#EditoDeMexico 58 : Coronavirus, le Maroc prend des décisions fortes mais nécessaires !

0
1167

Mohamed Badine El Yattioui, docteur en Science Politique de l’université de Lyon (France). Spécialiste des questions de sécurité globale et de gouvernance globale, il enseigne à la UDLAP (Universidad De Las Américas Puebla) au Mexique et à l’Université Jean Moulin Lyon III. Il préside le think-tank NejMaroc, Centre Marocain de Recherche sur la Globalisation qui publie une revue semestrielle et qui organise des événements dans différents pays et dirige le Séminaire Permanent sur le monde musulman (Observatorio sobre el mundo musulman) ILM.

Le coronavirus est une pandémie nécessite une réponse globale et rapide du fait de son ampleur. Ses conséquences sont bien évidemment sanitaires, mais également économiques, sociales et sécuritaires.

SM le Roi Mohammed VI a présidé le 17 mars 2020 une séance de travail consacrée au suivi de l’évolution du coronavirus Covid-19 au sein du Royaume. Sa propagation est mondiale et touche donc désormais le territoire national. Cette reunión a eu lieu en présence du Chef du Gouvernement, Saad Dine El Otmani, du ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, du ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb, du général de Corps d’Armée, et inspecteur général des FAR Abdelfattah El Ouarak, et du Général Mohamed Haramou, commandant la Gendarmerie Royale et du Directeur Général de la Sûreté Nationale et Directeur Général de la Surveillance du territoire national, Abdellatif Hammouchi. Cela démontre le caractère prioritaire donné à cette lutte par le Chef de l´Etat.

La capacité d’accueil des hôpitaux et des unités de santé dans les différentes régions du Maroc est fondamentale. Mais il faut également limiter sa propagation et faire face à ses conséquences sanitaires, économiques et sociales. Pour cela, de nombreuses décisions ont été prises: la fermeture de l’espace aérien et maritime marocain (ce qui a engendré un tweet inutile et peu protocolaire d´Emmanuel Macron), l’annulation des rassemblements et des manifestations sportives, culturelles et artistiques, la suspension des cours dans les écoles et les universités, la fermeture provisoire des mosquées, la suspension des audiences dans les différents tribunaux, plus la fermeture des espaces publics non nécessaires. Le Souverain a insisté sur l’approvisionnement des marchés en produits alimentaires et d’hygiène est très importante tout comme la lutte contre la spéculation.

Un fonds spécial a également été créé par SM le Roi cette semaine. Belle preuve de solidarité nationale avec les sommes importantes allouées à ce fonds créé par SM le Roi Mohammed VI. Des fonds publics et privés s’y mêlent. Des personnes physiques et des personnes morales. On ne peut que souhaiter une utilisation efficace de cet argent. Au-delà des 10 milliards de dirhams annoncés on atteint quasiment les 18 milliards de dirhams. La prévention via des dépistages mais également un accès gratuit aux soins doivent être des priorités. Par ailleurs, grâce à ce fonds “tous les salariés déclarés à la CNSS, en février 2020, en arrêt d’activité, d’une entreprise en difficulté, bénéficieront d’une indemnité
forfaitaire mensuelle de 2000 dirhams net, des allocations familiales”.
Ils “pourront également bénéficier du report du
remboursement des échéances des crédits bancaires jusqu’au 30 juin 2020. Mesures pour les entreprises, PME, TPME et les professions libérales”.

Puis, le Ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit a annoncé ce jeudi l’application de l’Etat d’urgence sanitaire, au Maroc. Les conséquences sont nombreuses. La liberté de circulation est restreinte dès le vendredi 20 mars 2020 à 18h00 et ce jusqu’à nouvel ordre. Quitter son domicile sera conditionné par l’obtention d’un document officiel auprès des agents d’autorité pour des conditions précises comme se rendre au travail (pour les administrations et les établissements ouverts), et pour l’approvisionnement en produits nécessaires ou pour recevoir les soins nécessaires ou pour se rendre en pharmacie.

La situation est grave, les mesures prises sont fortes et nécessaires.

PARTAGER
Article précédentMaroc : Attestation de sortie à télécharger
Article suivant#EditoDeMexico 59 : Le Maroc et les pays du Golfe, une position d´équilibriste difficile mais nécessaire…
El Yattioui Mohamed Badine, né en France de parents marocains, est docteur en Science Politique de l'université de Lyon (France). Il a rédigé une thèse intitulée "Les enjeux géostratégiques des programmes publics de Washington à destination de l'Amérique Latine, de George Bush père à George Bush fils (1988-2008)". Spécialiste des questions de sécurité globale et de gouvernance globale, il enseigne à la UDLAP Cholula, Puebla (Universidad De Las Américas Puebla) au Mexique et à l'Université Jean Moulin Lyon III. Il préside le think-tank NejMaroc, Centre Marocain de Recherche sur la Globalisation qui publie une revue universitaire semestrielle et en parallèle, organise des événements dans différents pays. Par ailleurs, il dirige le Séminaire Permanent sur le monde musulman (Observatorio sobre el mundo musulman) au sein de la UDLAP dont la publication d'un livre sur les institutions politiques du monde musulman contemporain en espagnol au cours de l'année 2019 connaît un franc succès. De plus, il publie des articles académiques pour des revues universitaires et scientifiques marocaines, mexicaines et colombiennes tout en participant à des conférences/congrès au Maroc, en France, en Colombie et au Mexique.