L’ ATTITUDE DES BERBÈRES ENVERS LES NOIRS DU MAROC

0
686
Ilya Repin - Portrait d'une négresse Art Experience NYC. Sous Copyright.

Avant l’arrivée de l’Islam au Maroc, le concept de liberté reposait davantage sur la notion de protection contre les incursions extérieures et les menaces d’autres groupes tribaux que sur notre sens moderne de liberté individuelle. En tant que tel, la liberté face aux menaces extérieures a été créée par des liens d’alliance avec un groupe tribal particulier, sur le lien et la protection qu’une tribu donnée pourrait fournir.

La liberté a donc été établie par la solidarité tribale. Les Noirs interagissaient avec les Berbères par le biais du commerce et de la guerre. Les Noirs vivant sur le territoire des Berbères occupaient soit un statut marginalisé (serviteurs ou esclaves), soit un statut de personne à charge (mariage mixte ou vassalité). Les attitudes raciales berbères envers les Noirs se sont probablement formées avant la conquête arabe lorsque les Berbères de Sanhaja et de Masmuda ont été forcés de quitter leur pays d’origine à cause d’invasions extérieures.

Les Berbères, victimes d’invasions successives des Romains, des Vandales et des Byzantins, ont été forcés de se déplacer vers le sud, dans des zones à prédominance noire. Technologiquement supérieurs en raison de leur contact avec différentes cultures et de l’utilisation du chameau, les Berbères ont très probablement vaincu les populations noires du Sahara et se sont dotés d’un statut supérieur, subordonnant les Noirs. Parce que les Noirs étaient différents dans leurs caractéristiques culturelles et raciales, un binaire racial était en train de se faire.

Simultanément, ces groupes de Berbères ont peut-être commencé à préserver leur identité en se rassemblant autour de groupes familiaux basés sur des concepts égalitaires. Le groupe de parent était un moyen créatif de coexister après la dépossession et la dispersion des Berbères par des envahisseurs externes. Ceux qui ont migré ont développé un sens de la solidarité familiale qui ne leur permettait pas de se mêler à des étrangers. Les membres de la population noire autochtone étaient non seulement considérés comme des étrangers en ce qui concerne la parenté, mais également comme une classe inférieure. Les mariages avec des Noirs étaient considérés comme tabous et honteux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here