#EditoDeMexico 51 : Le Maroc pousse ses pions sur le dossier du Sahara !

0
771

Mohamed Badine El Yattioui, docteur en Science Politique de l’université de Lyon (France). Spécialiste des questions de sécurité globale et de gouvernance globale, il enseigne à la UDLAP (Universidad De Las Américas Puebla) au Mexique et à l’Université Jean Moulin Lyon III. Il préside le think-tank NejMaroc, Centre Marocain de Recherche sur la Globalisation qui publie une revue semestrielle et qui organise des événements dans différents pays et dirige le Séminaire Permanent sur le monde musulman (Observatorio sobre el mundo musulman) ILM.

En novembre 2019, j’écrivais, concernant les changements politiques en Bolivie, dans un éditorial pour Discovery Morocco, qu’il s’agissait d’une occasion pour le Maroc de faire basculer un pays reconnaissant la «RASD» depuis 1982: “un retrait ou au minimum une neutralité confirmerait la percée du Royaume dans la région”. Nous y sommes.

La Bolivie a décidé ce 20 janvier de suspendre sa reconnaissance du polisario et de “rompre tous ses liens” avec cette entité. Elle a affirmé également qu’elle adoptera le principe de la “neutralité constructive” et qu’elle “œuvrera désormais à soutenir les efforts déployés dans le cadre de l’Organisation des Nations unies, en vue d’une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable, conformément aux principes et objectifs énoncés dans la charte des Nations unies”.

Le communiqué du ministère des Affaires Etrangères ajoute que “la Bolivie est déterminée à construire une relation renouvelée avec le Maroc, basée sur le respect mutuel de la souveraineté nationale et de l’intégrité territoriale et la non-ingérence dans les affaires internes des deux pays”.

Pour accompagner cette dynamique diplomatique, une plus forte coopération culturelle, universitaire et économique est évidemment nécessaire. Entre le Maroc et l’Amérique latine, il existe un partenariat à redéfinir et à approfondir davantage.

De plus, ces dernières semaines ont été fructueuses car les Comores ont choisi la ville de Laâyoune pour installer leur consulat général mi-décembre. La République centrafricaine a inauguré un consulat général à Laâyoune, en présence de Nasser Bourita, et de son homologue centrafricaine Sylvie Baïpo-Temon. Tout comme Sao Tomé-et-Principe. Auparavant le consulat honoraire de la Côte d’Ivoire, en juin 2019, et celui du Gabon. Dakhla accueille les consulats généraux de Guinée et de Gambie.

Le Maroc est dans une belle dynamique à approfondir.

PARTAGER
Article précédent#EditoDeMexico 50 : Urgence dans les universités marocaines : Réformons !
Article suivantArabe et/ou berbère ? Devoir de conscience !
El Yattioui Mohamed Badine, né en France de parents marocains, est docteur en Science Politique de l'université de Lyon (France). Il a rédigé une thèse intitulée "Les enjeux géostratégiques des programmes publics de Washington à destination de l'Amérique Latine, de George Bush père à George Bush fils (1988-2008)". Spécialiste des questions de sécurité globale et de gouvernance globale, il enseigne à la UDLAP Cholula, Puebla (Universidad De Las Américas Puebla) au Mexique et à l'Université Jean Moulin Lyon III. Il préside le think-tank NejMaroc, Centre Marocain de Recherche sur la Globalisation qui publie une revue universitaire semestrielle et en parallèle, organise des événements dans différents pays. Par ailleurs, il dirige le Séminaire Permanent sur le monde musulman (Observatorio sobre el mundo musulman) au sein de la UDLAP dont la publication d'un livre sur les institutions politiques du monde musulman contemporain en espagnol au cours de l'année 2019 connaît un franc succès. De plus, il publie des articles académiques pour des revues universitaires et scientifiques marocaines, mexicaines et colombiennes tout en participant à des conférences/congrès au Maroc, en France, en Colombie et au Mexique.