvres plutôt que des subventions aux importateurs.

Conséquences Économiques et Solutions Potentielles

L’Aïd Al-Adha au Maroc a des répercussions économiques importantes, notamment en termes de prix des moutons. La crise économique actuelle et la baisse du pouvoir d’achat augmentent les défis financiers pour les familles marocaines.

Lire aussi : Aïd Adha 2024 Maroc : Préparatifs et directives de l’ONSSA.

Impact de la Sécheresse sur les Prix

La sécheresse persistante a gravement affecté les pâturages et la production locale, entraînant une hausse des coûts des moutons. En réponse, le ministère de l’Agriculture a importé 600 000 têtes de moutons pour garantir un approvisionnement suffisant. Cependant, les prix restent élevés. Les professionnels du secteur prévoient une augmentation des prix d’environ 15 %, portant le coût du mouton de race Sardi entre 70 et 75 DH le kilogramme.

Stratégies d’Adaptation des Ménages

Pour gérer ces coûts élevés, les ménages adoptent diverses stratégies :

  • Utilisation de l’épargne : 30 % des sondés utilisent leurs économies pour acheter un mouton.
  • Emprunts informels : 5,3 % empruntent de manière informelle.
  • Solidarité familiale : 3,7 % comptent sur l’aide de leur famille.
  • Primes d’entreprise : 3 % bénéficient de primes.
  • Prêts bancaires et dons : 2 % obtiennent leur mouton grâce à des prêts ou des dons.

Ces stratégies montrent la résilience des familles marocaines face aux défis économiques de l’Aïd Al-Adha au Maroc.

En conclusion, l’Aïd Al-Adha au Maroc représente une charge économique significative pour les familles marocaines, exacerbée par la crise économique et la sécheresse. Les efforts gouvernementaux pour stabiliser les prix et les stratégies d’adaptation des ménages sont cruciaux pour maintenir cette tradition vivante. Cependant, des mesures supplémentaires pourraient être nécessaires pour alléger les pressions financières sur les familles et assurer une célébration harmonieuse de cette fête religieuse importante.

Pour plus d’actualité sur le Maroc, c’est ici.