Le Nationalisme dans l’Histoire Marocaine

0
3949
Sous Copyright

Le nationalisme est généralement considéré comme un développement moderne, à commencer par l’émergence des États-nations de l’Europe occidentale au XVIe siècle, et atteignant son apogée au XIXe siècle, le grand âge du développement industriel européen et de l’impérialisme. Dans la définition, le nationalisme est lié à l’émergence d’une classe marchande et d’un système économique capitaliste, d’un État centralisé et bureaucratique, d’une langue commune et d’un public éduqué. Mais ces définitions et modèles sont tirés de l’expérience européenne. Pour comprendre le nationalisme marocain, nous devons examiner les spécificités de l’histoire et de l’expérience marocaines. Ces dernières années, plusieurs historiens marocains ont commencé à explorer la signification de «nation» et de «nationalisme» dans le contexte marocain, en se concentrant sur la longue histoire du Maroc comme une monarchie arabe et islamique, une nation avec une tradition culturelle distinctive et un système de gouvernement qui ont duré plus de mille ans.

Les racines du nationalisme marocain et de la nation marocaine remontent au VIIe siècle lorsque les Arabes ont commencé à arriver au Maroc. Les Arabes ont non seulement conquis le pays et pris le pouvoir politique, mais ils ont aussi converti les populations berbères locales en Islam et ont commencé un processus d’arabisation, changeant la composition ethnique de la population, de la langue et de la culture. Le premier gouvernement national du Maroc fut la monarchie islamique fondée en 787 après JC par Idriss Ier, qui créa dès le début une monarchie dont la légitimité politique reposait sur l’ascendance sanglante du prophète Mohammed. Le sultan marocain était, et est, non seulement le chef de l’Etat mais aussi le chef spirituel de la nation, le symbole de la nation marocaine, la nation musulmane et la communauté des croyants. C’était un symbole énormément puissant. le système de la règle a duré jusqu’à nos jours.

Congrès nationalistes marocains
Congrès nationalistes marocains. Sous Copyright

Peu de temps après la conquête arabe, le monde musulman d’Afrique du Nord est entré dans une ère de prospérité énorme, basée sur le commerce transsaharien, l’or et le sucre. Le Maroc est venu dominer les grandes routes commerciales transsahariennes occidentales et la ville de Fès est devenue le centre intellectuel et culturel du monde connu.

Il a été conçu pour protéger les traditions marocaines et limiter les changements sociaux. Au Maroc, la colonisation française est venue trop tard pour moderniser la modernisation sociale et politique déjà en cours. Les Français ont bloqué le changement social, tout en promouvant un processus de changement économique rapide. Leur contribution au «progrès» économique consistait à construire des routes et des voies ferrées pour ouvrir le pays et créer une économie capitaliste fondée sur le commerce intérieur et extérieur. Ils se sont concentrés sur le développement de l’agriculture commerciale et de la production minérale à la campagne et d’un complexe industriel et commercial moderne dans les zones urbaines.

Le Maroc a occupé le même territoire depuis le début du XVIe siècle jusqu’à nos jours; cette géographie a joué un rôle important dans l’histoire politique, sociale et économique marocaine. Les montagnes de l’Atlas divisent le pays en deux zones distinctes. Au nord et à l’ouest de l’Atlas se trouvent les grandes plaines, zones agricoles fertiles où se sont installés les Arabes, site des grandes villes bourgeoises de Fès, Rabat, Salé et Tétouan (centres du mouvement politique nationaliste), et de la nouvelle industrie, ville de Casablanca (lieu de naissance de la résistance armée). C’était le “Bled al Makhzen”, où le sultan et son gouvernement régnaient directement. L’autre zone est constituée des montagnes de l’Atlas et du Rif et du désert du Sahara, régions pauvres et arides habitées principalement par des Berbères.

Les Goumiers marocains.
Les Goumiers marocains. Sous Copyright

Les Français, lorsqu’ils sont venus occuper le Maroc, se sont emparés de ces dualités et les ont utilisés à des fins politiques. La motivation économique pour le protectorat était que le Maroc avait une proportion plus élevée de régions fertiles que l’Algérie ou la Tunisie. Ainsi, les Français ont baptisé ces régions fertiles, qui pourraient être exploitées pour l’agriculture commerciale, “le Maroc utile”. Dans un effort pour diviser et gouverner la population marocaine, ils ont souligné la dualité arabo-berbère, construisant un monde manichéen de «bons Berbères» et de «mauvais Arabes», et développant des politiques qui favorisaient les Berbères par rapport aux Arabes.

À un moment donné pendant le protectorat, les Français ont essayé de retirer les zones berbères de la juridiction du gouvernement makhzen du sultan; c’était un tristement célèbre dahir berbère (décret) du 16 mai 1930. Mais cet effort de division de la population marocaine avait exactement l’effet contraire. Les populations arabes et berbères se sont levées pour protester contre le dahir et l’empiétement français sur l’autorité du sultan, le reconnaissant comme une attaque contre l’islam, l’âme même de la nation marocaine.

De toute évidence, les Français avaient sous-estimé l’attachement des Berbères à l’Islam, à l’arabe comme langue donnant accès à Dieu, et au sultan marocain qui combinait à la fois l’autorité sacrée et l’autorité temporelle.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here