LES ORIGINES MAROCAINES

0
1492
Le Harem. Sous Copyright

Les premières personnes qui ont vécu au Maroc n’ont pas de nom connu de nous. Tout au long de l’histoire, ce sont généralement des étrangers qui ont donné des noms à ce pays et à ses habitants. Le “Maroc”, dans ses différentes formes européennes, est dérivé de la ville de Marrakech, construite au début du onzième siècle. La plus ancienne mention qui en a été faite est un document italien daté de 1138. “Marrakech” est encore utilisé occasionnellement aujourd’hui, en arabe informel pour l’ensemble du pays, et Fès, l’autre grande ville, est le nom que les Turcs modernes donnent à l’État.

“Maghrib” signifie “le pays du soleil couchant”, le point le plus à l’ouest du grand empire islamique fondé par le prophète Mohammed au milieu du VIIe siècle de notre ère.

“Maures” est un mot plutôt désuet à présent, et l’un avec une teinte péjorative distincte était populaire dans les langues européennes à la fin du Moyen Âge et au début de l’ère moderne. Pour les écrivains du dix-huitième siècle, les Maures étaient les citadins de toute l’Afrique du Nord-Ouest et parfois de tous les musulmans. C’étaient les ennemis traditionnels de l’Europe chrétienne et, comme Othello de Shakespeare, on pensait que la plupart des Maures étaient noirs.

Enfin, de nombreux habitants du Maroc sont appelés “Berbères”. Ce terme est en grande partie linguistique et décrit des personnes qui parlent l’un des dialectes les plus répandus dans l’ensemble de l’Afrique du Nord, notamment le Maroc (quarante pour cent de la population moderne).

Les nomades touaregs du Sahara parlent également un dialecte berbère, celui qui est le moins contaminé par l’arabe. Le nom lui-même n’est pas, bien sûr, un mot berbère. C’est une expression gréco-romaine qui désigne tous ceux qui ne parlent ni grec ni latin: c’étaient des barbari ou des “barbares”. Appliqué aux peuples d’Afrique du Nord, il a été popularisé par le grand historien du XIVe siècle, Ibn Khaldoun.

Il l’utilisa comme titre de son histoire des Berbères et à nouveau dans sa grande “Introduction à l’histoire” (Le Muqadimma), qui fut l’une des premières tentatives pour expliquer la montée et la chute des dynasties en termes théoriques. Les Berbères s’appellent eux-mêmes “Imazighen”, ou quelque chose de similaire, selon le dialecte. Cela signifie “nobles” ou “hommes libres”, en ce sens qu’ils étaient libres de contrôle extérieur, contrairement aux habitants des villes qui n’appartenaient à aucune tribu. Ceux qui ne pouvaient trouver aucune protection de la part de leurs parents étaient à la merci des puissants et étaient vraiment serviles.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here