Le Panthersprung: La Seconde Crise Marocaine

0
4021
jrusselljinishiangallery.com. Sous Copyright

La Crise d’Agadir ou Deuxième crise marocaine fut une brève crise internationale déclenchée par le déploiement d’une force substantielle de troupes françaises à l’intérieur du Maroc en avril 1911. L’Allemagne ne s’opposa pas à l’expansion de la France mais voulut une compensation territoriale. Berlin menaçait la guerre, envoyait une canonnière et attisait les nationalistes allemands en colère. Les négociations entre Berlin et Paris résolvent la crise: la France prend le Maroc comme protectorat en échange de concessions territoriales à l’Allemagne du Congo français, tandis que l’Espagne se contente d’un changement de frontière avec le Maroc. Le cabinet britannique s’inquiète cependant de l’agressivité de l’Allemagne envers la France. David Lloyd George a fait un discours dramatique de “Mansion House” qui dénonçait le mouvement allemand comme une humiliation intolérable. On parlait de guerre, et l’Allemagne recula. Les relations entre Berlin et Londres sont restées aigres.

Entre 1905 et 1906, le Maroc a été une cause majeure de récessions diplomatiques en Europe. A la fin de la Conférence d’Algésiras de 1906, il était généralement admis que la France était sortie de la première crise marocaine, tandis que l’inverse était vrai pour l’Allemagne. Par conséquent, les politiciens allemands ont perdu beaucoup d’influence à Berlin alors que leur place a été prise par de hauts responsables militaires. En France, une perspective plus nationaliste s’est développée sur la base de l’élan vitale français. En 1911, une performance répétée a eu lieu quand il est devenu encore plus évident que l’ante avait été augmenté. En conséquence, l’Europe est devenue une entité beaucoup plus déstabilisée qui n’a eu besoin que d’un seul incident pour déclencher la guerre. Cela s’est passé à Sarajevo en juin 1914.

 

Le Kaiser Wilhelm II envoie un navire de guerre allemand à Agadir, au Maroc, pour projeter le pouvoir allemand et intimider les Français. Sous Copyright

 

Agadir était un port au Maroc dans le sud-ouest du pays. L’Acte d’Algésiras de 1906 n’a jamais vraiment réglé les problèmes du Maroc. Cependant, l’attention de l’Allemagne a été détournée après la crise de 1905-06 par d’autres issues, construisant principalement sa marine de sorte qu’elle ait rivalisé la marine royale. En conséquence, la France a passé cinq ans ayant beaucoup plus d’influence au Maroc que l’Allemagne. Ils ont soutenu le sultan corrompu, Abdul Aziz, qui a été accusé par certains de ses compatriotes de vendre le Maroc aux Français. Le demi-frère d’Aziz, Mulay Hafid, a pris position au nom du peuple marocain qui l’a proclamé Sultan en janvier 1908.

C’est à cette époque que le gouvernement allemand voulait une meilleure part du potentiel économique que le Maroc, selon eux, offrait. L’influente société Mannesmann voulait obtenir ce qu’elle croyait être des concessions minières lucratives dans le sud du Maroc. En février 1909, l’Allemagne et la France ont signé un accord par lequel l’Allemagne reconnaissait les «intérêts spéciaux» de la France au Maroc, tandis que la France acceptait de ne pas entraver les intérêts commerciaux et économiques de l’Allemagne. Tout semblait aller bien entre les deux puissances jusqu’à ce qu’il devint clair pour les Allemands que la France n’allait pas permettre à l’Allemagne de participer à la construction de deux lignes ferroviaires vitales au Maroc. Le ministre allemand des Affaires étrangères, Alfred von Kiderlen-Wächter, a tenté de trouver un accord avec son homologue français. Cependant, le ministre français des Affaires étrangères, Jean Cruppi, a regardé toutes les suggestions de Kiderlen-Wächter avec inquiétude.

 

Sous Copyright

 

Alors qu’il y avait une discorde diplomatique en ce qui concerne le Maroc, il y avait aussi des problèmes internes que le nouveau sultan, Mulay Hafid, ne pouvait pas résoudre. La dislocation générale que connaît le Maroc a encouragé certaines tribus à se rebeller contre Hafid et ceux qui le soutenaient, y compris les Français. Des tribus rebelles attaquèrent les forces françaises stationnées près de Casablanca à partir de janvier 1911. Fès a également été attaqué. L’Allemagne pensait que si la France envoyait plus de troupes au Maroc pour rétablir l’ordre, elle ne quitterait pas le pays et serait utilisée pour affirmer l’autorité française dans tout le pays. Ceci, pensaient-ils, menacerait les intérêts miniers allemands dans le sud du Maroc.

