Sahara : la diplomatie marocaine remporte son bras de fer face à l’Algérie et le Polisario

0
15607

Sahara – La diplomatie marocaine remporte son bras de fer face à l’Algérie et au Polisario, à New York.

Nasser Bourita, MAE et de la Coopération Internationale du Royaume, a remis un message de la part du Roi Mohammed VI à l’attention du SG de l’ONU : M. Antonio Guterres face à la situation critique dans la zone tampon du Sahara.

Les Etats-Unis et la France ont soutenu l’option du Maroc favorable à une solution politique, négociée et mutuellement acceptable. Cette option met fin au “fameux référendum d’autodétermination” demandée par Alger car le S.G souligne dans son rapport : l’absence de recensement dans les camps de réfugiés à Tindouf et souligne que l’Algérie et la Mauritanie doivent contribuer positivement à la résolution du conflit. En nommant l’Algérie et la Mauritanie, le S.G de l’ONU démontre l’implication de ces deux pays dans le conflit régional or que l’Algérie se prétendait “nullement concernée”.

De plus, l’Algérie et le Polisario ont intérêt à ne pas autoriser le HCR (Haut-Commissariat de l’ONU) mener un recensement des réfugiés, préalable à un éventuel référendum, car une partie importante de ces réfugiés ne vient pas du Sahara mais des pays voisins comme le Niger, la Mauritanie etc. Ainsi, le nombre de votants serait faible et le Maroc risque d’emporter le référendum.

Dans sa résolution, le S.G de l’ONU souligne que le Polisario a effectivement violé l’accord de cessez-le-feu, à maintes reprises, durant l’année 2017 et a remercié le Maroc pour sa retenue.

Néanmoins, Omar Hilale et Nasser Bourita ont souligné que la patience du Maroc a des limites et a insisté auprès du SG que la zone tampon doit être vidée des éléments du Polisario. Par ailleurs, certains éléments du Polisario se sont déjà retirés de Bir Lahlou, Tifaritit et Guerguerate après la mobilisation des partis politiques et de l’armée.

Le S.G de l’ONU a confirmé également que seul l’ONU est le leader sur ce différent régional excluant tout rôle à l’Union Africaine ou à l’Union Européenne. Le rapport ne mentionne même pas les entretiens entre l’émissaire Kohler et les supporters du Polisario comme le président de la Commission de l’UA : Moussa Faki ou l’algérien Ismail Chergui. L’Algérie souhaitait que l’U.A soit impliqué dans le conflit, chose que l’ONU refuse catégoriquement.

Les preuves satellites MVI-A ont également été présenté au S.G de l’ONU confirmant que la MINURSO (surveillance de la zone tampon) ne fait pas son travail correctement. Par ailleurs, le président américain Donald Trump a décidé de réduire sa contribution financière à la mission onusienne pour la surveillance du territoire et a donné son autorisation pour la livraison, aux FAR, des derniers chars M1 Abrams. Ces faits démontrent que la MINURSO va devenir de plus en plus marginalisée, à terme.

Le Maroc restera en alerte rouge et l’armée mobilisée tant qu’il reste un élément du Polisario dans la zone tampon afin que le Conseil de Sécurité de l’ONU prenne ses responsabilités.

Parallèlement, le Maroc va continuer son offensive anti-Polisario sur le continent africain.

Enfin, le rapport final d’avril sera rédigé par la France, grand allié du Maroc dans la question du Sahara. Auparavant, le rapport était rédigé par les Etats-Unis qui faisaient souvent pression sur le Royaume pour y inclure des monitorings sur les droits de l’homme. Ces réclamations étaient au coeur de l’attaque diplomatique de l’axe Algérie-Polisario et sont définitivement écartées.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here