COMMIS À LA MÉMOIRE : HAJ HAMED BRITEL 235 QLA’A

0
502
LE MAROC ANTAN. SOUS COPYRIGHT.

En mémoire chacun de nous est un artiste : chacun de nous crée

– Patricia Hampl

Dans son livre “Deux Arabes, un Berbère et un Juif : Des vies enchevêtrées au Maroc” de Lawrence Rosen décrit: Du flanc de la colline au-dessus de la ville de Sefrou, à côté du sanctuaire de Sidi Ali Bouseghine, il est possible, dans le calme du petit matin, d’imaginer le Maroc comme il y a un peu plus d’un siècle, avant qu’il y ait une seule route pavée, avant que la plupart des gens aient jamais vu un Européen, avant l’électricité ou la lumière artificielle ou le bruit du moteur à combustion interne.

Là, avec le vent qui descend l’escarpement des montagnes du Moyen Atlas, emportant l’odeur du diesel et le bruit du trafic motorisé, une grande partie de la vie contemporaine semble se dissiper, et les contours de la terre semblent témoigner d’une empreinte humaine antérieure. A ce moment, dans la lumière inclinée du matin, on peut souvent voir la lueur de la rivière qui traverse la ville, discerner le contour des murs de la vieille ville, et décrire les limites des jardins irrigués avant qu’ils ne soient envahis par l’expansion urbaine.

Et si, au fur et à mesure que le soleil monte au loin, vous suivez le bord des collines, l’hôtel des pèlerins et le site de l’ancien fort français, les gravières et les chèvres, pour observer le bord de la colline, vous verrez aussi, blottis le long du fleuve, le dos de ses maisons à plusieurs étages formant un ancien mur, ses rues étroites visibles par intermittence, la petite enclave appelée la Qla’a.

La dernière année du règne de Moulay Hassan, lorsque le Hadj l’a peut-être vu passer, a été un moment vraiment remarquable dans l’histoire marocaine, la fin d’une époque qui, dans son ensemble, remonte au XVIIe siècle et aux tout débuts de ce qui est maintenant la plus ancienne dynastie continue dans le monde arabe.

C’était un pays sans une seule route pavée ou un seul pont, un temps où la domination européenne était imminente, des fissures tribales chaotiques et des tensions croissantes dans un monde à la limite du changement. Mais même si les événements tumultueux de cette époque allaient bientôt embrocher le Haj, grandir dans les années 1890 fut clairement une période d’aventures et de souvenirs d’enfance.

 

PARTAGER
Article précédentVidéo: Le Maroc en 1963 sous Hassan II
Article suivantDES DOCUMENTS MAROCAINS
Je me représente comme Ambassadrice du Maroc, j'écris sur mon pays et je le défends, je le découvre chaque fois où j'écris un article. Mon pays est riche avec de divers culture, Mon Maroc est à moi et à tous ceux qui l'aiment profondément. Hommage à mon père qui m'a toujours appris l'amour de la patrie. J'aime écrire sur l'histoire du Maroc en collectant des extraits des livres.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here