#EditoDeMexico 99 : Analyse de l’excellence des relations bilatérales Maroc/Etats-Unis

0
809

Mohamed Badine El Yattioui, docteur en Science Politique de l’université de Lyon (France). Spécialiste des questions de sécurité globale et de gouvernance globale, il enseigne à la UDLAP (Universidad De Las Américas Puebla) au Mexique et à l’Université Jean Moulin Lyon III. Il préside le think-tank NejMaroc, Centre Marocain de Recherche sur la Globalisation qui publie une revue semestrielle et qui organise des événements dans différents pays et dirige le Séminaire Permanent sur le monde musulman (Observatorio sobre el mundo musulman) ILM.

Le Secrétaire d’État américain adjoint pour le Proche-Orient et l’Afrique du Nord, David Schenker, a passé le week-end dans le Provinces du Sud : une visite “historique” car la première d’un haut responsable américain dans cette partie du Royaume. Elle est la conséquence directe de la reconnaissance par Donald Trump de la souveraineté du Maroc sur son Sahara.

Jeudi 7 janvier à Alger, il a affirmé: “Ce que je peux dire, c’est que les Etats-Unis continuent de croire que seules les négociations politiques sont capables de résoudre les problèmes entre le Maroc et le polisario et que nous pensons qu’elles devraient avoir lieu dans le cadre du plan d’autonomie marocain”, lors de la conférence de presse à l’ambassade américaine à Alger. Une déclaration historique dans le pays qui soutient le polisario depuis plus de quarante ans.

Ce dimanche, Nasser Bourita et David Schenker, en compagnie du président de la région Dakhla-Oued Eddahab, Yanja Al Khattat, et du wali Lamine Benomar, ont inauguré le consulat américain de Dakhla.

Cette ouverture historique s’ajoute au fait que la carte du Maroc, avec les Provinces du Sud, continue d’être adoptée par les différentes autorités américaines. Après le Pentagone, la CIA a procédé à la mise à jour, tout comme l’ensemble de l’administration fédérale.

La relation entre les deux pays n’a jamais été aussi bonne et fructueuse. Elle est multidimensionnelle (sécurité, commerce, investissements…) et se renforce de jour en jour. Le Royaume est devenu un allié très important pour Washington en Afrique et dans le monde arabe. Le renforcement d’une relation ancienne puisque le Maroc a été le premier pays à reconnaître l’indépendance de ce pays.

L’Administration Biden devra maintenir cette relation bilatérale renforcée. Plus particulièrement Antony Blinken le prochain Secrétaire d’État qui devra mettre en musique les derniers accords signés avec Nasser Bourita.

PARTAGER
Article précédent#EditoDeMexico 98 : Maroc, bilan de l’année diplomatique 2020 et perspectives pour 2021
Article suivantAvant la colonisation, nous étions des frères
El Yattioui Mohamed Badine, né en France de parents marocains, est docteur en Science Politique de l'université de Lyon (France). Il a rédigé une thèse intitulée "Les enjeux géostratégiques des programmes publics de Washington à destination de l'Amérique Latine, de George Bush père à George Bush fils (1988-2008)". Spécialiste des questions de sécurité globale et de gouvernance globale, il enseigne à la UDLAP Cholula, Puebla (Universidad De Las Américas Puebla) au Mexique et à l'Université Jean Moulin Lyon III. Il préside le think-tank NejMaroc, Centre Marocain de Recherche sur la Globalisation qui publie une revue universitaire semestrielle et en parallèle, organise des événements dans différents pays. Par ailleurs, il dirige le Séminaire Permanent sur le monde musulman (Observatorio sobre el mundo musulman) au sein de la UDLAP dont la publication d'un livre sur les institutions politiques du monde musulman contemporain en espagnol au cours de l'année 2019 connaît un franc succès. De plus, il publie des articles académiques pour des revues universitaires et scientifiques marocaines, mexicaines et colombiennes tout en participant à des conférences/congrès au Maroc, en France, en Colombie et au Mexique.