Ibn Battouta: Le voyageur de l’Islam.

0
7264
Battuta au futur. Sous Copyright.

Né le 24 février 1304 à Tanger, au Maroc, mort en 1368/69 ou 1377, le plus grand voyageur musulman médiéval et auteur de l’un des livres de voyage les plus célèbres, le Rihlah (Voyages). Son excellent travail décrit ses nombreux voyages couvrant quelque 120 000 km dans des voyages dans presque tous les pays musulmans et jusqu’en Chine et à Sumatra (qui fait maintenant partie de l’Indonésie).

Ibn Battouta provenait d’une famille qui a produit un certain nombre de juges musulmans (qadis). Il a reçu l’éducation juridique et littéraire traditionnelle dans sa ville natale de Tanger. En 1325, à l’âge de 21 ans, il commence ses voyages en entreprenant le pèlerinage (hajj) à La Mecque. Au début, son but était de remplir ce devoir religieux et d’élargir son éducation en étudiant sous des savants célèbres en Egypte, en Syrie et dans le Hedjaz (Arabie occidentale). Le fait qu’il ait atteint ses objectifs est corroboré par de longues énumérations d’érudits et de saints soufis (mystiques islamiques) qu’il a rencontrés ainsi que par une liste de diplômes qui lui ont été décernés (principalement à Damas). Ces études le qualifiaient pour une fonction judiciaire, alors que la prétention d’être un ancien élève des autorités alors en circulation dans les sciences islamiques traditionnelles augmentait considérablement ses chances et le faisait par la suite un invité respecté dans de nombreux tribunaux.

Les voyages d’Ibn Battouta. Sous Copyright.

Cette renommée devait suivre plus tard, cependant. En Egypte, où il est arrivé par la route terrestre via Tunis et Tripoli, une irrésistible passion pour le voyage est née dans son âme, et il a décidé de visiter autant de parties du monde que possible, en se fixant comme règle “de ne jamais voyager”. Ses contemporains voyagèrent pour des raisons pratiques (comme le commerce, le pèlerinage et l’éducation), mais Ibn Battouta le fit pour lui-même, pour la joie d’apprendre de nouveaux pays et de nouveaux peuples. Bénéficiant au début de son statut de savant et plus tard de sa renommée croissante en tant que voyageur, il jouissait de la générosité et de la bienveillance de nombreux sultans, dirigeants, gouverneurs et hauts dignitaires des pays qu’il visitait, lui assurant ainsi un revenu qui lui permettait de continue ses errances.

Du Caire, Ibn Battouta partit par la Haute-Egypte pour rejoindre la mer Rouge, puis revint et visita la Syrie, rejoignant une caravane pour La Mecque. Ayant terminé le pèlerinage en 1326, il traversa le désert d’Arabie en direction de l’Irak, du sud de l’Iran, de l’Azerbaïdjan et de Bagdad. Là, il a rencontré le dernier des Khans mongols d’Iran, Abū Saïd (gouverné en 1316-36), et quelques autres dirigeants. Ibn Battouta a passé les années entre 1327 et 1330 à la Mecque et à Médine, menant la vie tranquille d’un dévot, mais un si long séjour ne convenait pas à son tempérament.

Embarquant sur un bateau à Djeddah, il a navigué avec une suite de partisans le long des deux rives de la mer Rouge au Yémen, l’a traversé par terre, et remis à la voile d’Aden. Cette fois-ci, il a navigué le long de la côte de l’Afrique orientale, visitant les cités-États commerçantes jusqu’à Kilwa (Tanzanie). Son voyage de retour l’a emmené dans le sud de l’Arabie, à Oman, à Hormuz, dans le sud de la Perse et à travers le golfe Persique jusqu’à la Mecque en 1332.

Là, un nouveau plan ambitieux mûrit dans son esprit. Ayant entendu le sultan de Delhi, Muhammad ibn Tughluq (gouverné en 1325-51), et sa fabuleuse générosité envers les érudits musulmans, il décida de tenter sa chance à sa cour. Forcé par le manque de communication pour choisir une route plus indirecte, Ibn Battoutah se dirigea vers le nord, passa à nouveau l’Egypte et la Syrie et embarqua à bord d’un navire pour l’Asie Mineure (Anatolie) à Lattaquié. Il a quadrillé cette “terre des Turcs” dans de nombreuses directions à une époque où l’Anatolie était divisée en de nombreux petits sultanats. Ainsi, son récit fournit une source précieuse pour l’histoire de ce pays entre la fin du pouvoir seldjoukide et la montée de la maison ottomane. Ibn Battoutah a été reçu cordialement et généreusement par tous les dirigeants locaux et les chefs des confréries religieuses (âkhīs).

Son voyage a continué à travers la mer Noire à la péninsule de Crimée, puis au nord du Caucase et à Saray sur la basse Volga, capitale du khan de la Horde d’or, Öz Beg (gouverné 1312-41). Selon son récit, il a entrepris une excursion de Saray à Bulgary sur la haute Volga et Kama, mais il y a des raisons de douter de sa véracité sur ce point. D’autre part, le récit de sa visite à Constantinople (maintenant Istanbul) dans la suite de la femme du khan, une princesse byzantine, semble être un disque de témoin, bien qu’il y ait quelques discordances chronologiques mineures. La description d’Ibn Battoutah de la capitale byzantine est vivante et, en général, exacte. Bien qu’il ait partagé les opinions fortes de ses compagnons musulmans envers les incroyants, son récit de la «deuxième Rome» le montre comme un homme plutôt tolérant avec une vive curiosité. Néanmoins, il se sentait toujours plus heureux dans le domaine de l’Islam que dans les pays non musulmans, qu’ils soient chrétiens, hindous ou païens.

Après son retour de Constantinople à travers les steppes russes, il poursuit son voyage dans la direction générale de l’Inde. De Saray, il voyagea avec une caravane en Asie centrale, visitant les anciennes villes de Boukhara, Samarkand et Balkh, toutes celles qui montraient encore les cicatrices laissées par l’invasion mongole. Il prit des routes assez compliquées à travers le Khorasan et l’Afghanistan, et, après avoir traversé la chaîne de montagnes de l’Hindu Kush, il arriva aux frontières de l’Inde sur l’Indus le 12 septembre 1333, par sa propre datation. L’exactitude de cette date est douteuse, car il aurait été impossible de couvrir des distances aussi énormes (depuis La Mecque) en une seule année. À cause de cette divergence, sa datation subséquente jusqu’en 1348 est très incertaine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here