#EditoDeMexico 71 : La stratégie africaine du Maroc: solidarité et développement

0
1153

Mohamed Badine El Yattioui, docteur en Science Politique de l’université de Lyon (France). Spécialiste des questions de sécurité globale et de gouvernance globale, il enseigne à la UDLAP (Universidad De Las Américas Puebla) au Mexique et à l’Université Jean Moulin Lyon III. Il préside le think-tank NejMaroc, Centre Marocain de Recherche sur la Globalisation qui publie une revue semestrielle et qui organise des événements dans différents pays et dirige le Séminaire Permanent sur le monde musulman (Observatorio sobre el mundo musulman) ILM.

Cette semaine, les avions de la Royal Air Maroc ont acheminé une importante aide médicale à une quinzaine de pays africains. Des masques, des visières, des charlottes, des blouses, du gel hydroalcoolique, ainsi que des boîtes de chloroquine et d’azithromycine.

SM le Roi Mohammed VI a donné ses « hautes instructions pour l’acheminement d’aides médicales à plusieurs pays africains frères. Cette aide vise à fournir du matériel médical préventif, afin d’accompagner les pays africains frères dans leurs efforts de lutte contre la pandémie du Covid-19 », a annoncé le ministère des Affaires étrangères.

Les pays bénéficiaires seront les suivants: Mauritanie, Sénégal, Niger, Tchad, Burkina Faso, Guinée, Guinée-Bissau, Cameroun, Congo, République Démocratique du Congo, Tanzanie, Malawi, Comores, Zambie et Eswatini. Le Maroc a tenu à leur exprimer sa solidarité. Cela prouve, une fois de plus, le leadership royal sur le continent. Ce n’est pas la première fois.

Le retour du Maroc au sein de l’Union Africaine en 2017 marqua une grande réalisation historique du Souverain, d’une portée stratégique considérable sur plusieurs points et dont les résultats n’ont pas fini de surprendre. Il est venu concrétiser deux décennies d’une politique étrangère ambitieuse sur le continent. La stature et le rayonnement du Roi auprès des pays africains ne font qu’augmenter.

Au-delà de la question migratoire pour laquelle le Maroc mène une politique exemplaire, il y a le style de Sa Majesté le Roi qui plaît énormément aux Africains. Ce style mêlant ambition et énergie permet au Souverain de se positionner en tant que leader en Afrique. De plus, la politique royale se veut multidimensionnelle. Elle aborde aussi bien la diplomatie économique, que l la diplomatie religieuse, tout en passant par la coopération sécuritaire et l´envoi de casques bleus.

Son discours devant le 28ème sommet de l’Union Africaine à Addis-Abeba, en 2017, avait marqué les esprits en affirmant: “Certains avancent que, par cet engagement, le Maroc viserait à acquérir le leadership en Afrique, Je leur réponds que c’est à l’Afrique que le Royaume cherche à donner le leadership”.

PARTAGER
Article précédent#EditoDeMexico 70 : Terrorisme au Sahel, quelles réponses ?
Article suivant#EditoDeMexico 72 : La monarchie et l’armée : radiographie d’une relation pas comme les autres
El Yattioui Mohamed Badine, né en France de parents marocains, est docteur en Science Politique de l'université de Lyon (France). Il a rédigé une thèse intitulée "Les enjeux géostratégiques des programmes publics de Washington à destination de l'Amérique Latine, de George Bush père à George Bush fils (1988-2008)". Spécialiste des questions de sécurité globale et de gouvernance globale, il enseigne à la UDLAP Cholula, Puebla (Universidad De Las Américas Puebla) au Mexique et à l'Université Jean Moulin Lyon III. Il préside le think-tank NejMaroc, Centre Marocain de Recherche sur la Globalisation qui publie une revue universitaire semestrielle et en parallèle, organise des événements dans différents pays. Par ailleurs, il dirige le Séminaire Permanent sur le monde musulman (Observatorio sobre el mundo musulman) au sein de la UDLAP dont la publication d'un livre sur les institutions politiques du monde musulman contemporain en espagnol au cours de l'année 2019 connaît un franc succès. De plus, il publie des articles académiques pour des revues universitaires et scientifiques marocaines, mexicaines et colombiennes tout en participant à des conférences/congrès au Maroc, en France, en Colombie et au Mexique.