Les Arabo-Berbères du Maroc

0
9204
Sous Copyright

Arabe-Berbère ou Arabo-berbère est un terme qui désigne un maghrébin d’origine Berbère et Arabe dont la langue maternelle est une variante de l’Arabe Maghrébin. Il s’identifie comme un Arabe, alors que certains Arabes-Berbères revendiquent une descendance Ouest-Asiatique, des études génétiques ont montré que les Berbères-Arabes et non-arabes sont génétiquement presque identiques. Ceci suggère que les processus d’arabisation au Maghreb étaient entièrement culturels plutôt que génétiques. L’identité Arabo-Berbère est née directement de la conquête arabe de l’Afrique du Nord et des mariages entre les Arabes et les Perses qui ont immigré dans ces régions et les populations locales principalement d’origine Romaine et d’autres peuples Berbères; en outre, les tribus Arabes Banu Hilal et Sulaym originaires de la Péninsule Arabique ont envahi la région et se sont mariées avec les populations rurales locales principalement Berbères, et ont été un facteur majeur de l’Arabisation linguistique, culturelle et ethnique du Maghreb.

L’expression soutient que la plupart des populations en Afrique du Nord sont d’héritage Berbère, y compris ceux qui habitent le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, la Libye et la Mauritanie. Le passage de la langue Berbère à l’Arabe s’est produit, au moins partiellement, en raison du statut privilégié que la langue Arabe a généralement reçu dans les États d’Afrique du Nord, de la conquête Arabe en 652 jusqu’à la conquête Européenne au XXe siècle. ainsi que la migration des tribus Banu Hilal et Banu Sulaym vers l’Afrique du Nord.

 

Femme Berbère portant des bijoux et bracelets Berbères Sous Copyright

 

Les Arabo-Berbères parlent d’abord des variantes de l’Arabe Maghrébin, aussi connu sous le nom de Darija, qui signifie le langage quotidien ou familier .Les variantes du Maghrebi Darija ont un important substratum Berbère, Latin et peut-être Néo-Punique. Cependant, ils ont aussi beaucoup de mots empruntés au Français, au Turc, à l’Italien et à l’Espagnol.

HISTOIRE

Ancienne Image d’une femme Berbère Sous copyright

Les sources Arabes médiévales se réfèrent fréquemment à l’Afrique du Nord (à l’exclusion de l’Egypte) comme Bilad Al Barbar ou Terre des Berbères avant la conquête musulmane du Maghreb. Cette désignation pourrait avoir donné naissance à l’expression Côte de Barbarie, utilisée par les Européens jusqu’au XIXe siècle pour désigner la côte nord-ouest de l’Afrique. Mais l’impact culturel de l’Islam était grand car c’était le seul coup de pouce pour la propagation de la langue Arabe.

Comme les populations étaient partiellement affiliées à la culture Arabe Musulmane, l’Afrique du Nord commençait à être désignée par les Arabophones comme Al-Maġrib (signifiant «l’Occident») puisqu’elle était considérée comme la partie occidentale du monde connu. Pour des références historiques, les historiens et les géographes Arabes et Musulmans médiévaux avaient l’habitude de se référer au Maroc comme Al-Maghrib al Aqşá (“L’Ouest le plus lointain“), le désambiguant des régions historiques voisines appelées (“Al-Maghrib al Awsat“) et Al-Maghrib al Adna (“Le plus proche ouest“, Tunisie). L’idée que les Arabes étaient lents à coloniser les terres non Arabes est attestée par le très faible nombre de villes qu’ils ont fondées. Contrairement à la plupart des grandes nations conquérantes, les Arabes n’avaient pas de tradition urbaine et ne se sentaient pas chez eux dans un environnement urbain. Aucune des grandes villes Marocaines n’a été construite par les dirigeants Arabes, la plupart d’entre eux ayant été construits et installés par les Berbères, avant ou après l’arrivée de l’Islam. Même si beaucoup de ces villes ont été linguistiquement Arabisées (comme Fès ou Marrakech), d’un point de vue historique, il est admis que la population de base de l’Afrique du Nord est Berbère. Plus que les zones rurales, les villes étaient un creuset de différentes ethnies, de sorte que les Citadins sont plus susceptibles d’avoir une ascendance Berbère non pure.

Femme Berbère. Sous Copyright

En retraçant l’histoire de certaines régions Maghrébines, les historiens peuvent faire des affirmations sur ses habitants. Par exemple, bien que Casablanca (nom Berbère: Anfa) et Rabat aient été construits et installés à l’origine par les Berbères, nous savons que les habitants de la région ont été chassés par les Almohades et réinstallés par la suite avec des Arabes nomades Banu Hilal. D’autres, traditionnellement Berbères, des villes comme Tanger, Meknès et Marrakech n’ont jamais connu un tel repeuplement de sorte que l’on peut supposer que ses habitants sont aujourd’hui de souche Berbère. Bien que ces villes aient été linguistiquement Arabisées depuis des siècles, leur culture et leur identité n’ont souvent pas traversé ce processus. Les villes de Tanger, Tétouan, Meknès et Marrakech ont toujours un fort accent Berbère régional et leurs habitants ne se considèrent pas forcément comme ethniquement Arabes, même si leur langue pourrait être l’Arabe Marocain d’aujourd’hui.

BERBÈRE ET ARABISATION LINQUISTIQUE

Sous Copyright

Selon les Nationalistes Berbères, même si un Nord-Africain ne parle que l’Arabe Maghrébin par opposition à la langue Berbère, cette personne reste essentiellement Berbère puisqu’elle est d’origine Berbère.

L’Afrique du Nord a été progressivement Arabisée avec la propagation de l’Islam au 7ème siècle, quand la langue liturgique Arabe a été apportée au Maghreb. Cependant, l’identité de l’Afrique du Nord-Ouest est restée longtemps Berbère. De plus, bien que le processus d’Arabisation ait commencé avec ces premières invasions, beaucoup de grandes parties de l’Afrique du Nord ont été récemment Arabisées comme les montagnes Aurès (Awras) aux 19ème et 20ème siècles. Bien que les plaines fertiles d’Afrique du Nord semblent avoir été au moins en partie Arabisées au 11ème siècle avec l’émigration des tribus Banu Hilal d’Arabie. L’éducation de masse et la promotion de la langue et de la culture Arabes à travers les écoles et les médias, au cours du XXe siècle, par les gouvernements Arabistes d’Afrique du Nord, est considérée comme le processus d’Arabisation le plus fort jamais connu en Afrique du Nord.

GÉNÉTIQUE

Diverses études sur la génétique des populations ainsi que des historiens tels que Gabriel Camps et CharlesAndré Julien soutiennent l’idée que la majeure partie du patrimoine génétique du Maghreb moderne est indépendante des groupes linguistiques et provient des populations Berbères de la période préislamique.

Sous Copyright

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here