COEXISTENCE AU MAROC

0
436
LA VUE DE Fès. : Collection de musique judéo-arabe au Musée juif de Casablanca. Sous Copyright.

Selon Walter M Weiss dans son livre “Maroc : Dans le Labyrinthe des Rêves et des Bazars”: Tanger semble plus authentique dans son cœur arabe, la Médina. Ses maisons blanches en cubes se nichent pittoresquement dans le demi-cercle escarpé de la baie. Nous nous promenons de Gran Socco, le marché principal où vivait autrefois le mendoub, le ministre du Sultan, et où les femmes berbères du quartier vendent encore des fruits et légumes, par la rue es Siaghin, autrefois rue des marchands d’argent juifs, au Petit Socco.

Les beats aimaient tuer le temps dans les cafés Seedy de cette petite place. C’est au milieu du bazar, qui est petit mais animé, et évidemment encore un endroit privilégié pour les affaires ombragées. Les adolescents nous bousculent constamment en chuchotant pour acheter des boules de haschisch en papier d’aluminium.

Le premier exode de Tanger a eu lieu en 1956, à la fois pour des raisons politiques, l’indépendance du Maroc, et pour des raisons économiques, Tanger ayant perdu son statut particulier. L’émigration s’est poursuivie en 1967 et 1973, années des guerres arabo-israéliennes. La France, l’Espagne, le Canada et le Venezuela étaient les principales destinations des émigrants. Seule une minorité de Tanger s’est rendue en Israël. La deuxième synagogue que nous montre Bengio n’est qu’un peu plus ancienne que la première et manque également d’intérêt artistique, mais elle remplit son rôle prévu et assure la subsistance spirituelle chaque sabbat.

Les juifs avaient leur place dans la société marocaine et étaient respectés “, nous dit Abraham Azancote, chef de la communauté juive de Tanger, le lendemain dans son appartement de la nouvelle ville. Bien sûr, dit-il, il y a eu des temps d’or et des temps plus difficiles. Mais jamais, jamais, jamais il n’y a eu de pogroms dans des proportions européennes. Au contraire, pendant la Seconde Guerre mondiale, le régime de Vichy a ordonné que les lois antisémites françaises soient également appliquées au Maroc, mais Mohammed V a refusé de le faire. Il a dit qu’il avait le devoir de défendre les Juifs et qu’il ne pouvait permettre qu’aucun mal ne leur arrive.

Et à son retour d’exil à Madagascar, il a souligné dans son premier discours qu’au Maroc, les Juifs auraient la pleine citoyenneté, avec tous ses droits et devoirs. Il n’est donc pas surprenant que Mohammed V, qui a sauvé les Juifs de l’Holocauste, soit considéré par Israël comme l’un des Justes parmi les nations. Il n’est pas surprenant non plus que la monarchie entretienne encore aujourd’hui des relations étroites avec Israël.

PARTAGER
Article précédentLES PROTECTEURS, LES PUPILLES ET LES REBELLES
Article suivant#EditoDeMexico1 : Le #10YearsChallenge du Maroc.
Je me représente comme Ambassadrice du Maroc, j'écris sur mon pays et je le défends, je le découvre chaque fois où j'écris un article. Mon pays est riche avec de divers culture, Mon Maroc est à moi et à tous ceux qui l'aiment profondément. Hommage à mon père qui m'a toujours appris l'amour de la patrie. J'aime écrire sur l'histoire du Maroc en collectant des extraits des livres.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here