LA NATION COMME CONTINUITÉ HISTORIQUE OU INVENTION CONSTRUITE, IMAGINÉE?

0
389
Le rassemblement à la fontaine de Casablanca en 1962. Sous Copyright.

Jonathan Wyrtzen se pose la question sur “La nation comme continuité historique ou invention construite, imaginée” et décrit que Le cas marocain présente plusieurs dilemmes lorsqu’il est considéré dans les cadres théoriques créés pour décrire le phénomène du nationalisme. Dans le paradigme dominant moderniste-constructionniste, les nations sont créées par le nationalisme: en somme, l’ère moderne caractérisée par l’industrialisation a créé un impératif économique pour les unités politiques de l’État-nation aux cultures homogénéisées.

Pour l’un de ses théoriciens les plus renommés, Ernest Gellner (dans sa phase anthropologique, Gellner est surtout connu pour ses travaux sur notre sujet principal, les Berbères du Haut Atlas), le nationalisme est un principe politique selon lequel l’unité doit être en harmonie; la légitimité politique exige donc que les frontières ethniques ne se croisent pas entre les frontières politiques, et en particulier que les frontières ethniques au sein d’un État donné …ne devrait pas séparer les détenteurs du pouvoir des autres. Gellner ne définit pas précisément le terme «nation», mais ne l’utilise pas indifféremment comme «ethnie» et «culture». Avec la dimension ethnique complexe arabo-berbère du Maroc, cette question est cruciale.

Benedict Anderson, l’un des théoriciens les plus influents du nationalisme, propose ce qui semble être une définition plus utile de la nation: il s’agit d’une “communauté politique imaginée, imaginée à la fois comme souveraine et limitée”.

Cependant, le Maroc présente à nouveau une difficulté en raison de la relation historiquement complexe entre le gouvernement central (makhzen) sous le sultan et les zones tribales périphériques: dans quelle mesure existait-il une communauté politique marocaine imaginaire à l’époque coloniale et dans quelle mesure était-elle imaginée? limité et souverain?

Anderson souligne également l’importance du capitalisme imprimé et d’une lecture publique en masse pour créer les conditions permettant d’imaginer une unité politique nationale. Encore une fois, étant donné que la grande majorité des Marocains étaient illettrés au cours de cette période, en particulier parmi la population berbère.

Les modernistes négligent les éléments culturels et historiques utilisés comme marqueurs de l’identité nationale (Gellner estime qu’ils sont complètement contingents), mettant plutôt l’accent sur leur nature construite et inventée. Les «données» culturelles et historiques du Maroc (influence de l’islam, de l’arabisation, des dynasties impériales, etc.) étaient-elles donc presque entièrement inconséquentes dans la définition de l’identité nationale marocaine?

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here