#EditoDeMexico 86 : Quid des relations entre le Maroc et l’Azerbaïdjan ?

0
1027

Mohamed Badine El Yattioui, docteur en Science Politique de l’université de Lyon (France). Spécialiste des questions de sécurité globale et de gouvernance globale, il enseigne à la UDLAP (Universidad De Las Américas Puebla) au Mexique et à l’Université Jean Moulin Lyon III. Il préside le think-tank NejMaroc, Centre Marocain de Recherche sur la Globalisation qui publie une revue semestrielle et qui organise des événements dans différents pays et dirige le Séminaire Permanent sur le monde musulman (Observatorio sobre el mundo musulman) ILM.

Depuis plusieurs jours, des combats opposent l’Azerbaïdjan et les séparatistes du Haut-Karabagh. Ces derniers sont soutenus par l’Arménie. Les affrontements se déroulent dans une région frontalière et sous tension depuis de nombreuses années.

Rappelons que les deux anciennes républiques soviétiques sont en conflit depuis une trentaine d’années. Entre 1988 et 1990, des manifestations en faveur de l’indépendance du Haut-Karabagh, région autonome au sein de la république d’Azerbaïdjan, provoquent des affrontements violents. Au lendemain de la disparition de l’URSS et de l’indépendance de l’Azerbaïdjan et de l’Arménie en 1991, le conflit s’envenima. L’Azerbaïdjan envoya son armée dans la province et abolit le statut d’autonomie. Les Arméniens du Haut-Karabagh répliquèrent par la proclamation de l’indépendance du territoire, à l’issue d’un référendum. Un cessez-le-feu est en vigueur depuis 1994. Le conflit qui les a opposé a fait 30 000 morts.

Actuellement, une guerre pourrait déstabiliser toute le Caucase, car Russie et Turquie ont des intérêts géopolitiques opposés. Moscou soutient Erevan. Ankara défend Bakou. Mais quelle est la position marocaine ?

Précisons que l’Azerbaïdjan a exprimé, en 2018, son appui à l’intégrité territoriale du Maroc et au plan d’autonomie pour trouver une solution définitive à la question du Sahara marocain. Ce pays souffre lui aussi du séparatisme avec le Haut-Karabagh. Le Maroc soutient la position de l’Azerbaïdjan et le respect de son intégrité territoriale concernant le conflit du Haut-Karabagh.

L’Azerbaïdjan a proclamé, lors des travaux de la première session de la Commission mixte de coopération bilatérale à Bakou il y a deux ans, «son appui à la souveraineté et à l’intégrité territoriale du Royaume du Maroc» et «soutient le plan d’autonomie présenté par le Royaume du Maroc, salué par les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies et la communauté internationale comme une base sérieuse, crédible et réaliste pour une solution juste et durable à la question du Sahara».

La relation entre les deux pays est récente.
L’ambassade d’Azerbaïdjan a été ouverte à Rabat en 2006 et celle du Maroc à Bakou en 2009. L’ouverture des ambassades a contribué au développement des relations bilatérales. Une relation à renforcer.

PARTAGER
Article précédent#EditoDeMexico 85 : Où en sera l’économie marocaine en 2021 ?
Article suivant#EditoDeMexico 87 : L’accord de siège Maroc/ONU ou la reconnaissance d’une expertise en matière de terrorisme
El Yattioui Mohamed Badine, né en France de parents marocains, est docteur en Science Politique de l'université de Lyon (France). Il a rédigé une thèse intitulée "Les enjeux géostratégiques des programmes publics de Washington à destination de l'Amérique Latine, de George Bush père à George Bush fils (1988-2008)". Spécialiste des questions de sécurité globale et de gouvernance globale, il enseigne à la UDLAP Cholula, Puebla (Universidad De Las Américas Puebla) au Mexique et à l'Université Jean Moulin Lyon III. Il préside le think-tank NejMaroc, Centre Marocain de Recherche sur la Globalisation qui publie une revue universitaire semestrielle et en parallèle, organise des événements dans différents pays. Par ailleurs, il dirige le Séminaire Permanent sur le monde musulman (Observatorio sobre el mundo musulman) au sein de la UDLAP dont la publication d'un livre sur les institutions politiques du monde musulman contemporain en espagnol au cours de l'année 2019 connaît un franc succès. De plus, il publie des articles académiques pour des revues universitaires et scientifiques marocaines, mexicaines et colombiennes tout en participant à des conférences/congrès au Maroc, en France, en Colombie et au Mexique.