#EditoDeMexico15 : Le Maroc gagne une bataille importante à New-York concernant la question nationale mais quid de l´Amérique latine?

0
1152

Chaque semaine, retrouvez l’Edito de Mexico sur DiscoveryMorocco.net dont l’auteur est Mohamed Badine El Yattioui, docteur en Science Politique de l’université de Lyon (France). Spécialiste des questions de sécurité globale et de gouvernance globale, il enseigne à la UDLAP (Universidad De Las Américas Puebla) au Mexique et à l’Université Jean Moulin Lyon III. Il préside le think-tank NejMaroc, Centre Marocain de Recherche sur la Globalisation qui publie une revue semestrielle et qui organise des événements dans différents pays et dirige le Séminaire Permanent sur le monde musulman (Observatorio sobre el mundo musulman) ILM .

Comme le disait Napoléon Bonaparte, “quand on veut constamment, fermement, on réussit toujours”. Le Maroc veut constamment et fermement son Sahara. Il est en bonne voie pour l´obtention d´une reconnaissance internationale.

Mardi, le Conseil de sécurité de l’ONU, a adopté la résolution 2468 sur le Sahara marocain qui prolonge de six mois le mandat de la MINURSO. Elle “répond largement aux attentes” du Maroc, selon Omar Hilale, notre représentant à New-York. Le ministre des Affaires étrangères Nasser Bourita semblait aussi satisfait.

Plusieurs points importants. Elle consacre le processus de table-rondes comme “seule et unique voie” pour parvenir à un accord politique, consacre (après la résolution 2440) le rôle d´Alger en tant que “partie prenante principale” et que l´objectif du processus onusien est “une solution politique, réaliste, pragmatique, durable et reposant sur le compromis”. Autodétermination et compromise semblent donc liés. Sur les 15 membres du Conseil de sécurité, seulement deux se sont abstenus: la Russie et l´Afrique du Sud.

Les paradigmes géopolitiques régionaux et internationaux ont changé. Le Polisario demontre chaque jour sa dangerosité et l´Algérie semble embourbée dans ses contradictions internes et diplomatiques.

Le Maroc doit poursuibre cette diplomatie active sans oublier l´Amérique latine, région stratégique et où beaucoup de travail reste à faire. Sans exhaustivité, il faut suivre les évolutions en cours au Venezuela et tenter des choses à Cuba où notre ambassade a rouvert l´an dernier, après trente huit années de rupture. La Havane reste un cas spécifique dans la région mais son influence existe toujours. Reste le cas du Mexique dont “la diplomatie des príncipes” entre en contradiction avec sa nouvelle place au sein de l´économie mondiale. Au Maroc de lui démontrer son erreur en développant les échanges économiques avec ce pays. Le chemin est encore long mais le Royaume doit maintenir son offensive diplomatique. Pour cela, de véritables spécialistes de la région doivent la couvrir sur le plan diplomatique mais également universitaire.

 

 

 

PARTAGER
Article précédent1912: LA GESTE FONDATRICE DE LYAUTEY À MARRAKECH
Article suivantLES EUROPÉENS DE L’AFRIQUE
El Yattioui Mohamed Badine, né en France de parents marocains, est docteur en Science Politique de l'université de Lyon (France). Il a rédigé une thèse intitulée "Les enjeux géostratégiques des programmes publics de Washington à destination de l'Amérique Latine, de George Bush père à George Bush fils (1988-2008)". Spécialiste des questions de sécurité globale et de gouvernance globale, il enseigne à la UDLAP Cholula, Puebla (Universidad De Las Américas Puebla) au Mexique et à l'Université Jean Moulin Lyon III. Il préside le think-tank NejMaroc, Centre Marocain de Recherche sur la Globalisation qui publie une revue semestrielle et qui organise des événements dans différents pays et dirige le Séminaire Permanent sur le monde musulman (Observatorio sobre el mundo musulman) au sein de la UDLAP qui s'apprête à publier un livre sur les institutions politiques du monde musulman contemporain en espagnol. Il a publié des articles académiques pour des revues marocaines, mexicaines et colombiennes et a participé à des conférences au Maroc, en France, en Colombie et au Mexique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here