LA RÉVOLTE DES WADAYA

0
1960
Musée d'art américain Smithsonian - Smithsonian Institution. Sous Copyright.

Le sultan Abdel Rahman a été confronté à une situation d’humilité à la maison après son aventure avortée en Algérie. Le retrait de Tlemcen a fortement réduit sa popularité et, en un rien de temps, des dissidents se sont levés à la campagne, utilisant la défaite humiliante comme prétexte pour contester son pouvoir.

La garde de l’élite du sultan, le Wadaya, était au cœur de l’opposition. Créée au XVIIe siècle par le sultan Ismaïl, la cavalerie à cheval du Wadaya et le corps d’infanterie connu sous le nom d’Abid Al Bukhari formaient le noyau de l’armée permanente du Maroc (Jaysh ou en dialecte gish).

Une rivalité de longue date a séparé les groupes; les Wadaya en garnison à Fès étaient composés d’hommes libres, tandis que les Abid, basés à Meknès, étaient recrutés principalement parmi des esclaves originaires de régions subsahariennes. Mais le serment de loyauté qu’ils ont prêté et leur “destin commun en tant que serviteurs du Makhzen” étaient bien plus importants que le statut juridique à la naissance ou la couleur de leur peau.

Au fil des ans, les deux unités ont pris l’aspect de groupes de parenté étroitement liés, jalouses de leurs privilèges et maintenant une solidarité soucieuse de leurs intérêts propres, souvent même déviée de la volonté du souverain. Ils ont obtenu un logement et des terres, un salaire plus ou moins régulier et une ration de nourriture pour leurs familles, ce qui fait de leur nomination militaire un privilège dans une économie de pénurie.

Au-delà de ces deux unités permanentes, l’armée était constituée de contingents recrutés selon les besoins dans les tribus amies du Makhzen, qui n’étaient pas payés, mais bénéficiaient d’une exonération d’impôt en contrepartie de leurs services. Sous le sultan Sulayman, l’armée est devenue de plus en plus indisciplinée et a défié les efforts de réforme. En 1816, les Wadaya refusèrent de s’installer de Fès à Meknès, où ils pourraient être surveillés de plus près; en 1818, une peste décima leurs rangs, amenant l’armée au bord de l’effondrement.

Leur moral bas se reflétait sur le champ de bataille où ils formaient “une multitude désordonnée et une horde imprudente dépourvue d’ordre et de discipline”, selon un observateur. Même avant la mésaventure algérienne, au cours de laquelle les Wadaya ont été impliqués dans le pillage de Tlemcen, leur réputation était assombrie; après Tlemcen, leur honte était totale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here