LE MAROC ISLAMIQUE

0
320
Les Arabes. Sous Copyright.

Au cours des dernières décennies du VIIe siècle, des armées musulmanes se sont installées dans le nord-ouest de l’Afrique. C’était presque une note de bas de page pour leurs conquêtes plus à l’est puisque la Perse et les provinces syriennes et égyptiennes de l’empire Byzantin étaient des prix bien plus riches avec de grandes villes. L’Afrique du Nord se trouvait à la périphérie et son coin nord-ouest, qui deviendrait un jour le Maroc, n’était plus qu’un avant-poste de la périphérie. Ainsi, au début de l’Empire islamique, c’était une région isolée, balayée par les grands événements politiques de l’est, mais qui n’influait guère sur leur cours.

Les troubles au centre de l’empire islamique avaient ralenti son expansion en Afrique du Nord. Les armées musulmanes ont traversé le désert depuis la Cyrénaïque et ont remporté une grande victoire sur les forces byzantines à Sbeïtla en 647, mais elles se sont ensuite retirées. Il n’y avait pas d’occupation permanente et la domination byzantine, très ébranlée, a survécu dans les plaines côtières de l’actuelle Tunisie et dans des postes comme Ceuta et Tanger.

Les musulmans n’ont pas trouvé facile de briser la résistance berbère, bien que nous sachions très peu de choses sur la façon dont ils l’ont fait, ni beaucoup sur les Berbères eux-mêmes. Les descriptions arabes des habitants de l’Afrique du Nord sont soit vagues, soit postérieures à la conquête arabe. Les premiers récits musulmans parlent de deux grands groupes berbères, les Branis et les Butr, et Ibn Khaldoun, le grand historien nord-africain du XIVe siècle, les subdivisa en plusieurs grandes confédérations, parmi lesquelles les Zanata, centrés sur la Cyrénaïque et l’est, l‘Algérie, et parmi les Branis les Sanhaja, qui habitaient l’Ifriqiya avec des branches dans l’actuel nord du Maroc et l’Oued Drâa à l’extrême sud, et les Masmuda, qui dominaient la majeure partie du Haut Atlas, des Sous, du Rif et de l’Atlantique .

Ces confédérations semblent avoir été des régions culturelles plutôt que des unités politiques. La société berbère était basée sur la tribu, qui revendiquait une ascendance commune à partir d’un ancêtre particulier et était subdivisée selon des lignes généalogiques. Une grande partie de cette structure tribale était mythique, mais elle ressemblait beaucoup à celle des Arabes, ce qui permettait aux deux systèmes de fusionner. Les chefs des tribus berbères pouvaient se considérer comme des clients (mawali) des tribus arabes et, plus tard, absorber les Arabes individuels venus parmi eux prêcher l’islam. la structure généalogique pourrait également être manipulée en prenant en otage les fils de chefs puissants jusqu’à ce que leurs familles se soumettent. Ensuite, ils pourraient être intégrés aux forces islamiques: les fils d’Al-Kahina devinrent les commandants des armées arabes, faisant ainsi venir leurs partisans.

PARTAGER
Article précédentLES ORIGINES MAROCAINES
Article suivantL’aventure de Julien au Maroc !
Je me représente comme Ambassadrice du Maroc, j'écris sur mon pays et je le défends, je le découvre chaque fois où j'écris un article. Mon pays est riche avec de divers culture, Mon Maroc est à moi et à tous ceux qui l'aiment profondément. Hommage à mon père qui m'a toujours appris l'amour de la patrie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here