#EditoDeMexico 46 : Les identités en crise au sein de la mondialisation ?

0
620

Mohamed Badine El Yattioui, docteur en Science Politique de l’université de Lyon (France). Spécialiste des questions de sécurité globale et de gouvernance globale, il enseigne à la UDLAP (Universidad De Las Américas Puebla) au Mexique et à l’Université Jean Moulin Lyon III. Il préside le think-tank NejMaroc, Centre Marocain de Recherche sur la Globalisation qui publie une revue semestrielle et qui organise des événements dans différents pays et dirige le Séminaire Permanent sur le monde musulman (Observatorio sobre el mundo musulman) ILM. 

Les différentes crises en Amérique latine abordées la semaine dernière peuvent s´analyser sous différents angles. L´un d´entre eux est l´identité ou les identités.

Certains historiens des migrations, comme Noiriel, insistent  sur la notion de travail de l’identification étatique. L’Etat conçoit des catégories qui correspondent à l’action publique, ce qui sert à « standardiser » les identités individuelles. Cela fournit aussi un appui en faveur de l’identité personnelle, soit en y adhérant, en l’internationalisant ou en la combattant. En plus de ‘’l’identité subjective’’, les sciences sociales proposent des définitions de ‘’l’identité sociale’’ par le biais des classifications. En s’inspirant de Fernand Braudel, Laurent Carroue définit la mondialisation comme étant le processus géo-historique multiséculaire d’extension progressive propre à l’économie commerciale libérale et au capitalisme partout dans la planète. La mondialisation change les identités culturelles. Le problème de la définition d’identité comme entité collective apparait ici.

Certes, la dimension collective de la culture existe, mais l’identité en elle-même est individuelle. Chacun de nous appartient à plusieurs ‘’cercles’’ que nous appellons aussi communautés. L’interrelation de tout cela nous permet de construire notre identité et à son tour, l’individu fait référence à une panoplie de cultures pour la réaffirmer.

 

Cependant, en raison de la croissance exponentielle de l’interconnexion entre les individus, le sens d’appartenance s’est élargi davantage pour concerner des groupes issus de religions différentes certes, mais qui partagent des goûts et idéologies identiques, tout comme le cas des associations de chercheurs et des groupes extrémistes.

Du 12 au 15 décembre, un congrès intitulé “L´identité dans la mondialisation” aura lieu à Laayoune et j´ai la chance d´y participer. L’objectif est de dialoguer et débattre sur la relation existante entre ces deux concepts. Il verra la présence de chercheurs de différents continents (Amérique Latine, Afrique, Europe) et permettra d’échanger des idées autour des sous thèmes suivants: identité culturelle et mondialisation, identité, intégration régionale et mondialisation, identité/autonomie et régionalisation. Je vous en parlerai plus en détails la sem

PARTAGER
Article précédentParticipez à ce tournoi caritatif pour une école primaire dans le Rif !
Article suivantLe Maroc établit sa zone économique exclusive
El Yattioui Mohamed Badine, né en France de parents marocains, est docteur en Science Politique de l'université de Lyon (France). Il a rédigé une thèse intitulée "Les enjeux géostratégiques des programmes publics de Washington à destination de l'Amérique Latine, de George Bush père à George Bush fils (1988-2008)". Spécialiste des questions de sécurité globale et de gouvernance globale, il enseigne à la UDLAP Cholula, Puebla (Universidad De Las Américas Puebla) au Mexique et à l'Université Jean Moulin Lyon III. Il préside le think-tank NejMaroc, Centre Marocain de Recherche sur la Globalisation qui publie une revue universitaire semestrielle et en parallèle, organise des événements dans différents pays. Par ailleurs, il dirige le Séminaire Permanent sur le monde musulman (Observatorio sobre el mundo musulman) au sein de la UDLAP dont la publication d'un livre sur les institutions politiques du monde musulman contemporain en espagnol au cours de l'année 2019 connaît un franc succès. De plus, il publie des articles académiques pour des revues universitaires et scientifiques marocaines, mexicaines et colombiennes tout en participant à des conférences/congrès au Maroc, en France, en Colombie et au Mexique.