#EditoDeMexico 93 : El Guerguerat, le début de la fin pour le “polisario” ?

0
2420

Mohamed Badine El Yattioui, docteur en Science Politique de l’université de Lyon (France). Spécialiste des questions de sécurité globale et de gouvernance globale, il enseigne à la UDLAP (Universidad De Las Américas Puebla) au Mexique et à l’Université Jean Moulin Lyon III. Il préside le think-tank NejMaroc, Centre Marocain de Recherche sur la Globalisation qui publie une revue semestrielle et qui organise des événements dans différents pays et dirige le Séminaire Permanent sur le monde musulman (Observatorio sobre el mundo musulman) ILM.

Les agissements du “polisario” des dernières semaines sont une violation du droit international. Dans la zone tampon d’El Guergarat, les Forces Armées Royales y ont mis un terme.

Elles représentent de véritables provocations envers le Royaume. Rappelons que durant trois semaines, les biens et des personnes étaient bloqués à El Guerguerat à cause des actes du “polisario” sur un axe routier essentiel pour le trafic commercial vers l’Afrique de l’Ouest.

La Charte onusienne dit clairement que la souveraineté des Etats et leur intégrité territoriale doivent être respectées. Contrairement aux affirmations des ennemis de la cause nationale, le droit à l’autodétermination est fortement encadré.

L’option référendaire étant mise de côté, la seule proposition crédible est celle du Maroc. SM le Roi a pris une initiative innovante et pragmatique : l’autonomie.

Face à cela, le régime algérien et le “polisario” n’ont pas d’arguments. Ils continuent de répéter inlassablement le même discours, celui de la Guerre Froide. Se sentant peu crédibles, les tentatives de déstabilisation comme à El Guerguerat semblent être leur seule stratégie. Preuve s’il en est de la vacuité de leur projet.

Le Maroc avance, avec patience, ses pions. Espérons que l’échec et mat soit proche.