Points de vue d’Allal al Fassi sur la codification

0
1705
Sous Copyright

La codification de la loi peut être considérée comme un compromis entre les traditionalistes, qui cherchaient à préserver les théories et la méthodologie juridiques islamiques traditionnelles, et les modernistes qui croyaient que la codification de la charia était impossible pour la modernisation de la société islamique.

Ce dernier pensait que ce serait seulement en mettant de côté la sharïa et en la remplaçant par des codes juridiques européens que la nation deviendrait moderne. En ce qui concerne la codification, Al Fassi semble avoir tenu la médiane de ces opinions, car il préconise l’introduction de codes juridiques, mais il a estimé que cela devrait être fait dans un cadre islamique.

En produisant un nouveau code juridique basé sur la jurisprudence islamique, le pays a pu se purifier de la législation coloniale héritée du protectorat période et sauvegarder son identité musulmane.

Alors que le premier code de statut personnel qui a été promulgué dans le Maroc indépendant était considéré comme l’un des plus conservateurs produits à l’époque dans le monde arabe, peuvent être considérés comme un compromis entre le choix du maintien du statut et l’initiative de modernisation du Maroc.

Compte tenu des ramifications de la codification du droit par rapport à la manière dont fonctionnent les institutions juridiques islamiques, en particulier dans le monde d’avant-moderne, il convient de noter que si Al Fassi a défendu des aspects des théories et de la méthodologie juridiques islamiques traditionnelles, il ne semblait pas préoccupé par les effets de ces changements sur le système juridique islamique, notamment en ce qui concerne le statut et l’autorité des «Oulamas».

La question est donc de savoir comment Al Fassi a conçu la codification de la loi islamique et quels ont été les facteurs qui ont influé sur cette décision.

Dans son livre Défense de la loi islamique, Al fassi a discuté des inconvénients et des avantages de la codification de la loi islamique. Parmi les aspects négatifs de la codification, le plus important était l’abandon de l’ijtihad, l’outil même juridique soutenu par les salafistes. Il a reconnu que la loi codifiée éliminait une grande partie du travail écrit, des opinions, des commentaires et des glossaires qui apparaissent dans les livres de fiqh.

Selon Al Fassi, ce travail écrit laissait une grande liberté aux mujtahidounes (ceux qui pratiquent l’ijtihad) et aux juges musulmans d’appliquer un large éventail d’opinions, en tenant compte des circonstances individuelles et des coutumes locales.

En effet, cela s’est traduit par une rigidité de la loi et par une certaine stagnation des développements juridiques. En un sens, la codification peut être considérée comme une forme de néo-taqlïd où les juges n’imitent pas les juges précédents, mais adhèrent strictement aux livres de droit positif.

PARTAGER
Article précédentLa nature du protectorat
Article suivantMohamed Oufkir
Je me représente comme Ambassadrice du Maroc, j'écris sur mon pays et je le défends, je le découvre chaque fois où j'écris un article. Mon pays est riche avec de divers culture, Mon Maroc est à moi et à tous ceux qui l'aiment profondément. Hommage à mon père qui m'a toujours appris l'amour de la patrie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here