#EditoDeMexico 24 : Les migrations au centre des relations internationales. Le Maroc comme terre d´accueil d´un congrès international consacré à la question

0
408

Chaque semaine, retrouvez l’Edito de Mexico sur DiscoveryMorocco.net dont l’auteur est Mohamed Badine El Yattioui, docteur en Science Politique de l’université de Lyon (France). Spécialiste des questions de sécurité globale et de gouvernance globale, il enseigne à la UDLAP (Universidad De Las Américas Puebla) au Mexique et à l’Université Jean Moulin Lyon III. Il préside le think-tank NejMaroc, Centre Marocain de Recherche sur la Globalisation qui publie une revue semestrielle et qui organise des événements dans différents pays et dirige le Séminaire Permanent sur le monde musulman (Observatorio sobre el mundo musulman) ILM.

La question migratoire est devenue une question centrale des relations internationales ces dernières années et du coup, un enjeu de gouvernance globale. L´actualité le démontre (Mexique/USA, Libye). Les pays qui émettent les migrants sont principalement les pays du Sud. Par exemple, actuellement, 53% des Latino-Américains seraient prêts à migrer si ils en avaient la possibilité. Mais dans les pays de destination, de nombreux immigrants sont stigmatisés et exclus culturellement et économiquement. Cela rend possible la violation de leurs droits humains.

Quant aux pays du continent africain, ils ne peuvent pas se vanter de l’amélioration de la de la politique d’immigration en tant que bloc. Les pays au nord de la Méditerranée sont devenus leur objectif principal.

Nous assistons au renforcement du concept de “sécuritisation“ de la migration. La migration est alors perçue comme une question de sécurité et est vue comme une menace. Pour Donald Trump et une partie de l´opinion publique américaine c´est le cas depuis longtemps. Pour le Mexique et AMLO c´est relativement nouveau. On peut se demander si le président mexicain ne cherche pas à cacher ses échecs économiques avec cette question en détournant son opinion publique. Cela pourrait néanmoins affecter son image.

Le concept de “sécuritisation” permet de comprendre le processus d’adoption de politiques migratoires restrictives et leur relation avec les droits des migrants et les droits de l’Homme en général. Il s´agit là d´un défi de taille pour le Mexique car il semble avoir accepté la fonction de “gendarme” voulue par l´Administration Trump.

Son annonce du “plan régional de développement pour la migration” contribue à renforcer la relation entre sécurité et développement. La référence au concept de “sécurité humaine” est claire. Il s´agit d´un véritable pari d´AMLO et de son homologue salvadorien Bukele. L’accent n´est plus mis sur la sécurité du territoire mais sur la sécurité des populations. Le Programme des Nations unies pour le développement parle justement de « sécurité humaine ».

La seule solution semble un système regional de régulation des migrations. Le Mexique est un pays clé au niveau géographique pour les migrants et doit devenir un pays clé au niveau des négociations. Il doit être l’acteur qui facilite la négociation en présentant des propositions concrètes et viables pour le développement de ses propres États les moins développés (Oaxaca et Chiapas par exemple) et le développement régional.

La difficulté de négocier des accords de migration réside dans les différences d’intérêts entre les pays d’arrivée et les pays de départ. Certains pays d’émigration considèrent leurs citoyens comme une source de revenus pour le pays alors qu’une partie de l’opinion publique américaine les considère comme une menace pour leur identité et leur sécurité. Trump en a habilement joué en 2016 et ne manquera pas de le faire de nouveau en 2020. Sa campagne électorale est lancée. Le Mexique semble suiviste et non pas forcé de propositions.

Afin de faire la lumière sur le phénomène migratoire, l’Université Mohammed V de Rabat, Alter International Forum, avec le soutien du ministère chargé des MRE et des questions de migrations, le ministère chargé des relations avec le parlement et la société civile et le ministère de Culture organisent un congrès international consacré à cette thématique. Les centres NeJMaroc et ILM, Séminaire du monde musulman sont partenaires de l´évènement.

J´aurai le grand plaisir d´y donner une conférence sur la question migratoire entre le Mexique et les Etats-Unis, en plus
d´avoir intégré le comité de pilotage.

PARTAGER
Article précédentCheb Khaled chante pour le Maroc avec son tube “Morocco 4 ever”
Article suivant#EditoDeMexico 25 : Maroc/Mexique, une coopération nécessaire et à renforcer
El Yattioui Mohamed Badine, né en France de parents marocains, est docteur en Science Politique de l'université de Lyon (France). Il a rédigé une thèse intitulée "Les enjeux géostratégiques des programmes publics de Washington à destination de l'Amérique Latine, de George Bush père à George Bush fils (1988-2008)". Spécialiste des questions de sécurité globale et de gouvernance globale, il enseigne à la UDLAP Cholula, Puebla (Universidad De Las Américas Puebla) au Mexique et à l'Université Jean Moulin Lyon III. Il préside le think-tank NejMaroc, Centre Marocain de Recherche sur la Globalisation qui publie une revue semestrielle et qui organise des événements dans différents pays et dirige le Séminaire Permanent sur le monde musulman (Observatorio sobre el mundo musulman) au sein de la UDLAP qui s'apprête à publier un livre sur les institutions politiques du monde musulman contemporain en espagnol. Il a publié des articles académiques pour des revues marocaines, mexicaines et colombiennes et a participé à des conférences au Maroc, en France, en Colombie et au Mexique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here