6 Jeunes Femmes qui font la fierté des Marocains

0
11552
Sanaa Hamri

Nous sommes tombés sur cette merveilleuse liste compilée par une youtubeuse et Blogueuse Marocaine, Hind Touissate. Elle qui a enregistré cette vidéo en 2014 et qui a recueilli plus de 90 000 vues, pour la Journée internationale de la femme. Hind passe en revue les femmes qui ont fait l’histoire au Maroc mais, plus intéressant, elle met en évidence 10 femmes qui font la fierté des Marocains d’aujourd’hui.

Dans cet article, on va vous présenter 7 jeunes femmes qui ont pu cartonner à l’international qu’au national, on débute avec:

1. Dr. Ismahane El Ouafi:

http://celdng.org/dr-ismahane-elouafi/

Dr. Ismahane Elouafi est directrice générale du Centre international pour l’agriculture biosaline (ICBA). Avant de se joindre à l’ICBA en 2012, elle dirigeait la Division de la recherche et des partenariats de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA).

Elle est titulaire d’un doctorat en génétique de l’Université de Cordoue, en Espagne. Elle a une passion pour la science, sa gestion et son intégration à la politique. Elle croit que la science doit être la base des décisions et des plans de développement afin de gagner en efficacité et de réduire la discrimination et la pauvreté. Étant dévouée à la recherche agricole pour le développement depuis de nombreuses années, elle a développé une connaissance intime de la recherche agricole et de son potentiel pour améliorer les moyens de subsistance ruraux, ainsi que des défis pour assurer la sécurité alimentaire et la durabilité.

En 2014, Muslim Science l’a classée parmi les 20 femmes les plus influentes en sciences dans le monde islamique dans la catégorie Shapers. La même année, le PDG du Moyen-Orient l’a classée parmi les 100 femmes arabes les plus puissantes du monde dans la catégorie des sciences.

2. Asmaa Boujibar:

www.moroccoworldnews.com

A l’âge de 27 ans, Asmaa a pu intégrer l’équipe de chercheurs de la NASA (Administration nationale de l’aéronautique et de l’espace) en 2008, tout en travaillant pour ses études de doctorat.

Elle est une boursière Carnegie du Centre spatial Johnson de la NASA. Elle explore divers aspects de la différenciation planétaire à l’aide d’expériences à haute pression et température. Elle s’intéresse à l’accrétion planétaire, à la ségrégation du noyau, à la cristallisation de l’océan magmatique et à la structure des intérieurs planétaires. Elle a reçu son doctorat en Terre et en Sciences Planétaires de l’Université Blaise Pascal (Clermont-II) en France. Intitulée “Étude des équilibres chimiques entre manteau et noyau dans le contexte de la formation des planètes telluriques“.

Elle succède donc à Kamal Oudrhiri qui a intégré la NASA, il y a plus de 20 ans ainsi qu’aux 3 chercheurs marocains de la Faculté des sciences de Rabat qui avaient participés, en novembre 2008, à une expérience menée dans l’espace sous la conduite de l’administration américaine de l’aéronautique et de l’espace.

3. Touria Chaoui:

www.moroccoworldnews.com

Née en 1936 à Fès, Touria fut la première femme marocaine et arabe à devenir pilote. Le père de Touria, Abdelwahed Chaoui, l’a inscrite dans une école d’aviation basée à Tit Mellil, au Maroc en 1950. L’école d’aviation était réservée aux forces françaises occupant le Maroc et peu de possibilités furent offertes aux Marocains, surtout pas aux femmes. Son inscription a été contestée par l’école et beaucoup a été fait pour la dissuader de participer au programme d’aviation. Comme aucune loi ne l’empêchait de s’inscrire, l’école accepta à contrecoeur sa candidature dans l’espoir qu’elle abandonnerait bientôt.

Malgré cela, après une année d’étude et de détermination, elle a obtenu sa licence d’aviation à l’âge de 15 ans. Alors qu’elle n’avait que seize ans, elle a reçu une attention médiatique massive et des félicitations de la part d’organisations féminines à travers le monde.

Touria Chaoui a été tuée le 1er mars 1956 à l’âge de 19 ans alors qu’elle commençait à prendre l’avion privé. Les meurtriers n’ont pas été identifiés.

4. Sanaa Hamri:

www.deadline.com

née le 15 novembre 1974 est une réalisatrice de film marocain américain, directrice de vidéo de musique, directrice de télévision, et productrice de télévision. Elle est devenue célèbre en tant qu’éditrice et réalisatrice de vidéos musicales.

Après l’université de l’École Américaine de Tanger, elle s’installe à New York. Avec ses rêves de devenir actrice, elle a dû se débrouiller dans les auditions et le chômage avant de décider d’essayer de travailler dans le secteur de la production. Elle a appris à utiliser une machine de montage Avid en 2000 en lisant le manuel de l’utilisateur. Elle n’a jamais suivi de cours de cinéma, est autodidacte, réalisant qu’elle avait le talent de rassembler des images pour raconter une histoire, elle a commencé à faire des vidéos et a finalement été remarquée par le directeur de la photographie, Malik Hassan Sayeed dont elle a travaillé comme éditrice de clips vidéo dans un studio de post-production.

Ce que la plupart ne connaît pas et qu’en plus de diriger un long métrage et des vidéos musicales, Sanaa dirige également la télévision. Elle a réalisé plusieurs épisodes de Nashville, Shameless, Elementary, Desperate Housewives, Grey Anatomy et Men in Trees. Le documentaire de concert de Mariah Carey, The Adventures of Mimi, et The Art of Musicology et Price Live de Prince à l’Aladdin Las Vegas ont été réalisés par Sanaa Hamri.

5. Hynd Bouhia:

Courtesy of Wafin.com

Classée 29ème parmi les femmes les plus puissantes de Forbes en 2008 et 18ème selon Arabian Business en 2011, Hynd a passé huit ans à la Banque mondiale avant d’être appelée par l’ancien premier ministre du Maroc, Driss Jettou, à devenir son conseiller en 2004. Docteur en ingénierie de Harvard, elle a également été directrice générale de la Bourse de Casablanca.

«Je suis très reconnaissante d’avoir eu l’occasion d’étudier à Harvard», a-t-elle déclaré, en remerciant particulièrement son mentor Peter Rogers, professeur Gordon McKay en génie de l’environnement.

«Je crois que mon diplôme a sûrement joué un rôle dans toute reconnaissance internationale.» Le succès de Bouhia à apporter 700 millions de dollars de subventions américaines au Maroc en 2007. Une de ses réalisations les plus fières qui a probablement influencé les éditeurs de Forbes.

6. Aziza Bennani:

www.aujourdhui.ma

Aziza Bennani née en 1943 à Rabat, est une universitaire et une politicienne marocaine. Elle a étudié à l’Université Mohammed V de Rabat. Après un diplôme de premier cycle en langue et littérature espagnoles, elle a obtenu un doctorat avec une thèse sur Pedro Antonio de Alarcón. Elle a également obtenu un doctorat de Paris X Nanterre avec une thèse sur Carlos Fuentes. Elle a dirigé le département des études hispaniques à l’université Mohammed V de 1974 à 1988.

En 1994, Aziza a été nommée haut-commissaire pour les personnes handicapées, elle a été secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’enseignement supérieur dans le gouvernement d’Abdellatif Filali. En 1998, elle a été nommée ambassadrice auprès de l’UNESCO et, en 2001, elle a succédé à Sonia Mendieta de Badaroux à la présidence du Conseil exécutif de l’UNESCO.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here