Comme la situation à Fès devenait de plus en plus menaçante, une décision fut prise à Paris d’envoyer plus de troupes françaises. En avril 1911, il fut décidé d’envoyer des troupes à Fez pour soutenir le contingent étranger qui y vivait. En mai 1911, 20 000 soldats français, coloniaux et marocains sont arrivés dans la ville et leur présence a eu un impact lorsque les rebelles sont devenus moins actifs.

Malgré cela, une canonnière a été envoyée à Agadir. Ce fut la «Panthère» qui arriva à Agadir le 1er juillet 1911. Le 5 juillet, le «Panther» fut remplacé par le plus grand «Berlin». Cependant, les Français et les Britanniques savaient que les Allemands faisaient simplement une déclaration et aucun n’était prêt à réagir de manière agressive. Le 9 juillet 1911, Kiderlen-Wächter et Cambon se sont rencontrés pour discuter de la situation. Tous deux ont clairement énoncé les intentions de leur nation en Afrique. Kiderlen-Wächter a exprimé l’intérêt de l’Allemagne pour le Congo français en échange du contrôle français au Maroc. Alors que les Français ne tenaient pas à cela, ils étaient prêts à poursuivre les discussions. En Grande-Bretagne, il n’y avait aucun désir de guerre sur le Maroc. Le 20 juillet 1911, Gray a envoyé une note indiquant qu’une guerre contre l’Allemagne contre le Maroc n’en valait pas la peine.

 

Sous Copyright

 

Kiderlen-Wächter poursuivit sa politique d’apaisement apparent des Français tout en convainquant le Kaiser que l’Allemagne prenait une position ferme contre eux. Les pourparlers franco-allemands se sont poursuivis en ce qui concerne le Maroc et le Congo français jusqu’en septembre. Cependant, les médias britanniques ont présenté un front plus belliciste. Il a été rapporté que Churchill avait achevé les plans d’un corps expéditionnaire britannique et qu’il avait assuré la protection de l’approvisionnement en cordite de la Royal Navy contre le sabotage allemand présumé. Il a également été signalé que la Royal Navy avait été mise en état d’alerte. Cette approche des médias britanniques obligea le ministre des Affaires étrangères Gray à annoncer qu’il n’enverrait pas de navires de guerre de la Royal Navy au Maroc mais qu’il surveillerait avec attention et précaution ce qui se passait en Afrique pour que les intérêts britanniques ne soient pas menacés.

Le 1er septembre 1911, les négociations entre la France et l’Allemagne s’arrêtèrent brusquement. Cela a entraîné la chute du marché boursier à Berlin. Il a montré à quel point la situation était devenue sensible que la seule raison pour laquelle les négociations s’étaient arrêtées était celle d’une maladie au diplomate français Cambon. D’autres ont mal interprété la situation. En novembre 1911, l’Allemagne et la France étaient parvenues à une conclusion sur leur position particulière en Afrique. La France a remis à l’Allemagne plus de 107.000 miles carrés de terrain, que les médias français ont dépeint comme “quelques hectares du marais”. L’Allemagne a remis à la France 6,450 miles carrés de terres dans le Haut-Cameroun. Mais ni le Congo ni le Maroc ne se sont avérés être des mines d’or économiques.

Quel rôle a joué la crise d’Agadir dans le déclenchement de la Première Guerre mondiale? Il y avait ceux du gouvernement britannique qui croyaient que l’épisode prouvait que l’Allemagne était déterminée à dominer l’Europe dans son ensemble. Winston Churchill et David Lloyd George étaient parmi ceux qui y croyaient. L’ironie est que les négociations diplomatiques ont mis fin à la crise d’Agadir. Mais ce sont les médias qui ont provoqué une «crise» et les politiciens ont dû réagir aux médias, telle était son influence. L’approche de Kiderlen-Wächter a été critiquée à Berlin et l’approche plus agressive de Tirpitz, particulièrement en ce qui concerne l’expansion navale, est devenue populaire et ensuite la norme. La croyance française en ‘elan’ a été renforcée et l’approche de Jules Cambon a été rejetée. Mais le travail effectué par Kiderlen-Wächter et Cambon a été reconnu par eux-mêmes lorsqu’ils se sont envoyé des photos signées après la fin de la «crise d’Agadir». Cambon écrit à Kiderlen-Wächter: «A mon cher ami et ennemi terrible», tandis que Kiderlen-Wächter écrit à Cambon: «A mon terrible ami et cher ennemi».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here