Ibn Banna

0
6095
Sous Copyright

Ibn al Banna al Marrakushi, mathématicien et astronome, est né à Marrakech où il a étudié une variété de sujets, avec au moins 17 maîtres. Cependant, il se rendait fréquemment à Aghmāt, près de Marrakech, où il étudiait Abu Abdallah al-Hazmiri (décédé en 1279); c’est peut-être à cause de son influence qu’Ibn al-Banna s’est intéressé à la fois à l’astronomie et à l’astrologie, et a acquis la réputation d’être un soufi. Ibn al-Banna était probablement un astrologue pratiquant au service du sultan marīnide Abu Said (règne: 1309-1331), et il aurait prédit les circonstances exactes de la mort de ce dernier, qui a eu lieu environ 10 ans après sa propre mort. . Il était dédié à son enseignement, qui se déroulait à la fois dans la grande mosquée de Marrakech et dans sa propre maison, et il avait au moins huit disciples.

Le catalogue des œuvres d’Ibn al Banna comprend environ 100 titres, dont environ 50 sont consacrés aux mathématiques et à l’astronomie (y compris l’astrologie), mais la liste comprend également les études coraniques, la théologie (usoul al din), la logique (fiqh) , la rhétorique, la prosodie, le soufisme, la division des héritages (faraïd), les poids et mesures, la mesure des surfaces (misaha), la magie talismanique et la médecine. Sa réputation repose principalement sur ses travaux mathématiques (en particulier l’arithmétique et l’algèbre); il a été considéré comme le dernier mathématicien créatif du Maghreb, ce qui signifie qu’il a abordé de nouveaux problèmes et a donné des solutions originales. Ses œuvres sont extrêmement populaires et inspirent un nombre énorme de commentaires, qui sont encore en cours d’écriture jusqu’au début du XXe siècle.

Dans le domaine de l’astronomie, Ibn al Banna est un disciple clair de la tradition andalouse représentée par l’astronome tolédan Zarqali, dont les travaux lui sont parvenus directement ou indirectement. Il a écrit de courts travaux sur les deux variétés d’astrolabes universels (shakkaziyya et zarqaliyya) conçus par cet auteur, ainsi qu’un manuel astronomique avec des tableaux (zij) dérivés en fin de compte de la recherche de Zarqali. Le titre de ce zij est Minhaj al talib fi tadil al-kawakib (La méthode de l’étudiant pour le calcul des positions planétaires), et il est devenu extrêmement populaire dans le Maghreb. Il y avait au moins trois commentaires, et il était encore utilisé au 19ème siècle. La source directe utilisée par Ibn al-Banna était le zij inachevé d’Ibn Ishaq, qui semble avoir exercé l’influence prédominante dans l’astronomie maghribine aux 13ème et 14ème siècles.

Minhaj d’Ibn al Banna contient une sélection de tables d’Ibn Ishaq accompagnées d’une collection de canons faciles à comprendre, ce qui rend le zij accessible pour le calcul des longitudes planétaires. Ceci est accompagné de quelques modifications de la structure des tables, destinées à faciliter les calculs. Les deux tables de l’équation solaire et celles des équations planétaires et lunaires du centre sont “déplacées” (une constante est ajoutée à chaque entrée de la table pour éviter les valeurs négatives), une technique utilisée pour la première fois dans le Maghrib. Bien qu’Ibn al Banna ait utilisé la structure standard, dérivée des Tables Handy, pour les tables de l’équation de l’anomalie de Mars, Vénus et Mercure, il les a entièrement changées dans le cas des planètes Jupiter et Saturne qui ont de petits épicycles, pour dont l’équation de l’anomalie est calculée de la même manière que pour la Lune.

Un problème difficile est celui de l’attitude d’Ibn al-Banna envers l’astrologie. Il a été bien établi qu’il s’était intéressé au sujet pendant les premières étapes de sa vie d’érudit et qu’il a écrit un certain nombre de courtes œuvres astrologiques qui ont peu d’originalité et un intérêt très limité. Ils témoignent, cependant, du fait qu’il suit une tradition andalouse-maghrébine qui a certaines caractéristiques différentes de celles de l’islam oriental. D’autre part, il semble qu’il ait écrit un travail non-extensif intitulé Radd ala al-ahkam al noujoumiyya (Réfutation des jugements astrologiques), qui semble avoir été écrit dans la deuxième période de sa vie savante (1290-1301). Il est difficile d’établir clairement si Ibn al-Banna a perdu sa foi dans le caractère scientifique de l’astrologie puisque le Minhaj (apparemment écrit à la même époque) décrit des techniques d’astrologie mathématique et le sultan mérinide Abu Saïd l’aurait consulté comme astrologue.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here