#EditoDeMexico96 : Trump et le Sahara marocain, une décision historique

0
1730

Mohamed Badine El Yattioui, docteur en Science Politique de l’université de Lyon (France). Spécialiste des questions de sécurité globale et de gouvernance globale, il enseigne à la UDLAP (Universidad De Las Américas Puebla) au Mexique et à l’Université Jean Moulin Lyon III. Il préside le think-tank NejMaroc, Centre Marocain de Recherche sur la Globalisation qui publie une revue semestrielle et qui organise des événements dans différents pays et dirige le Séminaire Permanent sur le monde musulman (Observatorio sobre el mundo musulman) ILM.

Le décret signé par le président Trump est un acte comportant une “force juridique et politique indéniable et à effet immédiat” et consacre la reconnaissance par les États-Unis d’Amérique de reconnaitre “pour la première fois de leur histoire, la pleine souveraineté du Royaume du Maroc sur l’ensemble de la région du Sahara Marocain”. Cette décision historique consacre la validation de la stratégie de défense de l’intégrité territoriale élaborée par SM le Roi Mohammed VI au travers du projet d’autonomie.

La concrétisation de ce décret se fera notamment par l’ouverture d’un consulat américain à Dakhla, “en vue d’encourager les investissements américains et la contribution au développement économique et social, au profit notamment des habitants des provinces du Sud”. David Fisher a ajouté que “la semaine prochaine, nous envisageons de faire une série d’annonces qui vont consolider le partenariat stratégique USA-Maroc en matière de développement économique et de commerce, tout en renforçant le rôle du Maroc en tant que leader économique sur le plan régional”. L’ambassadeur américain s’exprimait lors d’un point de presse.

La Charte des Nations Unies affirme que les Etats se doivent de respecter la souveraineté des États membres et leur intégrité territoriale. En ce qui concerne le droit à l’autodétermination, il est fortement encadré et les ennemis de la cause nationale semblent volontairement oublier. Les Etats-Unis viennent de prendre une décision basée sur le pragmatisme et respectant l’équilibre régional et international.

Le vote américain en novembre 2020 en faveur de la dernière résolution onusienne était déjà un signe positif du fait de son caractère favorable au Royaume. Le risque existait avec l’élection de Joe Biden de voir la diplomatie américaine évoluer négativement. L’existence de lobbies pro “polisario”, notamment mais pas uniquement chez les Démocrates, était un véritable risque.

La décision de Donald Trump ayant été saluée par l’AIPAC (le lobby pro israélien aux Etats-Unis), du fait de la “normalisation” des relations avec Israël, cela laisse présager l’impossibilité pour la future Administration Biden de revenir en arrière. Juridiquement elle le pourra mais politiquement cela semble très difficile, ce qui est une bonne nouvelle pour le Maroc.