LA POLITIQUE AU DÉBUT DU MOUVEMENT D’IBN TUMART

0
253
Mohammed Ibn Tumart. Sous Copyright.

La théologie a fourni la base de la critique sociale et de l’action politique. La formation intellectuelle d’Ibn Tumart dans l’Orient arabe avait une base spirituelle bien plus importante que les textes légalistes de l’orthodoxie malékite.

Comme il n’était pas facile de fusionner les tribus berbères en un seul mouvement, il organisa une structure politique qui ressemblait à une grande confédération berbère. Il était entouré d’un Conseil des Dix, de ses plus proches conseillers et de ses premiers partisans, parmi lesquels Abd Al Mumin. Au-delà du Conseil des Dix, un Conseil des Quarante représentait les chefs des différentes tribus qui le soutenaient. Celles-ci étaient appelées Huffaz, un mot arabe qui décrit souvent ceux qui ont appris le Coran par cœur, ou Talaba, un mot utilisé pour ceux qui ont étudié le message de l’islam.

Alors qu’Ibn Tumart était en vie, il n’y avait pas de dynastie et pas de séparation entre les parties religieuses et politiques du mouvement. Au cours des années 1120, Ibn Tumart étendit son autorité parmi les tribus, bien qu’il y eut une opposition même à Tinmal jusqu’à ce qu’il purge chacun de sa loyauté douteuse en 1129.

Vers la même époque, entre 1127 et 1129, les Almoravides tentèrent d’envahir les montagnes sans succès. Tinmal était trop éloigné et bien défendu, mais l’avantage des Almohades dans les montagnes ne s’est pas étendu aux plaines. Quand ils ont poursuivi les troupes almoravides jusqu’à Marrakech et mis le siège devant la ville, ils ont constaté qu’ils ne pouvaient pas le prendre. Le siège est levé, les Almohades fuient dans les montagnes et en 1130, Ibn Tumart meurt.

Cela aurait pu être la fin du mouvement, si Abd Al Mumin n’avait pas caché la mort du Mahdi jusqu’à ce que sa propre position soit sécurisée. En 1133, il commença la conquête du Maroc.

Abd Al Mumin a appris la leçon de la défaite à Marrakech et a commencé par prendre le contrôle des montagnes. Puis il se dirigea vers le nord et s’empara de Taza et de Ceuta lors d’une campagne électorale entre 1440 et 1441. L’année suivante, Ali bin Yusuf, l’amir almoravide, mourut. Trois ans plus tard, son fils et héritier, Tashfin, fut tué près de Tlemcen et leur empire commença lentement à s’effondrer.

 

PARTAGER
Article précédentRoyal Air Maroc, le rêve d’indépendance
Article suivantTrois nouveaux décès dans une mine à Jerada
Je me représente comme Ambassadrice du Maroc, j'écris sur mon pays et je le défends, je le découvre chaque fois où j'écris un article. Mon pays est riche avec de divers culture, Mon Maroc est à moi et à tous ceux qui l'aiment profondément. Hommage à mon père qui m'a toujours appris l'amour de la patrie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here