La Conférence d’Algésiras de 1906

0
4819
07 avril 1906, Algésiras, Espagne: El-Hadj el-Mokri, ambassadeur en Espagne, signe le traité à la Conférence d'Algésiras permettant à la France de patrouiller la frontière avec l'Algérie et l'Espagne pour la police du Maroc. Image par Hulton-Deutsch Collection / CORBIS.

La Conférence d’Algésiras a eu lieu à la suite de la première crise marocaine qui a commencé en 1905. La conférence d’Algésiras a commencé le 16 janvier 1906 et toutes les grandes puissances européennes y étaient représentées ainsi que les Américains. La Conférence d’Algésiras avait un objectif: décider de ce qui devait être fait en ce qui concerne le Maroc, l’un des rares pays africains qui n’ait pas été pris en charge par une puissance européenne.

Les deux protagonistes principaux à Algeciras étaient la France et l’Allemagne. Cependant, il apparut très vite à l’Allemagne que d’autres puissances européennes s’étaient rangées du côté de la France: la Grande-Bretagne, l’Espagne et l’Italie s’étaient toutes entendues sur ce qui devait arriver au Maroc. Ces quatre nations avaient décidé quelles villes marocaines seraient gouvernées par quelle puissance européenne: Casablanca, Rabat et Larache. Par exemple, Tanger devait être gouvernée par une force militaire franco-espagnole commandée par un Français. Rien de tout cela n’avait été soumis aux Allemands et leur délégation avait l’impression d’avoir été délibérément écartée des discussions, ce qui, en fait, l’avait été.

Ironiquement, cela n’a rien fait pour nuire aux relations européennes, car Wilhelm II avait une idée nouvelle sur la façon dont l’Europe devrait procéder diplomatiquement. Malgré la relation délicate et évidente entre l’Allemagne et la France, Wilhelm voulait faire entrer la France dans une alliance. Alors que Wilhelm peut avoir eu un énorme ego que certains en Europe savaient comment jouer, il n’était pas un imbécile complet en ce qui concerne les subtilités diplomatiques. Le plan de Wilhelm était simple. En acceptant de nombreuses demandes françaises au Maroc, il les amènerait à une alliance complète avec l’Allemagne. Couplé avec cela serait une troisième nation: la Russie.

A cette époque, la Russie avait récemment perdu une guerre avec le Japon et avait connu la révolution de 1905. Wilhelm croyait, avec une certaine justification, que Nicolas II de Russie devait être considéré comme un «grand joueur» européen et qu’une alliance entre l’Allemagne, la France et la Russie satisferait ce désir et donnerait l’impression au tsar que la Russie était toujours perçue comme un allié important des grands acteurs européens. Les gestes conciliants de Wilhelm à Algésiras avaient donc un but pour eux. Mais quel était ce but? Wilhelm voulait isoler diplomatiquement la Grande-Bretagne, qu’il considérait comme le plus grand rival de l’Allemagne en Europe, économiquement et militairement. Si la France et la Russie étaient liées à l’Allemagne, la Grande-Bretagne se retrouverait avec l’Espagne et l’Italie, qui n’étaient pas considérées comme des puissances majeures dans la même ligue que la France et la Russie.

 

Le délégué italien Emilio Visconti Venosta lors de la Conférence d’Algésiras, 1906, Espagne. Sous Copyright

 

La délégation allemande à Algeciras a été encouragée par Berlin à offrir plus que ce que les Français avaient demandé en ce qui concerne le Maroc. Ou ils ont reçu l’ordre d’accepter les suggestions faites par Rouvier. Par exemple, Rouvier a suggéré qu’après trois ou quatre ans après un accord signé à Algeciras, la France devrait obtenir un mandat de police sur l’ensemble du Maroc. La délégation allemande était d’accord avec cela, mais le chancelier allemand von Bülow ne l’a pas fait, car il n’était pas au courant qu’il venait de Rouvier. En fait, Wilhelm II a critiqué von Bülow quand le chancelier s’est ouvertement prononcé en faveur d’une approche plus dure de la France sur la question du Maroc. À l’heure actuelle, Wilhelm cherchait une quadruple alliance, car il voulait faire entrer la Turquie dans ses plans. Il ne voulait rien mettre en danger ses plans et il pensait que les remarques de von Bülow à propos des Français feraient exactement cela.

