CASABLANCA MODERNE

0
111
SOUS COPYRIGHT.

Dans son livre “Retour à Casablanca : Juifs, musulmans et anthropologue israélien “, décrit André Levy :

[…]

André Adam, à mon avis l’un des historiens les plus éminents de la ville, a affirmé que Casablanca souffre d’un manque de profondeur historique (Adam 1968). A l’époque où les villes impérialistes (Fès, Marrakech, Rabat, et Meknès). Joué un rôle important dans l’histoire du Maroc, Casablanca n’était qu’un petit village de pêcheurs.

L’insistance sur la recherche historique révèle que les racines de Casablanca ont été plantées au XIIIe siècle dans ce qui est aujourd’hui le quartier d’Anfa ; sa forme, sa taille et son caractère sont un résultat prononcé de la domination coloniale française. Les habitants voient aussi leur ville comme neuve, sans passé.

Ils acceptent les diktats de l’histoire coloniale. C’est peut-être parce qu’une assez grande partie des habitants de la ville n’est arrivée que récemment ; ils y vivent depuis quelques décennies tout au plus. Le sentiment de superficialité historique contribue également à la croissance de la population sauvage. Les dirigeants de la ville sont incapables de contrôler le flux des immigrants.

L’approche architecturale de la ville contribue également au sentiment de faiblesse historique : les bâtiments sont souvent détruits et à leur place, de nouveaux bâtiments plus modernes sont érigés. Cette frénésie architecturale peu propice à l’établissement de lieux de mémoires qui pourraient aider à ancrer la mémoire du résident dans les vastes espaces en furie de la ville ; au contraire, elle génère une amnésie collective (Nora 1989).

Les Juifs de Casablanca vivent au milieu de ce chaudron urbain. Ils luttent pour organiser l’espace social tumultueux et dynamique et pour le tisser de telle sorte qu’il prenne la forme d’un environnement contrôlé, ni dangereux ni menaçant (Douglas 1966). Dans le cadre de cette lutte pour l’organisation de leur environnement, ils restent à l’écart des grands espaces de cette ville, où “Casablanca est vraiment une ville arabe”.

La démarcation politique de l’espace se reflète dans leur engagement sans compromis à la contraction géographique et indique que plus ils se retirent de leur environnement, plus l’autodéfinition de leur propre identité est réduite ; ils sont incapables de négocier avec la population majoritaire comme ils le faisaient dans le passé. Ils n’ont plus la possibilité de jouer entre plusieurs identités. (Deshen 1989 ; Rosen 1984).

[…]

L’image prédominante de la ville, nourrie par le film hollywoodien “Casablanca”, est loin de l’expérience réelle du promeneur moyen dans les rues de la métropole maghrébine. Le désir orientaliste de trouver un mélange parfait de cosmopolitisme et de “charme oriental” dans cette grande ville est voué à l’échec, même si la ville a été construite sous la logique orientaliste du régime colonial.

[…]

PARTAGER
Article précédentLE GENRE FÉMININ
Article suivant#EditoDeMexico 36: Chirac le Marocain
Je me représente comme Ambassadrice du Maroc, j'écris sur mon pays et je le défends, je le découvre chaque fois où j'écris un article. Mon pays est riche avec de divers culture, Mon Maroc est à moi et à tous ceux qui l'aiment profondément. Hommage à mon père qui m'a toujours appris l'amour de la patrie. J'aime écrire sur l'histoire du Maroc en collectant des extraits des livres.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here