Héritage colonial vivant: Codification des lois sur le statut personnel au Maroc

0
2042
Sous Copiright. Le Maroc d'antan

Tout au long du XXe siècle, un certain nombre de pays islamiques ont entamé des réformes juridiques en adoptant des codes juridiques européens ou en mettant en place la loi islamique existante.
Cela s’est fait en partie sur le désir de moderniser la société et en partie en réponse aux expériences coloniales, qui remettaient en cause système. La codification de la sharf’a représente une transition majeure dans la loi islamique et a des implications sur la manière dont la loi islamique a changé au cours du 20ème siècle à la suite du colonialisme.

Pour bien comprendre les implications de la codification et comment elle représente un changement majeur pour l’ensemble du système juridique islamique, il est nécessaire d’explorer le contexte dans lequel la codification a eu lieu. Le processus par lequel la codification du personnel et les lois sur le statut ont été conçues au Maroc. Plus précisément, le discours colonial sur le droit marocain, les réformes à la fois juridiques et administratives initiées par les Français, ainsi que l’assimilation du discours colonial à la pensée des réformateurs juridiques marocains.

comment la création du Code du statut personnel, connu sous le nom de Mudawwana, est dans l’ensemble un héritage colonial rendu possible par les fondations établies par les Français au cours de leur règne de 44 ans au Maroc.Les réformes initiées par les Français ont eu un grand impact sur les réformateurs marocains dans le contexte post-colonial: autorité dans la société islamique.

L’une des plus grandes différences entre le droit tel qu’il est conçu aujourd’hui dans le monde musulman et le droit tel qu’il était pratiqué à l’époque précoloniale concerne peut-être la question de savoir qui détient le pouvoir juridique. Alors que, dans la période pré-coloniale, la sharï’a avait la capacité de fixer des limites au gouvernement, les parlements fixent aujourd’hui des limites à la sharï’a. Le droit codifié peut être vu, alors, comme
l’expression de la transition de la loi sur les juristes à la loi statutaire, ainsi que le transfert des pouvoirs législatifs des «ulamas» (juristes) à l’État.

La montée en puissance de gouvernements très centralisés a exacerbé la perte de pouvoir ressentie par les «ulamas» dans la maîtrise des questions juridiques, coupant ainsi la séparation par rapport à leur lieu traditionnel dans la société. En fin de compte, cela a abouti à la création de la communauté des «ulamas» en tant qu’organisme de réglementation essentiel dans la société islamique.

Pour être plus précis, les changements survenus au cours des deux derniers siècles ont entraîné une perte de pouvoir importante pour les «ulamas», à tel point qu’ils sont devenus subordonnés et soumis à l’État. ll comprennent le changement des relations entre la loi, le souverain et les fuqahas (juristes), nous considérons d’abord les fondements et les objectifs du système juridique islamique comme il était avant la colonisation.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here