MAROCAINS JUIFS ET MUSULMANS

0
653
SOUS COPYRIGHT.

Dans le livre de Shlomo Deshen titulé “La vie de communauté juive au Maroc chérifien“, il décrit que les Juifs au Maroc vivaient dans les limites d’un environnement musulman marocain, et un aperçu de cet environnement suit. Depuis l’époque médiévale, l’islam marocain se distingue par sa vitalité. Certains des mouvements de revitalisation islamique les plus zélés, les plus agressifs, de tous les temps sont issus du Maroc. Ainsi, les Almohades sont sortis du sud du Maroc au XIIe siècle pour se répandre dans l’Afrique du Nord et la péninsule ibérique.

Les mouvements islamiques se sont affirmés à la fois par leur ferveur politique et religieuse et l’intensité de leurs campagnes a laissé une empreinte permanente sur l’histoire de la Méditerranée occidentale. De ces mouvements sont issus des dynasties dirigeantes dont le centre est généralement situé à Fès, ancienne ville royale dotée d’institutions religieuses et culturelles distinguées.

Cependant, la source du pouvoir des dirigeants de Fès réside souvent dans les peuples tribaux de l’arrière-pays de l’Atlas et dans les impulsions religieuses qui ont ému ces personnes. Les montagnes de l’Atlas, dont beaucoup sont des Berbères, ont ainsi laissé leur empreinte tribale sur les villes marocaines et sur le système politique marocain.

Les tribus étaient puissantes dans les grandes régions du nord et du centre du Maroc bordant les régions montagneuses, en particulier dans les régions montagneuses elles-mêmes et dans la partie sud du pays. Les potentats tribaux étaient également influents dans les villes de Fès et de Marrakech. Les couches urbaines, telles que celles développées dans de nombreuses autres régions du Moyen-Orient, étaient faibles au Maroc jusque tard dans les temps modernes.

Alors que les villes étaient dans une large mesure composées d’extensions de formations tribales, les régions non urbaines ne se caractérisaient pas par une forte paysannerie localement enracinée, mais plutôt par des bergers transhumants. Le pays était donc faible à la fois dans les éléments urbains et paysans.

Cette structure sociale générale du Maroc était accompagnée de caractéristiques particulières de l’islam marocain médiéval. Bien que les villes se vantent de vénérables mosquées-universités, telles que Al-Qarawiyyin à Fès et la Yusufiya à Marrakech, les Ulama, les sages urbains régis par la loi islamique, ne sont pas les principaux chefs religieux. Ce rôle était principalement occupé par des marabouts (mourabitines), des hommes saints enthousiastes, inspirés et dont on croyait, comme le laissait penser leur titre, qu’ils étaient liés, ancrés dans la divinité.

 

PARTAGER
Article précédentLES ANCRES DE LA TERRE
Article suivantLE DÉVELOPPEMENT ENTRE SURPOPULATION ET ÉDUCATION
Je me représente comme Ambassadrice du Maroc, j'écris sur mon pays et je le défends, je le découvre chaque fois où j'écris un article. Mon pays est riche avec de divers culture, Mon Maroc est à moi et à tous ceux qui l'aiment profondément. Hommage à mon père qui m'a toujours appris l'amour de la patrie. J'aime écrire sur l'histoire du Maroc en collectant des extraits des livres.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here