LES FEMMES MAROCAINES DE LA CLASSE MOYENNE ET LES TERRITOIRES D’IDÉOLOGIE

0
224
SOUS COPYRIGHT

Dans son livre “Femmes de Fès : Ambiguïtés de la vie urbaine au Maroc “, décrit Rachel Newcomb :

Bien que la condition de la femme musulmane, qu’elle soit d’ordre juridique, social, économique ou autre, soit un sujet populaire auprès des anthropologues depuis les années 1970, elle a été particulièrement pertinente lors du premier été que j’ai passé à Fès, quelques mois seulement après que le Premier ministre marocain Abderrahmane Youssoufi eut annoncé les intentions du gouvernement de réformer la législation familiale mudawana.

En mars 2000, des manifestations concurrentes ont été organisées pour soutenir et contre les réformes, et la question de savoir si le statut juridique des femmes avait suivi le rythme de leurs progrès dans la société marocaine a soudain été soulevée par tous.

Les droits des femmes, les femmes dans l’Islam, les femmes dans la sphère publique et les femmes et l’État-nation ont été constamment débattus à ce sujet dans les médias, lors de conférences et séminaires, sur les campus universitaires et dans les ONG.

[…]

A Fès, comme dans d’autres zones urbaines du Maroc, l’agitation d’un grand nombre de femmes en faveur de changements dans le code du statut personnel (mudawana) reflète non seulement la visibilité accrue des femmes dans la sphère publique mais aussi l’insistance des femmes à se faire entendre dans les domaines juridique, politique et économique.

Depuis les années 1960, la société marocaine a assisté à la création d’une classe moyenne importante et, au sein de cette classe, un nombre important de femmes ont quitté la maison pour poursuivre des études et des activités économiques. Bien que l’on s’attende encore à ce que les femmes assument le fardeau des tâches domestiques, un changement fondamental s’est produit dans la division du travail, de sorte que les femmes occupent maintenant des postes économiques qui étaient autrefois réservés aux hommes.

[…]

Étant donné que les rôles sociaux, les positions économiques et les réseaux des femmes changent, il n’est pas surprenant que certains Marocains se sentent menacés. Dans les débats sur la révision de la Mudawana, certains prétendent que changer les lois serait un affront à l’Islam, au Maroc, à la culture et à la tradition marocaines.

D’autres, en revanche, déclarent que les lois existantes ne reconnaissent pas la transformation fondamentale du rôle des femmes dans la société marocaine, et que la loi actuelle est en contradiction avec les documents relatifs aux droits humains que le Maroc a signés. Les arguments sur ces questions soulèvent souvent des questions sur les relations acceptables entre les hommes et les femmes dans une société islamique moderne et intégrée, ainsi que sur la signification même de la communauté elle-même.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here