LE FÉMINISME LIBÉRAL

0
166
SOUS COPYRIGHT.

Dans son livre “Femmes, genre et langue au Maroc” de Fatima Sadiqi, elle parle de la perception du genre dans le contexte socioculturel marocain, a-t-elle dit :

La culture peut être définie au sens large comme un système de pratiques, de rituels, de croyances, de valeurs et de modes de signification d’une communauté. Toutes les cultures contrôlent leurs membres, mais elles diffèrent par le degré de contrôle qu’elles imposent aux comportements individuels et sociaux de leurs membres, ainsi que par les paramètres dans lesquels les membres exercent un contrôle sur leur destin et leur environnement. La culture marocaine est d’un type qui limite fortement le comportement des hommes et des femmes.

La force de ce contrôle vient du fait qu’il est canalisé par des composantes culturelles puissantes qui régulent fortement la vie des hommes et des femmes marocains à travers des institutions sociales puissantes. Huit de ces composantes ont un impact direct sur la perception du genre, la subversion du genre et l’utilisation de la langue : Histoire, géographie, islam, oralité, multilinguisme, organisation sociale, statut économique et système politique.

[…]

Le féminisme libéral est apparu pour la première fois sur la scène publique marocaine dans l’affaire

à la fin des années 1950, et a précédé le féminisme religieux. Tout de suite après l’indépendance, l’État, les partis politiques et les intellectuels ont soutenu le féminisme libéral, bien que sous différentes formes et pour différentes raisons. La primauté historique du féminisme libéral sur le féminisme religieux a condolidé sa position au fil des ans et lui a donné plus d’autonomie par rapport à l’État et aux partis politiques. Les féministes libérales ont cherché à améliorer la situation des femmes en adaptant les valeurs ” universelles ” d’égalité et de droits humains au contexte socioculturel marocain.

[…]

Les hommes qui s’engageaient dans le féminisme libéral étaient pour la plupart très instruits, avec une formation juridique et une exposition à la pensée occidentale, et les femmes appartenaient aux classes supérieures et moyennes, où les filles instruites avaient des mères analphabètes.

Il est important de noter que les points de vue féministes des hommes étaient différents de ceux des femmes : Alors que ces dernières visaient à améliorer la vie des femmes, les premières étaient plus abstraites car elles faisaient partie des ” remèdes ” des hommes au ” retard ” du Maroc et à leur projet de former de futurs bons citoyens marocains.

Les hommes s’efforcent de prouver que le Maroc ne peut progresser sans éduquer et former les femmes. Cependant, pour les hommes comme pour les femmes, une forme de féminisme était un moyen de revitaliser et d’autonomiser les femmes et, par conséquent, le pays.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here