La naissance de l’Islam au Maroc

0
10666
Le Maroc d'Antan. Sous Copyright

Le Maroc fait partie intégrante de l’Afrique, un ensemble indivisible de fondateur de la civilisation amazighe. Cependant, depuis le Moyen Age, le pays s’est concentré sur l’Islam comme une «nouvelle ère» de son histoire moderne qui a influencé en partie sa culture dans l’orientation religieuse sans pour autant être confondue avec l’arabe ou avec le monde arabe. Le Maroc est considéré comme un pays arabe quand il est en Afrique.

Contrairement à ce que certains hommes ignorants, qui rappellent les «bédouins illettrés» de la première période de l’Islam, tentent d’imposer en dénaturant l’origine ethnique et géographique du Maroc en l’appelant «arabe» et en le désignant comme «Maghreb arabe»; les faits restent que le pays est un pays amazigh africain au sein de Tamazgha ou du Grand Maghreb Africain. Ces hommes ignorants vivant au Maroc, au lieu d’étudier en détail l’histoire de leur pays d’adoption au Maroc, préfèrent généralement, par ignorance ou par dessein, parler en termes généraux en mettant tous les soi-disant «Arabes» dans le même panier et comparer incomparable avec leurs idées superficielles qui ne font que confirmer leur limitation et leur manque de connaissance. Ils connaissent à peine la société marocaine ou ce que veulent les Marocains ou qui sont en réalité les Marocains.

Il n’y a rien que les Marocains aient en commun ou partagent avec les Arabes, même en Islam, mais plus avec la France et l’Occident du moins au VIIIème siècle, sinon depuis Hannibal, quand le Maroc a mis en place le premier Etat-Nation au Monde à reconnaître l’indépendance américaine, en signant en 1786 un traité d’amitié avec les États-Unis, ratifié par le Congrès de la Confédération en juillet 1787 et demeurant actif jusqu’à ce jour. Pendant cette période, les Arabes n’existaient pas comme ils étaient sous leurs maîtres, l’Empire ottoman, qui les a réduits à l’esclavage et à l’ignorance.

L’arrivée des Almoravides au XIème siècle marqua le début de la pulvérisation des Arabes et la fin de toute influence arabe au Maroc conduisant à l’extermination ou au jargon actuel du «nettoyage ethnique» du Shi’a Zaydi-Fatimide Idrissid par les Almohades. Ce concept de l’islam marocain a été plus tard étendu et adopté par d’autres Imams Tafilalt Alaoui depuis le XVIIe siècle, réconciliant les concepts de l’Imamat chiite iranien et de la Sunna et de l’Ash’ari dictés par l’Empire Amazigh qui a mis fin au Shi. Un Zaydi au Maroc, mais malheureusement pour eux, a négligé l’enseignement de Maturidi, comme ils ont ignoré la rationalité de Farabi, Avicenne, Averroès et d’autres. Cette marque marocaine de l’Islam est complètement une invention Amazigh et est restée solide dans toute l’histoire marocaine jusqu’à présent. Il a gardé tous les autres prétendants hors des contaminations qui ont commencé à se répandre dans le monde entier dans la seconde partie du XXe siècle. Les chiites, les confréries musulmanes, les salafistes wahhabites et d’autres ont essayé de prendre pied pour perturber l’harmonie marocaine et l’existence paisible, mais tous ont échoué.

Le Maroc, à partir de la première rencontre entre Kusaila et Uqba Ibn Nafi’e, a rejeté l’Islam Mashreq, sa culture et sa civilisation évolutive que les Imazighen considéraient à rebours et manquaient de la finesse amazighe de l’une des civilisations les plus anciennes de l’époque. Que certains Marocains ignorants le veuillent ou non, que les Arabes du Hijaz l’admettent ou non, que les Européens l’approuvent ou non, le Maroc est devenu une partie de l’Europe, en excluant “l’Afrique”, à partir du moment où les Amazighs sont devenus Romains Empire ou quand Hannibal a traversé avec ses éléphants à travers les Piliers d’Hercule à Tanger en Ibérie et en Europe pour faire le tour complet de la Méditerranée pour menacer Rome elle-même.

C’est Tariq Ibn Ziyad qui a consolidé l’affiliation marocaine en Europe lorsqu’il a posé le pied sur ce continent et est devenu le gouverneur général de l’Europe ibérique amazighe, ou Al Andalus, en 711, et ses ancêtres sont toujours en grand nombre, partie de l’épine dorsale de l’Espagne actuelle. Lui, avec Hannibal avant lui et plus tard avec la révolution amazighe de 739-43, qui a établi le premier état-nation Amazigh, étaient responsables de la diffusion des cultures et de la civilisation Amazigh que l’Occident a absorbé et certains orientalistes ignorants nient même aujourd’hui ou entrent le monde de confusion établi par Ernest Renan ou Bernard Lewis, tout comme Ali Benmakhlouf parle d’ignorance ou de négligence confondant ce qui est islamique et ce qui est arabe, ou clarifie ce qui est écrit en arabe n’est pas nécessairement écrit par les Arabes, et la philosophie n’appartient pas aux Arabes mais à ceux qui le produisent et le lisent quand les Arabes ont rejeté le concept de philosophie et la majorité des musulmans se sont rangés plus avec Al Ghazali et Ibn Taymiyya qu’avec Farabi (non arabe), Avicenne (non arabe) ou Ibn Ruchd (né à Cordoue et mort au Maroc), quand il écrit que “la philosophie arabe a excellé entre le VIIIème et le XVème siècle” quand il aurait dû dire la philosophie islamique ou farsi, amazig et juif..

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here