Nasser Bourita a pris part à la Conférence des ministres des AE du Dialogue “5+5”

0
6519
Nasser Bourita à Alger prenant part à la conférence 5+5.

Alger (Algérie) – Le ministre des affaires étrangères, Nasser Bourita a participé à la 14ème Réunion des ministres des Affaires étrangères des pays membres du dialogue en Méditerranée occidentale “5+5”, qui a débuté à Alger.

Tandis que les médias algériens pensaient que le Maroc allait boycotter cet évènement, Nasser Bourita s’est bien présenté à cette rencontre, chaleureusement salué par le ministre algérien des affaires étrangères, Abdelkader Messahel.

C’est sous le thème “Méditerranée occidentale: promouvoir un développement économique et social inclusif partagé et durable face aux défis communs dans la région” que la rencontre a été co-présidé par le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, et son homologue français, Jean-Yves Le Drian. Elle regroupe les chefs de la diplomatie des pays du Dialogue 5+5 de la Méditerranée occidentale.

Cette conférence permet le dialogue concernant divers sujets, sur les questions régionales, notamment celles relatives à la sécurité, la lutte contre le terrorisme, la déradicalisation et la migration et sera sanctionnée par une Déclaration ministérielle 5+5 d’Alger.

Le Dialogue 5+5 regroupe les cinq pays de l’UMA (Algérie, Maroc, Tunisie, Libye et Mauritanie) pour la rive sud de la Méditerranée et l’Italie, la France, l’Espagne, le Portugal ainsi que Malte pour la rive Nord.

Nasser Bourita s’est exprimé hier (dimanche 21 janvier 2018), concernant le bon voisinage, la sécurité, l’intégrité territoriale et la bonne entente : « Davantage qu’un principe, le bon voisinage est une valeur et un engagement, pour les États aussi, pour les États surtout. La stabilité n’est pas compatible avec l’irresponsabilité. Et ça, tout le monde le sait ! » Terminant sa phrase avec un léger clin d’oeil au ministre algérien des affaires étrangères, par « Et ça, tout le monde le sait ! ».

Les questions régionales, notamment celles relatives à la lutte contre le terrorisme, à la dé-radicalisation, à la Libye, au Sahel, à la Syrie, à l’Irak et au Moyen-Orient, ont été également à l’ordre du jour de cette conférence ministérielle. De même, que la décision de Donald Trump à transférer l’ambassade américaine à Jérusalem était au menu du jour, à cette occasion, les ministres des affaires étrangères ont tenu à saluer le rôle joué par Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

Ainsi, cette conférence a été instauré pour la première fois en 1990 à l’issue d’une réunion des ministres des Affaires étrangères tenue à Rome, avec l’objectif d’engager un processus de coopération régionale en Méditerranée occidentale portant, essentiellement, sur la sécurité et la coopération économique.