Arrestation du journaliste marocain Omar Radi

0
160

Manifestation hier soir (samedi 28 décembre 2019) devant le Parlement à Rabat, afin de dénoncer l’arrestation d’un journaliste marocain, Omar Radi.

Le journaliste en question est poursuivi pour “outrage à magistrat”, suite à un tweet qu’il a publié sur son compte en avril dernier, selon l’AFP.

Dans son tweet, il est possible d’y lire “Lahcen Talfi, juge de la cour d’appel, bourreau de nos frères, souvenons-nous bien de lui. Dans beaucoup de régimes, les petits bras comme lui sont revenus supplier après en prétendant “avoir éxécuté des ordres”. Ni oubli ni pardon avec ces fonctionnaires sans dignité !”

Ainsi, dans son tweet, le journaliste Omar Radi qualifie le juge Lahcen Talfi de “bourreau” et de “fonctionnaire sans dignité”.

Ainsi, une manifestation s’est déroulée hier soir devant le Parlement afin de soutenir le journaliste actuellement détenu à la prison de Casablanca.

“Nous ne lâcherons pas”, “Justice aux ordres”, “Cet État est corrompu”, ont pu scander les manifestants.

Pour les ONG internationales, l’arrestation d’Omar Radi est une atteinte contre la liberté d’opinion et d’expression.

L’article 263 du code pénal prévoit qu’ “Est puni de l’emprisonnement d’un mois à un an et d’une amende de 250 à 5.000 dirhams, quiconque, dans l’intention de porter atteinte à leur honneur, leur délicatesse ou au respect dû à leur autorité, outrage dans l’exercice de leurs fonctions ou à l’occasion de cet exercice, un magistrat, un fonctionnaire public, un commandant ou agent de la force publique, soit par paroles, gestes, menaces, envoi ou remise d’objet quelconque, soit par écrit ou dessin non rendus publics.”

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here