Haratines: Les esclaves silencieux

0
8374
Une Jeune Femme Haratin du Maroc. Sous Copyright

Haratines, aussi appelées Harratins, Haratine ou Hartani, sont des habitants des oasis au Sahara, en particulier au Maghreb. On les trouve notamment en Mauritanie, au Maroc. Ils ont l’héritage de l’Afrique sub-saharienne et constituent un groupe distinct de travailleurs largement installés, et avec 40% de la population totale de la Mauritanie, ils constituent son plus grand groupe ethnique. Ils ont été appelés une classe socialement distincte des travailleurs ou une caste qui a émergé d’un héritage de l’esclavage en Afrique sous les Berbères et les Maures.

Ils ont été des groupes d’anciens esclaves ou de descendants d’esclaves socialement isolés, de statut inférieur, endogames. La plupart provenaient du Sahel et de la région subsaharienne d’Afrique de l’Ouest. Ils ont adopté l’Islam sous les Maures et ont été recrutés de force dans l’armée marocaine par Ismail Ibn Sharif pour consolider le pouvoir. Leur occupation principale a été celle de serfs d’agriculture, de bergers et de travailleurs subalternes, et ils parlent l’arabe Hassaniya.

Étymologie

Le mot Haratin a été tracé à deux racines. La première racine provient de la haratine, le mot arabe pour «laboureurs». La deuxième étymologie est basée sur le mot berbère ahardan se référant à la couleur de la peau, plus spécifiquement «couleur sombre».

Histoire

Les origines du peuple Haratin se trouvent dans divers groupes ethniques noirs africains dans les régions subsahariennes et sahéliennes de l’Afrique de l’Ouest, tels que le Bambara, le Soninké et d’autres. Ils ont été attaqués ou capturés pendant la guerre et amenés dans les terres sahariennes en tant qu’esclaves. Leurs ancêtres ont travaillé dans les terres arables en particulier autour des oasis à travers le Sahara. Ils ont adopté la langue et la culture des gens qui les possédaient, et ils parlent maintenant berbère ou arabe. Dans des pays comme le Maroc, ils sont parfois classés comme berbères ou arabes, selon leur langue et la société dans laquelle ils se trouvent. Cependant, en Mauritanie, où il y a près de 1,5 million de Haratins, ils ont développé un sentiment séparé d’identité ethnique.

Historiquement, ils ont hérité de leur statut d’esclave et de leur occupation familiale, ont été endogames et ségrégués socialement. Certaines communautés ont différencié deux types d’esclaves, l’un appelé Abid ou «esclave» et Haratin ou «esclave affranchi». Toutefois, affirme John Shoup, un professeur d’anthropologie, à la fois Abid et Haratin n’étaient pas libres de posséder des terres ou avaient des droits de propriété équivalents. Qu’ils soient techniquement libres ou non, ils étaient considérés comme socialement inférieurs dans les communautés où ils vivaient. N’ayant pas le droit et la capacité de posséder des terres, ils ont toujours survécu en acceptant une relation de serf entre leur client et leur client. serviteur ou comme travail agricole (khammasin).

Ils sont devenus la cible de la conscription par le dirigeant marocain Ismail Ibn Sharif alors qu’il cherchait à construire une armée qui n’avait aucun attachement social ou culturel à aucun autre groupe arabe ou berbère au Maghreb, et il enrôlait tout Haratin et Abid qu’il trouvait dans n’importe quel pays. Cette armée Haratin a ensuite été forcée dans une série de guerres afin de consolider le pouvoir d’Ismail.

 

Femme Haratine. Ouargla, Algérie du Sud. Sous Copyright

Les Haratines du Maroc

Haratines ont été les strates esclaves de la société marocaine à travers son histoire enregistrée. Ils étaient la propriété de toutes les villes et centres agricoles avant l’époque du souverain marocain Ismail Ibn Sharif. Ils fournissaient du travail domestique, de la main-d’œuvre agricole, du travail physique à l’intérieur des villes et des marchés, et étaient enrôlés pour faire la guerre.

Selon Remco Ensel, un professeur d’anthropologie spécialisé dans les études maghrébines, le mot “Haratin” en marocain est un péjoratif qui connote “subordination, déconsidération” et dans la littérature contemporaine, il est souvent remplacé par “Drawi”, “Drawa”, “ Sahraoui “,” Sahrawa “ou d’autres termes régionaux. Le Haratin marocain, déclare Chouki El Hamel, un professeur d’histoire spécialisé en études africaines, est la diaspora des Africains noirs qui ont été transportés avec force à travers le Sahara et vendus dans les marchés d’esclaves marocains. Ils ont absorbé les “valeurs arabo-centriques dans l’interprétation dominante de l’Islam”, déclare El Hamel, au fil des générations et ils se considèrent comme des Marocains musulmans, plutôt que par leur groupe ethnique ou indigène.

 

Sous Copyright: www.egyptsearch.com

 

Les couches de Haratin, en tant qu’esclaves, étaient une institution majeure de la société marocaine au 19ème siècle. Cependant, il y a eu un manque général de documents historiques sur leurs origines et leur ethnographie, conduisant à plusieurs propositions construites, et leur mention est plus ancienne. est généralement limité à leur statut d’esclave et plus axé sur les droits de leurs propriétaires. C’est leur marginalisation économique et sociale contemporaine qui suscite un regain d’intérêt pour leur histoire et leurs histoires orales.

Les Haratins restent des travailleurs indispensables dans les sociétés d’oasis modernes, déclare Ensel, et continuent d’être maltraités contrairement aux couches supérieures appelées “Shurfa”. Selon Remco Ensel, Haratin et Swasin au Maroc et d’autres sociétés marginales du Sahara faisaient partie d’une hiérarchie sociale qui comprenait les couches supérieures de nobles, de spécialistes religieux et de lettrés, suivis par des hommes libres, des couches pastorales nomades et des esclaves. Les Haratin étaient hiérarchiquement plus élevés que les Abid (descendant des esclaves) tout en bas mais plus bas qu’Ahrar. Cette hiérarchie, déclare Ensel, a été diversement décrite comme des groupes ethniques, des domaines, des quasi-castes, des castes ou des classes.

 

Une Jeune fille haratin. Sous Copyright

 

Les Haratins vivaient historiquement séparés de la société principale, dans un isolement rural. Leur subjugation était parfois justifiée sur le plan idéologique par les nobles et certains érudits religieux, même si d’autres n’étaient pas d’accord. La stratification sociale de Haratin et leurs interrelations avec d’autres membres de la société variaient selon la vallée et l’oasis, mais que les Haratins soient des esclaves techniquement «non nourris, semi-libérés ou libérés», ils étaient considérés comme «inférieurs» par d’autres strates. la société. Les Haratin restent la population marginalisée du Maroc, tout comme d’autres groupes similaires dans le monde.

 

Référence électronique: Haratin, Encyclopædia Britannica (2014)

PARTAGER
Article précédentLe grand Mohamed Choukri, sa vie et son œuvre
Article suivantD’où nous vient la main de Fatma ?
Je me représente comme Ambassadrice du Maroc, j'écris sur mon pays et je le défends, je le découvre chaque fois où j'écris un article. Mon pays est riche avec de divers culture, Mon Maroc est à moi et à tous ceux qui l'aiment profondément. Hommage à mon père qui m'a toujours appris l'amour de la patrie. J'aime écrire sur l'histoire du Maroc en collectant des extraits des livres.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here