La conférence d’Algésiras est devenue beaucoup plus qu’une conférence sur le Maroc. L’historien DC Watt estime que le Maroc est devenu d’une importance secondaire au fur et à mesure que les grandes puissances se préparaient à conclure des alliances. Sur le papier, le plan de Wilhelm d’une alliance triple ou quadruple avait un sens comme si l’un d’entre eux avait jamais porté ses fruits, la Grande-Bretagne aurait sans aucun doute été diplomatiquement isolée. Cependant, le plan avait deux faiblesses. Le premier était le manque constant de confiance entre les joueurs; Après les nombreuses batailles verbales entre la France et l’Allemagne, les Français ont dû être choqués de constater qu’ils avaient un allié potentiel en Allemagne et que l’Allemagne les courtisait activement. La seconde fut la Grande-Bretagne qui, en janvier 1906, obtint un nouveau gouvernement libéral. Le nouveau secrétaire des affaires étrangères était Sir Edward Grey, qui, de 1892 à 1895, avait acquis une grande expérience de la politique étrangère allemande lorsqu’il était sous-secrétaire au Foreign Office.

Gray s’est rendu compte que la Grande-Bretagne serait isolée des grandes puissances européennes si le plan de l’Allemagne fonctionnait. Gray savait aussi que la France était l’acteur clé du plan. Il s’adressa donc à l’ambassadeur de France à Londres, Jules Cambon, et lui dit que la France pouvait compter sur l’aide britannique si la conférence d’Algésiras échouait et que l’Allemagne menaçait la France. Gray n’a pas précisé que ce soutien équivaut à du soutien militaire, mais il a informé Cambon des contacts secrets qui avaient eu lieu entre les états-majors britannique et français, des réunions qui ont été tenues secrètes du Cabinet britannique jusqu’en 1911. Cambon a informé Paris que la France pourrait attendre un soutien britannique total tout au long des négociations à Algésiras. Ce fut la première rupture du plan allemand visant à faire entrer la France dans une alliance.

 

La première page du journal ” Le Petit Journal” à propos d’Algéciras. Sous Copyright.

 

La conférence elle-même ne s’est pas bien passée. Trois camps apparurent: la France, la Grande-Bretagne, la Russie et l’Espagne contre l’Autriche-Hongrie et l’Italie tandis que l’Allemagne apparaissait isolée par elle-même. Le plan de Wilhelm a disparu pendant la conférence. Même l’Autriche-Hongrie a dit à l’Allemagne d’agir moins comme un tyran, car pour eux, les Allemands voulaient que chaque décision soit prise selon leurs termes.

On sait maintenant que von Bülow croyait dès février 1906 qu’il n’y aurait pas de succès à Algésiras et que la seule chose qu’il devait faire était de sauver le prestige de l’Allemagne. Le 27 mars, il accepta une proposition autrichienne selon laquelle la police des ports marocains devrait être laissée aux Français et aux Espagnols qui, à leur tour, seraient supervisés par un inspecteur suisse qui rendrait compte au sultan. La conférence d’Algésiras s’est terminée le 7 avril 1906.

Les Allemands sont sortis très peu de la conférence. Le projet de créer une triple alliance ou même une quadruple alliance pour isoler la Grande-Bretagne échoua. On peut dire qu’à la fin de la conférence, la Grande-Bretagne et la France avaient des liens encore plus étroits. Une présence allemande en Afrique du Nord a également échoué à se concrétiser. En France, beaucoup de nationalistes ont vu Algeciras comme un triomphe. Les médias français ont dépeint l’Allemagne comme une nation inférieure, à la grande préoccupation des politiciens les plus expérimentés de Paris. En Allemagne, il y avait une croyance qu’ils avaient été surpassés par les Britanniques et les Français et la faute a été entassée sur von Bülow. Le Haut Commandement allemand a révisé le plan Schlieffen en conséquence et a poussé le gouvernement à Berlin à adopter une position plus agressive, ne serait-ce que pour racheter l’Allemagne en Europe. Il est probable que l’échec des politiciens allemands à Algeciras a conduit à une augmentation de l’influence de l’armée sur le Kaiser au détriment des politiciens. La Grande-Bretagne s’est rendu compte qu’elle devait continuer à cultiver des relations non seulement avec la France mais avec d’autres puissances européennes.

La conférence d’Algésiras a peut-être «résolu» la crise au Maroc, mais elle a eu un autre impact beaucoup plus important: le résultat a clairement défini l’Europe dans certains camps. Lors de cette conférence, l’Allemagne a perdu publiquement. Beaucoup à Berlin ont promis que ce serait la dernière fois que cela arriverait. À l’avenir, une résolution diplomatique ne serait même pas envisagée car certains pensaient que la puissance militaire de l’Allemagne était telle que la diplomatie ne serait plus nécessaire dans les futurs désaccords européens.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here