Pourquoi les Maures ont aidé la France?

1
2570
Les Maures - Grand homme et femme qui se sont perdus dans les livres d'histoire.Sous Copyright

Un court article de George Padmore discutant l’utilisation des troupes marocaines par les forces franquistes dans la guerre civile espagnole, après que le gouvernement du Front populaire ait décidé de maintenir la domination coloniale.

On a beaucoup écrit sur les Maures dans diverses sections de la presse de gauche dans ce pays et dans d’autres. Ils ont été appelés «l’écume de la terre», «riff-raff noir», «mercenaires», et d’autres noms semblables.

Il semble assez étrange que les gens qui utilisent ces épithètes oublient commodément que ces malheureux Africains sont autant victimes d’un système social que les Européens, qui sont forcés par pure nécessité économique dans les forces armées des États capitalistes et utilisés par les impérialistes pour Abattre des indigènes désarmés et sans défense dans les colonies au nom de la «démocratie» et de la «loi et l’ordre».

 

Sous Copyright

Ce ne sont pas les Maures politiquement arriérés qui devraient être blâmés d’être utilisés par les forces de réaction contre les ouvriers et les paysans espagnols, mais les dirigeants du Front populaire, qui, en essayant de poursuivre la politique de l’impérialisme espagnol, ont rendu possible Franco pour exploiter les indigènes au service du fascisme.

Les travailleurs britanniques ont beaucoup à apprendre de cette affaire tragique, que tout socialiste révolutionnaire, quelle que soit sa race ou sa nationalité, doit déplorer.

Aucun peuple n’a eu à payer un tel prix pour Empire que les travailleurs espagnols. Ce devrait être un avertissement pour les travailleurs français et britanniques dont les classes dirigeantes contrôlent les plus grands empires.

Après la guerre américaine de 1898, l’Espagne s’est tournée vers l’Afrique dans l’espoir d’y récupérer la perte de ses colonies antillaises et pacifiques. Mais c’était trop tard. La plus grande partie du continent était déjà partagée. Cependant, en 1912, la France lui a accordé une petite bande du nord-est du Maroc comme un pot de vin pour son soutien contre l’Allemagne.

Mais ce n’est qu’après la guerre mondiale qu’une tentative fut faite pour établir le contrôle de l’arrière-pays. En 1921, AbdelKrim organisa une révolte des Riffs contre cette pénétration. La garnison espagnole d’Anual fut complètement anéantie. Les Riff ont tout balayé devant eux. Le prestige de l’Espagne a subi un coup terrible.

Le haut commandement militaire a appelé à la vengeance. Comme première étape, la caste militaire réprima la constitution espagnole et instaura une dictature sous Primo de Rivera en 1923. Ainsi, pour asservir les Maures, le joug fut d’abord resserré autour du cou des Espagnols: ce qui confirme ce que dit Lénine. “Aucun peuple opprimant les autres peuples ne peut être libre”.

L’année suivante, l’Espagne et la France se sont combinées contre les Maures. Abdel Krim se rendit en 1926 et fut banni à Madagascar. En ce temps-là, l’Internationale communiste, en particulier sa section française, était à l’avant-garde de la lutte au nom des Riffs. Aujourd’hui, aucune voix n’est exprimée au nom d’AbdelKrim. Mais les Maures n’ont pas oublié leur vaillant chef pourri sur une île de l’océan Indien.

Si le gouvernement du Front populaire, dès sa prise de fonction, avait promulgué des décrets accordant aux peuples coloniaux des réformes économiques et politiques comme un geste d’autogouvernement et avait appelé à leur soutien contre la France, il aurait été assuré.

Sous Copyright

 

Car les Maures n’ont pas d’intérêt idéologique particulier pour le fascisme. Comme la plupart des peuples coloniaux, ils ne sont pas concernés par les conflits politiques conflictuels qui se déroulent en Europe. Pour eux, tous les blancs se ressemblent – un sentiment qui ne peut guère être autrement lorsque les gouvernements du Front populaire et du travail les oppriment et les exploitent de la même manière que Tory et d’autres capitalistes réactionnaires. Ce sont seulement les travailleurs coloniaux les plus avancés politiquement qui sont capables de faire la distinction entre les oppresseurs blancs et les blancs opprimés.

Ce n’est que lorsque les mouvements ouvriers européens, en particulier dans les pays avec de grands empires comme la Grande-Bretagne et la France, montreront plus de solidarité dans les actes et non dans les mots, que cette méfiance et ce soupçon seront éliminés.

La misère économique et la famine ont aussi permis aux fascistes de recruter des indigènes. Toutes les régions les plus fertiles du Maroc ont été confisquées et données aux colons espagnols. La plupart des membres de la tribu gagnent une existence en cultivant de petits lots de la manière la plus primitive. D’autres sont engagés dans des occupations pastorales. Mais ils n’ont aucun moyen de disposer de leur bétail. Puisque l’Espagne est le seul marché, la préférence est donnée aux colons espagnols chaque fois qu’il y a une demande pour le bétail et les oeufs – les deux seules marchandises exportées. Le résultat est que des milliers d’indigènes ont dérivé de leurs villages dans les colonies côtières et les villes, où ils mendient dans les bazars.

Les ouvriers de l’industrie sont engagés dans les mines de minerai de fer de Melilla, mais leur condition n’est guère meilleure que celle des paysans. Le salaire moyen est d’environ 6dhs par jour au taux d’échange actuel!

N’ayant aucune industrie à taxer et une armée et une bureaucratie importantes à maintenir, les autorités espagnoles au Maroc s’efforcent d’augmenter la subvention annuelle fournie par le gouvernement du pays en imposant aux indigènes de lourdes taxes. Ceux qui sont incapables de payer ont leurs terres et leur bétail confisqués.

Commentant la situation économique, Senor Vicens, conseiller du gouvernement du front populaire, dans une interview à “Opportunity” (mars 1938), a déclaré que “les récoltes ont été très mauvaises l’année dernière et la misère du peuple a été terrible depuis. Pour beaucoup d’entre eux, la guerre était une aubaine: elle signifiait une offre de travail avec une promesse de salaire.

“Les premiers Maures amenés en Espagne pour cette guerre étaient déjà dans les formations militaires coloniales. C’étaient des soldats réguliers, commandés par leurs offres commandantes pour servir en Espagne. Les chefs et les officiers étant des fascistes, ils ont été expulsés du côté fasciste.

“Bien que beaucoup d’entre eux n’aient pas eu le désir particulier de venir en Espagne à cette époque, ils n’avaient pas le choix – pas plus que les autres troupes coloniales n’ont le choix quant au moment et à l’endroit où ils doivent se battre.”

Interrogé pour expliquer pourquoi le gouvernement du Front populaire n’a pas fait un geste d’indépendance aux Maures, Senor Vicens a répondu:

“Les Républicains auraient accordé l’autonomie au Maroc il y a longtemps, bien que la France ne l’autorise pas. La France craignait l’effet sur ses colonies africaines voisines. Dès que le Maroc serait devenu un Etat indépendant, les colonies françaises auraient exigé leur libération et leur indépendance. La France n’était pas prête à leur accorder cela, et nous étions liés à la France par un esprit de coopération.

Ce sont les ouvriers et les paysans espagnols, d’une part, et les Maures, de l’autre, qui payent de leur vie cette trahison.

C’est le prix du Gouvernement du Front Populaire en Espagne et en France! Les travailleurs britanniques prennent garde!

Source: New Leader, 20 mai 1938.
Transcrit: par Christian Hogsbjerg pour les Marxists Internet Archive.

 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here