La Naissance du Féminisme Libéral au Maroc

0
5359
Illustration de Lalla Essaydi. Sous Copyright

Le féminisme libéral est apparu pour la première fois sur la scène publique du Maroc à la fin des années 1950 et a précédé le féminisme religieux. Juste après l’indépendance, l’État, les partis politiques et les intellectuels ont soutenu le féminisme libéral, quoique sous des formes et des raisons différentes. La prédominance historique du féminisme libéral sur le féminisme religieux a consolidé sa position au fil des ans et lui a donné plus d’autonomie vis-à-vis de l’État et des partis politiques.

Les féministes libérales ont cherché à améliorer la situation des femmes en adaptant les valeurs «universelles» de l’égalité et des droits de l’homme au contexte socioculturel marocain. Quand il est apparu, le féminisme libéral était un phénomène de «classe». Ce fut la nouvelle classe bourgeoise post-indépendance qui produisit les premières pharmaciennes, juristes, médecins, professeurs d’université, etc. Cet intérêt pour l’éducation des femmes ne fut pas motivé par un réel intérêt pour la libération des femmes en tant qu’individus, mais par prestige social, parce que le niveau d’éducation des femmes était important pour le statut personnel de leurs pères et de leurs maris.

À plus grande échelle, les discours postcoloniaux marocains et les lectures sur la participation aux mouvements de libération nationale ont clairement une dimension sexuée et ont produit des idéologies genrées où les femmes étaient reléguées au second rang après les hommes. Cependant, évaluée par rapport à l’état antérieur des choses, l’accès des femmes marocaines à l’éducation, et à travers elle, à l’écrit, a fait entendre leur voix pour la première fois dans l’histoire du Maroc.

Les hommes et les femmes ont été impliqués dans la naissance du féminisme libéral au Maroc. Par exemple, Allal El-Fassi, une figure nationaliste, a écrit al-Naqd al-Daati, un livre dans lequel il a fait plusieurs critiques du droit de la famille marocain et dans lequel il a appelé à l’abolition de la polygamie, la réglementation de la répudiation et du divorce, et l’équivalent d’un ensemble de pension alimentaire pour les femmes répudiées.

Les hommes qui étaient impliqués dans le féminisme libéral étaient pour la plupart hautement éduqués avec une formation juridique et une exposition à la pensée occidentale, et les femmes appartenaient aux classes supérieures et moyennes, où les filles éduquées avaient des mères analphabètes. Il est important de noter que les points de vue féministes des hommes étaient différents de ceux des femmes:Alors que les opinions de ce dernier visaient à améliorer la vie des femmes, celles-ci étaient plus abstraites car elles faisaient partie des «remèdes» des hommes au «retard» du Maroc et de leur projet de produire de bons futurs citoyens marocains.

Les hommes s’efforcent de prouver que le Maroc ne peut pas progresser sans éduquer et former les femmes. Cependant, tant les hommes que les femmes, une certaine forme de féminisme était un moyen de revitaliser et d’autonomiser les femmes et, par conséquent, le pays.

Le féminisme libéral a été accompagné par des changements dans le vêtement et d’autres pratiques sociales. Le style européen moderne est devenu à la mode dans les zones urbaines, bien qu’il n’ait jamais réussi à remplacer les vêtements traditionnels marocains. Le féminisme libéral s’est manifesté dans les écrits féministes journalistiques et académiques (principalement sociologiques et littéraires). Les écrits journalistiques comprenaient des articles de journaux et des articles de magazines. Ces écrits ont largement circulé parmi la population éduquée. L’écrivaine féministe marocaine Leila Abouzeid a commencé sa carrière de journaliste au début des années 1970 et a écrit ses premiers articles sous le nom d’un homme. Zakia Daoud a poursuivi la tendance en exprimant des idées féministes ferventes à travers des articles journalistiques.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here