#EditoDeMexico 90 : Quelle est la position du Maroc face aux caricatures ?

0
2039

Mohamed Badine El Yattioui, docteur en Science Politique de l’université de Lyon (France). Spécialiste des questions de sécurité globale et de gouvernance globale, il enseigne à la UDLAP (Universidad De Las Américas Puebla) au Mexique et à l’Université Jean Moulin Lyon III. Il préside le think-tank NejMaroc, Centre Marocain de Recherche sur la Globalisation qui publie une revue semestrielle et qui organise des événements dans différents pays et dirige le Séminaire Permanent sur le monde musulman (Observatorio sobre el mundo musulman) ILM.

Du Maroc à l’Indonésie, le boycott des produits français est en marche avec la société civile des différents pays qui en est à l’origine.

La condamnation des récentes déclarations d’Emmanuel Macron, réaffirmant le droit au blasphème et à la caricature, en est à l’origine. Le président français est désormais considéré comme l’incarnation de l’islamophobie.

Le Conseil Supérieur des Oulémas du Royaume du Maroc a affirmé qu’il “rejette et dénonce toute forme d’atteinte à la sacralité des religions, à leur tête les Prophètes qui ont transmis à l’Humanité toute entière les valeurs d’amour, de fraternité et de solidarité entre les gens”. Il “met en garde contre les grands dangers qui peuvent résulter de l’atteinte aux sentiments des croyants qui ne peuvent accepter l’utilisation de slogans de la démocratie et de la liberté d’expression comme prétextes d’outrage par la parole, l’image ou autres à ceux qu’ils considèrent comme sources de lumière et de sagesse dont a besoin la paix et la quiétude dans le monde d’aujourd’hui, ce qui nécessite la mobilisation de tous”.

Cette déclaration s’ajoute à celle du Ministère des Affaires Étrangères qui “dénonce ces actes qui reflètent l’immaturité de leurs auteurs, et réaffirme que la liberté des uns s’arrête là où commencent la liberté et les croyances des autres.”

Hassan II aimait s’exprimer sur l’Islam afin d’en restituer les réalités et sortir des clichés. L’image de l’islam en Occident est altérée et déformée depuis de nombreuses décennies. Beaucoup d’experts autoproclamés interviennent sans réelles connaissances. Hassan II aimait expliquer l’Islam aux Occidentaux sans jamais renier ses principes et sans jamais vouloir leur faire plaisir. Sa parfaite maîtrise des deux cultures (arabo-musulmanes et occidentales) étaient sa force. Sans oublier son statut constitutionnel de Commandeur des Croyants.

Il a su faire un véritable travail de pédagogie qui manque cruellement aujourd’hui en ces temps troublés.

PARTAGER
Article précédent#EditoDeMexico 89 : Élections présidentielles en Bolivie. Quel impact pour le Maroc ?
Article suivantMarche Verte – Discours du roi Mohammed VI
El Yattioui Mohamed Badine, né en France de parents marocains, est docteur en Science Politique de l'université de Lyon (France). Il a rédigé une thèse intitulée "Les enjeux géostratégiques des programmes publics de Washington à destination de l'Amérique Latine, de George Bush père à George Bush fils (1988-2008)". Spécialiste des questions de sécurité globale et de gouvernance globale, il enseigne à la UDLAP Cholula, Puebla (Universidad De Las Américas Puebla) au Mexique et à l'Université Jean Moulin Lyon III. Il préside le think-tank NejMaroc, Centre Marocain de Recherche sur la Globalisation qui publie une revue universitaire semestrielle et en parallèle, organise des événements dans différents pays. Par ailleurs, il dirige le Séminaire Permanent sur le monde musulman (Observatorio sobre el mundo musulman) au sein de la UDLAP dont la publication d'un livre sur les institutions politiques du monde musulman contemporain en espagnol au cours de l'année 2019 connaît un franc succès. De plus, il publie des articles académiques pour des revues universitaires et scientifiques marocaines, mexicaines et colombiennes tout en participant à des conférences/congrès au Maroc, en France, en Colombie et au Mexique.