RECONSTRUIRE L’ÉTAT MAROCAIN

0
4201
Sous Copyright.

La guerre civile sans fin qui a suivi la mort du sultan Ismaïl en 1727 a entraîné une dispersion de l’état du pouvoir, une réputation entachée de la “dynastie Alaoui” au pouvoir et une économie dévastée.

Le sultan Abdallah (régnant de 1729 à 1757 par intermittence), fils du grand constructeur d’État Ismaïl, subit l’ignominie d’être déposé cinq fois au cours de ses trente années de règne; ces convulsions constituaient une dure leçon pour son propre fils et successeur, Mohammed III (régné de 1757 à 1790), convaincu que pour préserver la dynastie, une nouvelle approche de la gestion de l’État était nécessaire.

Les problèmes chroniques ont engendré des problèmes sans fin: une campagne trépidante, tribale, nécessitant une surveillance constante; une économie de subsistance en proie à des réserves de capital insuffisantes; un manque d’infrastructures sous forme de routes, de ponts et d’autres moyens de communication. La population du dernier quart du XVIIIe siècle a oscillé entre quatre et cinq millions de personnes, mais elle a été stagnée par des vagues périodiques de maladies, de sécheresses et de famines.

D’autres problèmes endémiques ont bloqué la voie vers la consolidation du pouvoir de l’État, créant un déficit permanent de capacité au centre: l’armée était mal organisée, mal disciplinée et composée d’une garde prétorienne rebelle et de contingents tribaux peu fiables, la bureaucratie était indisciplinée. et corrompu, et les classes religieuses, ou “Oulamas”, étaient notoirement indépendants. Enfin, la marine avait été dissoute, laissant le littoral marocain dénué de protection.

Petit-fils de l’illustre Ismaïl, Mohammed III comprit que pour renforcer la stabilité de son gouvernement, il devait reconstruire l’État à partir de ses fondements. Il entretint une correspondance vivante avec la cour ottomane et échangea des émissaires avec eux. Son envoyé le plus fiable était l’historien “Abd al Qasem Al-Zayani”, qui a rapporté d’Istanbul des informations de première main sur la manière ottomane de faire les choses dans l’ordre, la rationalité et la force organisationnelle.

Suivant l’exemple ottoman, le sultan Mohammed III a d’abord réorganisé la bureaucratie d’État en l’étendant au niveau local; puis il a réorganisé l’armée, la rendant plus sensible à son commandement. Enfin, il a révisé la base financière de l’État avec de nouvelles méthodes de perception des impôts reposant sur les droits de douane provenant du commerce extérieur.

Ces réformes audacieuses distinguent le sultan Mohammad III en tant qu’initiateur d’une nouvelle ère de l’histoire marocaine, influencée par des allusions à la modernité filtrée par des pratiques arrivant au Maroc principalement de l’Est.

L’ampleur des ambitions du sultan Mohammed III était si vaste que l’historien marocain Abdallah Laroui a qualifié “l’architecte du Maroc moderne”.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here